ÉCONOMIE MONDIALE2020 : l'effondrement économique, sombre corollaire de la crise sanitaire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les autres BRICS aux prises avec de grandes difficultés

L’Inde, un effondrement catastrophique

Troisième pays le plus touché en termes de nombre de morts (de l’ordre de 150 000), mais avec un faible ratio de décès rapporté à la population (un peu plus de 100), l’Inde a dû mettre en place un strict confinement au printemps. L’économie indienne est dramatiquement affectée par la crise : depuis 2003, en dehors d’un taux de croissance de 3 p. 100 en 2009, l’Inde a enregistré pendant seize années un taux de croissance compris entre 5 et 8 p. 100, dont onze années avec un taux de croissance supérieur à 7 p. 100. En 2020, celui-ci tombe à –10,3 p. 100. La chute est inégale selon les secteurs : alors que le secteur primaire a été relativement épargné, le secteur industriel a été considérablement ébranlé et celui des services s’est effondré. Les conséquences humaines sont catastrophiques : dans un pays où l’emploi formel ne compte que 10 p. 100 des actifs, qui sont les moteurs de l’épargne et du crédit, une baisse de 20 p. 100 de ces effectifs salariés (soit 19 millions de personnes) affecte profondément l’équilibre macroéconomique. Les jeunes, qui représentent plus de 45 p. 100 de la population active, sont les premières victimes. Ce pays, extrêmement inégalitaire, qui regroupait en 2015 le quart de la pauvreté mondiale – cette proportion tendait à reculer sous l’effet d’une croissance forte –, enregistre un retour en arrière dramatique.

En dépit d’une poussée inflationniste, la Banque de réserve de l’Inde (RBI) a mené une politique active. Comme dans de nombreux pays, la situation des finances de l’État central et celle des États fédérés s’est dégradée fortement, mais la balance commerciale s’est améliorée sous l’effet de la baisse des importations (contraction de la consommation et baisse des prix des hydrocarbures).

La Russie, victime de sa dépendance aux hydrocarbures

La Russie est très affectée par la baisse de plus de 10 p. 100 de la demande mondiale de gaz, dont elle est le premier producteur (20 p. 100 de la production mondiale), et de pétrole (troisième derrière les États-Unis et l’Arabie Saoudite), pour lequel la baisse des prix se conjugue avec une baisse des volumes. Le budget fédéral, dont les prélèvements sur les hydrocarbures représentent 40 p. 100 des ressources, et l’ensemble de la production industrielle s’en trouvent fragilisés. De plus, le rouble a fortement baissé : si, en début d’année, un euro s’échangeait contre 70 roubles, le cours montait à plus de 90 roubles en fin d’année, ce qui nourrit des tensions inflationnistes. Bien que la récession soit moins marquée que dans la zone euro, elle a fait basculer plus d’un million de personnes en dessous du seuil de pauvreté et le président Poutine a repoussé de 2024 à 2030 son objectif de réduction de la pauvreté de 50 p. 100. De surcroît, les tensions géopolitiques – crises dans la sphère d’influence russe (la Biélorussie en particulier), tentative d’assassinat de l’opposant Alexeï Navalny et réactions internationales… – s’accentuent et pourraient peser sur le projet gazier russo-allemand, Nord Stream 2. Enfin, le déclin de la population active, l'insuffisance de la diversification industrielle ainsi que la faiblesse de la productivité et du taux d'investissement sont autant de faiblesses structurelles de l'économie russe qui entravent les possibilités de croissance à long terme.

L’Afrique du Sud : l’ère post Zuma et les tensions dues à la crise

Pays du continent le plus industrialisé, l’Afrique du Sud est aussi celui qui a été le plus affecté par la pandémie (plus de 700 000 cas, plus de 20 000 décès). Le confinement sévère adopté au printemps s’est traduit par une chute brutale du PIB, les secteurs des mines, de la construction, de l’industrie manufacturière et du tourisme étant particulièrement touchés ; seule l’agriculture est épargnée. Le gouvernement de Cyril Ramaphosa a mis en œuvre un plan de relance représentant près de 10 p. 100 du PIB et la banque centrale a mené une politique monétaire vigoureuse de relance. Cyril Ramaphosa, arrivé à la présidence début 2018, s’efforce de réparer les dégâts des pratiques de corruption (« capture de l’État ») de son prédécesseur [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Indicateurs économiques (2020)

Indicateurs économiques (2020)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Times Square vide (New York, mars 2020)

Times Square vide (New York, mars 2020)
Crédits : Noam Galai/ Getty Images

photographie

Fabrication du vaccin Moderna contre la Covid-19

Fabrication du vaccin Moderna contre la Covid-19
Crédits : Olivier Maire/ EPA-EFE

