FOURMILIER

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Insectivore, au long museau et aux puissantes pattes antérieures, vivant dans les forêts et les savanes d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud (du Mexique jusqu'à l'Argentine). Classe : Mammifères ; ordre : Xénarthres ; famille : Myrmécophagidés.

Les fourmiliers sont représentés par quatre espèces : le grand fourmilier (Myrmecophaga tridactyla), ou tamanoir, deux petits fourmiliers appelés tamanduas ou tamandous (tamandua mexicain, Tamandua mexicana, et le tamandua d'Amérique su Sud, Tamandua tetradactyla) et le fourmilier nain (Cyclopes didactylus), encore appelé myrmidon ou cyclope.

Tous les fourmiliers présentent un corps allongé, un museau très effilé, des pattes postérieures courtes et musclées et des pattes antérieures puissantes et munies d'impressionnantes griffes acérées. Leurs mâchoires sont dépourvues de dents. Cette morphologie est adaptée à un régime alimentaire hautement spécialisé. Leur longue queue est très touffue chez le tamanoir, peu fournie et préhensile chez les autres espèces. Leur épais pelage est de couleur gris-brun avec une marque noire allongée et bordée de blanc chez le tamanoir, brun clair et brun roussâtre chez les tamanduas et jaune doré à gris argenté chez le myrmidon.

Ils mesurent de 15 à 20 centimètres de longueur (corps et tête), avec une queue de 18 à 20 centimètres, pour un poids de 300 à 500 grammes chez le myrmidon didactyle, à 1-1,2 mètre, avec une queue de 70 centimètres à 1 mètre, pour 20 à 40 kilogrammes chez le grand fourmilier. Leur espérance de vie est de dix à vingt ans suivant les espèces.

Les fourmiliers, bien qu'ils aient le même régime alimentaire, n'entrent pas en concurrence entre eux du fait de la diversité de leur habitat et des espèces consommées. Le grand fourmilier, terrestre, est essentiellement myrmécophage c'est-à-dire qu'il se nourrit de fourmis ; les tamanduas, semi-terrestres, consomment plutôt des termites ainsi que des abeilles et du miel ; le myrmidon, quant à lui, arboricole, se nourrit de fourmis arboricoles et parfois de coléoptères. Solitaires et nocturnes, tous les fourmiliers repèrent leurs proies à l'aide de leur excellent odorat. Leur ouïe est développée mais leur vue faible. Ils creusent un trou dans les nids d'insectes à l'aide des fortes griffes de leurs pattes antérieures puis enfoncent leur étroit museau et capturent leurs proies grâce à leur longue langue filiforme, protractile (pouvant atteindre près d'un mètre chez le grand fourmilier) et enduite d'une salive visqueuse.

Ils communiquent entre eux à l'aide de sécrétions glandulaires odorantes. Exclusivement terrestre, le grand fourmilier est d'allure pataude du fait qu'il marche sur la jointure des doigts de ses membres antérieurs pourvus de trop grandes griffes. C'est un bon nageur, capable de traverser des rivières et des zones inondées en fouettant l'eau avec ses pattes antérieures.

La reproduction des fourmiliers est saisonnière (principalement en automne). La gestation dure de 3 à 6 mois suivant les espèces. Un seul petit naît ; il sera allaité pendant deux mois environ. Transporté sur le dos de sa mère (parfois jusqu'à l'âge d'un an), il est parfaitement dissimulé, les pelages étant semblables. Les principaux prédateurs sont le puma, le jaguar et l'aigle harpie.

Les fourmiliers, animaux discrets et pacifiques, ont été exterminés dans certaines régions, chassés pour leur trophée et leur cuir ou capturés pour le commerce d'animaux exotiques de compagnie (surtout le fourmilier nain à l'aspect de peluche). Aujourd'hui, ils sont surtout menacés par l'intense déforestation qui sévit en Amérique du Sud.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FOURMILIER  » est également traité dans :

ÉDENTÉS

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE
  •  • 2 662 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les fourmiliers »  : […] Les fourmiliers sont des Xénarthres d'assez grande taille. Ils tirent leur nom vulgaire, comme leur nom scientifique de Myrmecophagidae , de leur régime insectivore. L'espèce la mieux connue, le tamanoir ou grand fourmilier, peut atteindre 2,20 m, queue comprise, et peser une quarantaine de kilogrammes. Le pelage est composé de longs poils raides, formant sur la queue un grand panache. Le crâne a […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Claude BOMSEL, « FOURMILIER », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fourmilier/