ÉDENTÉS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Tamandua

Tamandua
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Tatou à neuf bandes

Tatou à neuf bandes
Crédits : K. Thornsley/ NASA

photographie

Tatou à neuf bandes

Tatou à neuf bandes
Crédits : Vera Storman, Getty Images

photographie


L'ordre des Pholidotes

Chez les pangolins, toute la surface du corps, queue, tête et pattes incluses, est recouverte de grosses écailles, d'origine purement épidermique, assez comparables dans leur structure à celles des Reptiles et se chevauchant partiellement comme les tuiles d'un toit. Dans certaines espèces, quelques poils s'intercalent entre les écailles, mais toutes ont sur la partie ventrale du corps une pilosité assez abondante.

Les pangolins sont munis d'une queue, qui peut être deux fois plus longue que le corps de l'animal. Le géant du groupe, Manis gigantea, atteint une longueur de 1,50 m, queue comprise.

Le crâne (où les os jugal et lacrymal ainsi que l'arcade zygomatique ont disparu) est très petit et allongé ; les dents sont totalement absentes. Le caractère le plus original du squelette consiste dans la présence d'un long processus postérieur du sternum, pouvant atteindre la région pelvienne et sur lequel viennent s'insérer les muscles protactiles et rétractiles de la langue. Les membres sont généralement terminés par 5 doigts pourvus de fortes griffes utilisées pour éventrer les termitières. Chez certaines espèces, la main ne comporte que 3 doigts fonctionnels, les autres étant vestigiaux.

L'appareil digestif, adapté à un régime strictement myrmécophage, comporte une langue vermiforme (atteignant jusqu'à 25 cm de long) que des glandes salivaires très développées enduisent d'une salive visqueuse. Les termites et les fourmis capturés par cet organe sont broyés dans l'estomac grâce à une protubérance pylorique garnie de denticules cornés, et aux petits cailloux avalés avec la nourriture.

Le système nerveux est caractérisé par le faible développement de l'encéphale qui ne représente que 3 p. 1 000 du poids du corps, soit un des plus faibles pourcentages rencontrés chez les Mammifères. Certains auteurs ont mis en relation cette encéphalisation réduite avec l'absence d'apports sensoriels cutanés due à la nature du tégument. Les yeux sont minuscules, mais l'odorat bien développé. La prédominance de l'olfaction est attestée par l'importance des cornets turbina [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : docteur ès sciences, maître assistant à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  ÉDENTÉS  » est également traité dans :

FOURMILIER

  • Écrit par 
  • Marie-Claude BOMSEL
  •  • 653 mots
  •  • 1 média

Insectivore, au long museau et aux puissantes pattes antérieures, vivant dans les forêts et les savanes d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud (du Mexique jusqu'à l'Argentine). Classe : Mammifères ; ordre : Xénarthres ; famille : Myrmécophagidés. Les fourmiliers sont représentés par quatre espèces : le grand fourmilier ( Myrmecophaga tridactyla ), ou tamanoir, deux peti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fourmilier/#i_6956

MAMMIFÈRES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ, 
  • Michel TRANIER
  •  • 10 776 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre «  Les Placentaires »  : […] Les Placentaires, ou Euthériens, constituent le groupe frère des Marsupiaux ou Métathériens (cf.  marsupiaux ). Ils se différencient de ces derniers par un ensemble conséquent de synapomorphies concernant le trophoblaste, la présence d'un placenta chorio-allantoïdien pourvu de villosités, une gestation intra-utérine prolongée, des uretères latéraux par rapport aux élémen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mammiferes/#i_6956

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert MANARANCHE, « ÉDENTÉS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/edentes/