PIAF ÉDITH (1915-1963)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Et ma vie recommence avec toi...

Désormais sa carrière s'articule entre Paris et New York. Lors de son quatrième voyage aux États-Unis, elle enregistre sur place, en anglais, Autumn Leaves – Les Feuilles mortes – et Don't Cry – C'est d'la faute à tes yeux –, deux adaptations de son amant du moment, l'Américain Eddie Constantine, qu'elle imposera en France. En 1952, elle épouse Jacques Pills à l'hôtel de ville de New York ; Marlene Dietrich est leur témoin. Le mariage ne tiendra que trois ans. Malgré les efforts de Pills, Édith ne parvient pas à se séparer de ses démons.

Elle est sollicitée par les auteurs et les compositeurs de toutes les générations, entre autres Charles Aznavour, qui a été son secrétaire, et Gilbert Bécaud. Sa carrière est alors au sommet. Elle tourne avec Sacha Guitry dans Si Versailles m'était conté (1953), avec Jean Renoir dans French Cancan (1954) ; en 1956, elle est couronnée par la presse américaine au Carnegie Hall de New York.

En 1958, elle sauve l'Olympia de Bruno Coquatrix en restant trois mois à l'affiche. Georges Moustaki entre dans sa vie et lui écrit Milord, sur une musique de Marguerite Monnot, toujours fidèle. Cette chanson fera le tour du monde et se classera parmi les meilleures ventes dans plusieurs pays d'Europe. Malgré son immense succès, Édith Piaf continue de se consumer dans l'enfer de la drogue et de l'alcool. Son appartement parisien du boulevard Lannes, près du bois de Boulogne, est un laboratoire de chansons. Mais il est aussi le lieu de soirées de débauche où se bousculent amis, créateurs et parasites. Au début des années 1960, Charles Dumont lui apporte ses derniers grands succès : Mon Dieu et, surtout, Non, je ne regrette rien, une chanson qui rencontre l'histoire lorsque les putschistes d'Alger la chantent au moment de leur reddition en avril 1961.

En 1961, Édith Piaf rencontre un jeune coiffeur grec, Theophanis Lamboukas, qu'el [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  PIAF ÉDITH (1915-1963)  » est également traité dans :

AZNAVOUR CHARLES (1924-2018)

  • Écrit par 
  • Alain POULANGES
  •  • 1 583 mots
  •  • 1 média

Maurice Chevalier a dit de lui : « Il a osé chanter l'amour comme on le ressent, comme on le fait, comme on le souffre. » Pourtant le chemin fut long et difficile et, avant de connaître une gloire internationale, Charles Aznavour a bien failli subir l'échec définitif magnifiquement décrit dans « Je m'voyais déjà » (1961), bouleversant portrait hyperréaliste d'un artiste aux illusions déçues. De 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-aznavour/#i_6483

MONTAND YVES (1921-1991)

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 1 453 mots

Dans le chapitre « « Trois Petites Notes de musique » »  : […] Ivo Livi naît le 13 octobre 1921 à Monsummano Alto (aujourd’hui Monsummano Terme), en Toscane. Alors qu'il a deux ans, son père, ouvrier communiste, quitte l'Italie fasciste et émigre en France. Il habite alors les quartiers pauvres de Marseille, quitte l'école à onze ans et fait tous les métiers : livreur, emballeur, employé dans une fabrique de pâtes alimentaires, garçon coiffeur... Son entrée d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yves-montand/#i_6483

MOUSTAKI GEORGES (1934-2013)

  • Écrit par 
  • Jean-Dominique BRIERRE
  •  • 1 089 mots
  •  • 1 média

Chanteur de langue française s'il en est, l'auteur-compositeur d'origine grecque Georges Moustaki a écrit de nombreuses chansons inspirées de ses racines méditerranéennes et de ses voyages à travers le monde. Dans Petit Abécédaire d'un amoureux de la chanson française (2012), cet homme, épris de liberté et d'indolence, se présentait ainsi : « Il est gentil, il est tendre, un peu trop nonchalant, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-moustaki/#i_6483

PATACHOU HENRIETTE RAGON dite (1918-2015)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 314 mots
  •  • 1 média

La chanteuse et actrice française Patachou fut l’une des artistes de cabaret les plus populaires du Paris de l’après-guerre . Sa voix rauque, son approche brillante de la chanson traditionnelle et son humour irrévérencieux en firent l’antithèse de la mélancolique Édith Piaf. Henriette Ragon, de son nom d’état civil, naît le 10 juin 1918 à Paris. Elle travaille comme employée dans une usine pendant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henriette-patachou/#i_6483

Pour citer l’article

Alain POULANGES, « PIAF ÉDITH - (1915-1963) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/edith-piaf/