ÉCONOMIE (Définition et nature)Une science trop humaine ?

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Connaissance et lois en économie

Certes, les astronomes, pour ne citer qu'eux, ne font pas non plus d'expériences. Ils se servent cependant des résultats obtenus par les sciences qui en font, mais, surtout, accordent une place essentielle à l'observation. La régularité des phénomènes physiques, leur répétition, leur caractère universel (dans le temps et l'espace, du moins à une certaine échelle) permettent d'expliquer bon nombre de phénomènes et même d'énoncer des prédictions de grande qualité en astronomie.

La situation est fort différente en économie, où il est impossible de trouver des situations qui ne différeraient, pour l'essentiel, que par l'action d'un ou de quelques facteurs bien identifiés – premier pas vers l'établissement de relations causales, et donc de lois. C'est pourquoi il n'est pas possible de trouver, en économie, de lois qui prennent la forme de relations précises, et toujours vérifiées, entre deux ou plusieurs variables, toutes choses égales par ailleurs – cette dernière condition n'étant pratiquement jamais vérifiée, même approximativement. Les économistes créent toutefois la confusion en employant le mot « loi » là où il ne faudrait pas. Tel est le cas, par exemple, de la « loi de l'offre et de la demande », selon laquelle le prix d'un bien dont l'offre est supérieure à la demande tend à diminuer – ou à augmenter, dans le cas contraire. Dès qu'on veut en donner un contenu un peu plus précis, on s'aperçoit que cette « loi » est bien floue : qui fait varier le prix ? et comment ? ce prix est-il unique ? ne peut-il pas arriver que les demandeurs s'organisent et refusent de payer un prix plus élevé ? ou qu'ils reportent leur achat sur d'autres biens ? En fait, l'utilisation du verbe « tendre » est révélatrice de ce que peuvent être tout au plus les ambitions des économistes : déceler des tendances au sein des phénomènes étudiés.

Des tendances plutôt que des lois

Le mot « tendance » suggère une direction, un sens, mais pas un résultat certain. La tendance est elle-même la manifestation d'une loi, mais celle-ci n'apparaît pas clairement en raison de l'existence d'éléments perturbateurs non négligeables, qu'on peut qualifier de « contre-tendances », et dont il n'est pas possible d'isoler les effets. Ainsi, plutôt que de parler de « loi » d'égalisation des taux de profit (largement évoquée par David Ricardo, John Stuart Mill ou encore Karl Marx), on dira qu'il y a une « tendance », parce que cette égalisation peut demander du temps, et aussi des ressources, en collecte d'information et en comparaison des divers types de profits et des risques qui leur sont associés.

Un cas plus controversé est celui de la « baisse tendancielle du taux de profit » (énoncée par Karl Marx). L'idée est simple : si on pense que toute valeur vient du travail, et qu'avec le temps le travail accumulé (sous la forme de machines, d'équipement, de locaux, etc.) ou « travail mort » augmente par rapport au « travail vivant », alors le taux de profit (rapport d'une partie du travail vivant, le profit, et du travail « mort », accumulé) doit diminuer. Mais ce n'est là qu'une « tendance », qui peut être contrecarrée par une augmentation du profit (la part du travail vivant que s'approprient les capitalistes), ou par une diminution de la valeur du travail « accumulé » (les équipements obsolescents ou non utilisés). Le problème posé alors au théoricien, si la baisse du taux de profit n'est pas très nette, est celui de savoir si c'est en raison de l'existence de contre-tendances, ou si cela est dû au caractère erroné de la théorie, la tendance à la baisse n'existant pas. Comme l'expérience contrôlée ne permet pas de trancher, les deux points de vue peuvent continuer de coexister, indéfiniment.

Deux sources d'information importantes : statistiques et introspection

La principale source de connaissance en économie vient de l'étude des données, présentes et passées, notamment celles que les États ont progressivement constituées pour recenser les populations, pour déterminer les diverses formes d'impôts (ou d'aides) à mettre en place et pour assurer leur propre organisation. Ces données prenant la plupart du temps une forme chiffrée, elles se prêtent au traitement mathématique (recherche de relations) et aux tests statistiques. Plutôt que de chercher à établir des relations exactes, on s'en tient à des liens approximatifs [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  ÉCONOMIQUE SCIENCE  » est également traité dans :

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Objets et méthodes

  • Écrit par 
  • Henri GUITTON
  •  • 6 469 mots

La science économique est difficile à définir. Cela tient, sans doute, à ce qu'elle est beaucoup plus jeune que les autres sciences. Elle fait partie de l'ensemble des sciences sociales qu'on pourrait appeler sociologie, science qui elle-même n'est pas aisée à circonscrire avec précision.La science est savoir, c'est-à-dire connaissance. C'est une […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Enseignement de l'économie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 5 519 mots

