Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉDENTÉS

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par
Pangolin chinois (<em>Manis pendactyla</em>) - crédits : Song Qiao/ Visual China Group/ Getty Images

Pangolin chinois (Manis pendactyla)

On classait, au xixe siècle, dans l'ordre des Édentés, un ensemble de Mammifères euthériens dépourvus de dents, au moins sur les prémaxillaires et l'extrémité distale des mandibules. Parmi les formes actuelles, fourmiliers, tatous, paresseux et pangolins présentent effectivement ce caractère négatif.

Néanmoins, le revêtement écailleux des pangolins est un trait bien particulier qui les éloigne des autres formes, lesquelles présentent, par contre, des caractères squelettiques particuliers. De plus, fourmiliers, tatous et paresseux sont originaires d'Amérique du Sud, où ils sont toujours localisés, alors que les pangolins ne sont connus qu'en Afrique et en Asie. Pour ces raisons, on distingue actuellement les Édentés stricto sensu des Pholidotes, les pangolins.

Cependant, des formes fossiles, malheureusement incomplètes, datant de l'Oligocène et du Miocène d'Europe, laissent supposer une origine commune à ces deux ordres, se situant sans doute au Crétacé.

L'ordre des Édentés

Les Édentés stricto sensu présentent sur leurs vertèbres dorsales et lombaires des apophyses surnuméraires : les anapophyses, fournissant des articulations intervertébrales supplémentaires dites xénarthrales, que l'on ne retrouve dans aucun autre ordre de Mammifères. Ce seul caractère, qui affirme la divergence précoce d'un rameau évolutif, a permis de classer dans le sous-ordre des Xénarthres les Édentés actuels, auxquels on adjoint quelques formes subfossiles comme les Glyptodons du Pléistocène.

Un certain nombre de genres, très proches anatomiquement des Xénarthres et ayant vécu au Mésozoïque, sont rangés dans le sous-ordre des Paléanodontes. Les Édentés se subdivisent donc en deux sous-ordres : les Xénarthres et les Paléonodontes.

Le sous-ordre des Xénarthres est très homogène, si l'on considère des caractères anatomiques essentiels tels que : présence d'anapophyses vertébrales, absence de dents sur les prémaxillaires, membres plantigrades pourvus de fortes griffes, faible degré d'évolution cérébrale, absence de scrotum chez le mâle. Les genres actuels se présentent sous trois formes bien différentes par leur allure générale et leur biologie ; ce sont : les paresseux, les fourmiliers et les tatous, composant autant de familles faciles à caractériser.

Les paresseux

Ces animaux, qui constituent la famille des Bradypodidae, tirent leur nom vulgaire de l'extrême lenteur de tous leurs mouvements. Ils vivent presque constamment suspendus par leurs quatre membres aux arbres des grandes forêts sud-américaines. Leur fourrure est faite de longs poils de couverture, les jarres, et d'une bourre laineuse. La surface des jarres est craquelée et abrite une végétation d'algues (Chlorophycées et Cyanophycées) donnant à l'animal une parfaite homochromie avec le milieu végétal environnant.

L'extrémité des membres, fondamentalement pentadactyles, ne laisse apparaître que deux ou trois griffes puissantes – les doigts, plus ou moins régressés selon les genres, restant dissimulés sous la peau. Le crâne présente une cavité cérébrale de petite dimension, le massif facial assez bref donne à l'ensemble une forme globuleuse. La denture, d'où les incisives sont absentes, comporte 4 ou 5 dents par demi-mâchoire, en haut et en bas, toutes dépourvues d'émail. Les paresseux des genres Bradypus et Scaeophus possèdent 9 ou 10 vertèbres cervicales ; c'est là la seule exception connue chez les Mammifères, où ce nombre est toujours de 7.

L'appareil digestif est très singulier, du fait de l'énorme développement de l'estomac qui est divisé en trois poches successives ; la dernière, fortement musclée, est assez comparable à un gésier. Le foie au contraire est minuscule.

L'appareil circulatoire est surtout caractérisé par la présence de nombreux «   réseaux admirables[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur ès sciences, maître assistant à l'université de Paris-VII

Classification

Pour citer cet article

Robert MANARANCHE. ÉDENTÉS [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Pangolin chinois (<em>Manis pendactyla</em>) - crédits : Song Qiao/ Visual China Group/ Getty Images

Pangolin chinois (Manis pendactyla)

Tatou à neuf bandes - crédits : K. Thornsley/ NASA

Tatou à neuf bandes

Tatou à neuf bandes - crédits : Vera Storman/ Stockbyte/ Getty Images

Tatou à neuf bandes

Autres références

  • FOURMILIER

    • Écrit par
    • 654 mots

    Insectivore, au long museau et aux puissantes pattes antérieures, vivant dans les forêts et les savanes d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud (du Mexique jusqu'à l'Argentine). Classe : Mammifères ; ordre : Xénarthres ; famille : Myrmécophagidés.

    Les fourmiliers...

  • MAMMIFÈRES

    • Écrit par , , et
    • 10 795 mots
    • 20 médias
    Les Édentés (Xénarthres) constituent le deuxième rameau à s’être détaché de la lignée ancestrale, ce qui, en fait, ne les déplace guère de leur position classique de Placentaires les plus anciennement différenciés.