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉCONOMIE MONDIALE, depuis 1990  » est également traité dans :

ÉCONOMIE MONDIALE - 2019 : entraves à la croissance, recul de la mondialisation

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 921 mots
  •  • 5 médias

L'année 2019 se caractérise par un essoufflement de la croissance mondiale, accentué par une montée du protectionnisme et atténué par des conditions de financement exceptionnellement favorables. En passant de 3,6 à 3 p. 100, la croissance de l’économie mondiale enregistre son niveau le plus faible depuis la crise de 2008-2009. Le fléchissement est qu […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2018 : croissance, restrictions commerciales et argent plus cher

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 040 mots
  •  • 7 médias

En termes de croissance, l’année 2018 semble une simple réplique de l’année précédente : la croissance mondiale du produit intérieur brut (PIB) reste à 3,7 p. 100, celle des pays avancés se maintient à 2,4 p. 100 et celle des pays en voie de développement et émergents (ou « pays du Sud »), à 4,7 p. 100. Pourtant, un certain nombre de changements affectent l’économie mondiale, qui pourraient faire […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2017 : expansion, inégalités, fragilités

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 863 mots
  •  • 6 médias

La croissance mondiale s’est nettement accélérée en 2017, passant de 3,2 à 3,6 p. 100 par rapport à 2016, poussée par des taux d’intérêt faibles, un progrès des profits et des investissements, ainsi que par une hausse des prix des matières premières. Une grande partie des pays est concernée. Les pays avancés connaissent, certes, une croissance inférieure à la c […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2016 : dynamisme asiatique et replis nationaux

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 422 mots
  •  • 7 médias

L’année 2016 est marquée, sur le plan économique, par une tendance de plusieurs pays au repli sur eux-mêmes. La comparaison entre la croissance de la production mondiale et la croissance du commerce mondial est lourde de signification. En 2014, le commerce mondial progressait de 3,9 p. 100, donc plus rapidement que la production (3,4 p. 100), mais en 2015 e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2015 : entre reprise et crise des matières premières

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 292 mots
  •  • 7 médias

En 2015, le prix du pétrole est resté très bas. Deux facteurs ont concouru à la pérennité de cet état de fait important pour l’économie de la planète : la surabondance de l’offre – alimentée par la guerre des prix que se livrent les pays de l’O.P.E.P. et les États-Unis, producteurs de pétrole et de gaz de schiste –, ainsi que l’essoufflement de la demande, provoqué par le ralentissement de l’écono […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2014 : nouvelle répartition de l'activité

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 449 mots
  •  • 4 médias

En 2014, la croissance de l'activité économique mondiale se situe à peu près au même niveau qu’en 2013, à 3,3 p. 100. Géographiquement, elle se répartit cependant de manière différente. Elle est plus forte dans les pays avancés, en raison de la reprise modérée de la croissance dans la zone euro et de la croissance toujours dynamique des États-Unis, et ce malgré […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2013 : une croissance mondiale apathique

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 275 mots
  •  • 5 médias

En 2013, l’activité mondiale subit encore les conséquences de la crise financière. Bridée par le désendettement en cours, elle semble condamnée à avancer à un rythme lent. Embarrassés par la crise de la dette souveraine, notamment aux États-Unis et dans la zone euro, les gouvernements ont réduit leurs dépenses, et le secteur privé a dans l’ensemble diminué ses […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2012 : le monde dans la crise

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 278 mots
  •  • 4 médias

L'économie mondiale a dû affronter des vents contraires de plus en plus violents en 2012. L'année a été marquée par la poursuite de la crise des dettes souveraines, particulièrement dans la zone euro, et par une forte progression du chômage dans de nombreux pays développés. Victime de ce contexte, la croissance mondiale s'e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2011 : une année de tourmente

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 085 mots
  •  • 4 médias

Après une embellie relative en 2010, l'économie mondiale a pénétré en 2011 dans une zone de fortes turbulences financières. L'année a été marquée par le déferlement de la crise de la dette dans la zone euro, caractérisée par la fin de la confiance des investisseurs dans les titres obligataires des États. Dans ce contexte, la croissance mondiale s'est établie à […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2010 : entre rigueur et relance économiques

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 102 mots
  •  • 5 médias

L'année 2010 a pris quelque distance avec la tornade financière des années 2008 et 2009. L'économie mondiale est sortie de récession pour entamer une reprise, dans un contexte de croissance des échanges mondiaux après une contraction historique l'année précédente. La Chine s'est trouvée au cœur de cette reprise, en venant alimenter les importations de la p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre FAUGÈRE, « ÉCONOMIE MONDIALE - 2020 : l'effondrement économique, sombre corollaire de la crise sanitaire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-2020-l-effondrement-economique-sombre-corollaire-de-la-crise-sanitaire/