BÉCAUD GILBERT (1927-2001)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Toulon en 1927, François Silly a choisi le pseudonyme Bécaud (nom du deuxième époux de sa mère) vers vingt-cinq ans, à son retour des États-Unis. Un prénom étroitement hexagonal et un nom qui en américain signifie « stupide » se devaient d'être remplacés par le second prénom du chanteur, et un nom qui évoquait à la fois une célèbre confiserie de l'époque et le mot populaire qui désigne le baiser. Prestance, saine chevelure ornant un sourire de séducteur méditerranéen, pointe d'accent du Midi, tout était réuni pour une brillante carrière.

Gilbert Bécaud suit d'abord les étapes traditionnelles de la vie d'artiste : les pianos-bars, le Conservatoire, les musiques pour les courts-métrages, et plus tard les cabarets parisiens. Jacques Pills l'engage comme accompagnateur : c'est avec lui qu'il se rend aux États-Unis. Il en rapportera le goût du show et l'énergie des vedettes de music-hall, dont certaines (Frank Sinatra notamment) interpréteront en anglais plusieurs de ses chansons. Édith Piaf, qui épousera Pills en 1952, le remarque et interprète Je t'ai dans la peau. C'est le début d'un immense succès. Pourtant, les paroles des quatre cents chansons qu'interprétera Bécaud sont pour la plupart de Maurice Vidalin, Pierre Delanoë et Louis Amade. Le chanteur est moins auteur-compositeur que vedette. Il impose une voix et un jeu de scène, efficaces et chaleureux. Il cultive les gestes et les objets fétiches, brutalisant les pianos, arborant une cravate à pois qui rehausse sa chemise impeccablement blanche et son costume bleu, portant sa main en conque sur l'oreille... Le tout renouvelle la chanson de variétés, en même temps que son ami Charles Aznavour avec qui il signe Méqué méqué ou C'est merveilleux l'amour (1958).

Bécaud est synonyme d'énergie, même si le surnom de « Monsieur 100 000 volts » s'imposa en partie sur un malentendu : si, lors de son con [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BÉCAUD GILBERT (1927-2001)  » est également traité dans :

CHANSON FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Hélène HAZERA
  •  • 5 009 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « De Saint-Germain-des-Prés aux yéyés »  : […] La chanson de l'après-guerre louvoie entre plusieurs courants. À Saint-Germain-des-Prés, comme les dadaïstes de 1918, une jeunesse ne croit plus aux certitudes de ses aînés. Une école du non-sens, de la poésie – avec à sa tête Jacques Prévert –, cependant que les musiques louchent vers le jazz sans jamais le plagier, va amener un grand souffle de nouveauté, dans lequel le jeune Yves Montand (Ivo L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanson-francaise/#i_32121

COQUATRIX BRUNO (1910-1979)

  • Écrit par 
  • Lucien RIOUX
  •  • 1 379 mots

Passionné de spectacle, Bruno Coquatrix n'était pourtant pas ce qu'on appelle un « enfant de la balle ». Né le 5 août 1910, à Ronchin, dans le Nord, il avait perdu son père à l'âge de six mois et, pour subsister, sa mère dut ouvrir une mercerie à Neuilly. Petites gens, petits moyens, Bruno poursuit cependant ses études au lycée. C'est là, à Pasteur, qu'il découvre la musique, les variétés, le jazz […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bruno-coquatrix/#i_32121

DELANOË PIERRE (1918-2006)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 262 mots

Parolier français, auteur de quelque 4 000 chansons. De son véritable nom Pierre Charles Napoléon Leroyer. Il dépose en 1948 sa première chanson à la Sacem, dont il sera trois fois président du conseil d'administration (1984-1986, 1988-1990, 1992-1994). En 1953, Gilbert Bécaud et Delanoë composent ensemble Mes mains . Delanoë devient le parolier attitré de Bécaud, pour qui il compose Le Jour où […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-delanoe/#i_32121

Pour citer l’article

Michel P. SCHMITT, « BÉCAUD GILBERT - (1927-2001) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gilbert-becaud/