L'Université française comptait, en 2011-2012, un peu plus de cent quarante-cinq mille étudiants dans ses filières d'économie et de gestion. Bien que l'économie soit devenue une matière scolaire à part entière dont l'enseignement commence dès le lycée, bien qu'il existe, depuis 1960, un baccalauréat économique (à l'époque le bac B), lequel a été maintenu […] Lire la suite

AKERLOF GEORGE A. (1940- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 412 mots

Économiste américain, lauréat en 2001 du prix Nobel d'économie avec Michel Spence et Joseph Stiglitz pour leurs travaux sur les marchés à information asymétrique. Né le 17 juin 1940 à New Haven (Connecticut), George A. Akerlof obtient sa licence à Yale en 1962 et son doctorat à l'Institut de technologie du Massachusetts (M.I.T.), en 1966. Cette même année, il commence à enseigner à l'université d […] Lire la suite

ALLAIS MAURICE (1911-2010)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  • , Universalis
  •  • 1 312 mots

C'est un économiste français aussi brillant que peu consensuel qui s'est éteint le 9 octobre 2010 à Paris. Participant en 1947 à la première réunion de la très libérale Société du Mont-Pèlerin, partisan de l'Algérie française qui dénonçait le « génocide » commis à l'encontre des Français d'Algérie et des musulmans pro-français, critique acerbe du « libre-échangisme aveugle » défendu à l'O.M.C. co […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Maurice GODELIER
  •  • 5 144 mots

Dans le chapitre « L'économique »  : […] Qu'entend-on par « économique » ? un domaine d'activités spécifiques ou un aspect spécifique de toute activité humaine ? De nombreux anthropologues, tels Herskovitz, Firth, Leclair, Burling, Salisbury reprennent à leur compte la définition de Robbins et von Mises : l'économie politique est la « science qui étudie le comportement humain comme une relation entre des fins et des moyens rares qui ont […] Lire la suite

ANTICIPATIONS, économie

  • Écrit par 
  • Christian de BOISSIEU
  •  • 6 070 mots
  •  • 4 médias

Les anticipations sont des représentations individuelles, plus ou moins informées, d'événements futurs généralement aléatoires. Relevant à titre principal du domaine de compétence de la psychologie, elles ont été progressivement prises en compte par les autres sciences humaines et les sciences sociales, en particulier par la science économique. Comme la monnaie, l'anticipation individuelle, quel q […] Lire la suite

ARBITRAGE, finance

  • Écrit par 
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD
  •  • 1 269 mots

Dans le langage courant, arbitrer c'est choisir entre plusieurs alternatives. Mais la notion d'arbitrage est sous-tendue par l'idée d'avis, de jugement : la décision est ici raisonnée tandis qu'un simple choix peut être instinctif ou passionnel. La notion d'arbitrage est souvent associée au sport, où l'arbitre doit veiller au respect des règles mais aussi décider de leur application. Le terme arbi […] Lire la suite

ARDANT GABRIEL (1906-1977)

  • Écrit par 
  • Alain-Gérard COHEN
  •  • 964 mots

Bien que né en Suisse, à Bex, Gabriel Ardant est issu d'une très vieille famille de Limoges. Il fit ses études à Paris, au lycée Carnot, où il montre pour la philosophie des capacités brillantes. Aussi, lorsqu'il entreprend des études de droit – il eut le premier prix au concours général –, poursuit-il également celles de philosophie ; il obtient sa licence. Luttant alors contre une pente naturell […] Lire la suite

ARROW KENNETH JOSEPH (1921-2017)

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 238 mots

Kenneth Joseph Arrow est né le 23 août 1921 à New York. Après des études au City College de New York, il rejoint l'université Columbia, où il étudie les mathématiques et les sciences sociales. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il rejoint l'armée de l'air et est affecté au service météorologique. De retour à la vie civile, il passe un Ph. D. d'économie (l'équivalent du doctorat) puis entame une c […] Lire la suite

AUMANN ROBERT YIRAËL (1930- )

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 1 218 mots

Économiste et mathématicien de nationalité américaine et israëlienne, Prix Nobel d'économie en 2005, conjointement à l'Américain Thomas Schelling, pour avoir « amélioré [notre] compréhension des conflits et de la coopération au moyen de la théorie des jeux ». Robert John Auman est né le 8 juin 1930 à Francfort-sur-le-Main (Allemagne). Ses parents ont fui le nazisme en 1938. Ils s'installent à New […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard GUERRIEN, « ÉCONOMIE (Définition et nature) - Une science trop humaine ? », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-definition-et-nature-une-science-trop-humaine/