Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉCLECTISME, architecture

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

C'est en 1817 que Victor Cousin donna son sens moderne au terme « éclectisme » (issu du grec eklegein, choisir), soit quelques décennies après la Révolution française. Pour l'historien de l'architecture Vincent Scully, l'éclectisme, que préfigure en 1782 le hameau de Marie-Antoinette, est l'art du réfugié, le syncrétisme apolitique qui s'oppose aux enthousiasmes romantiques de Boullée et de Ledoux (Marx ne disait-il pas que les époques de transformations rapides sont précisément celles où les hommes se raccrochent le plus craintivement à leur passé ?). En ce sens, tout le xixe siècle architectural pourrait être dit éclectique, si l'on admet que les références à l'art du passé constituent son principal ressort : même le plus rationaliste des théoriciens d'alors, Viollet-le-Duc, se croit obligé de prendre le gothique pour exemple et de mouler ses concepts révolutionnaires d'ossature dans des schémas de cathédrale.

C'est en fait la réaction contre cette tentative multiforme de se réapproprier les styles historiques (que le modèle fût Byzance, la Grèce, le gothique, le roman ou la Renaissance) qui donna négativement une cohérence à cette diversité. Contemporain et ami de Loos, et partageant son jansénisme esthétique, Robert Musil parle ainsi du xixe siècle dans L'Homme sans qualités : « Le siècle qu'on venait d'enterrer n'avait pas spécialement brillé par sa seconde moitié. Il s'était montré adroit dans le domaine de la technique, du commerce et de la recherche, mais, en dehors de ces foyers d'énergie, calme et menteur comme une eau dormante. On avait peint comme les vieux maîtres, écrit comme Goethe et Schiller, bâti dans le style gothique ou Renaissance. L'exigence d'idéal pesait sur toutes les manifestations de la vie comme une préfecture de police. Mais en vertu de cette loi secrète aux termes de laquelle aucune imitation n'est permise à l'homme si elle ne s'accompagne d'un excès [souligné ici], tout se faisait alors avec une méthode dont les modèles tant admirés n'auraient jamais été capables, méthode dont on peut voir les traces aujourd'hui dans nos rues et dans nos musées. » Or, son opprobre, sans le vouloir, dit l'intérêt de l'éclectisme : que celui-ci dans ses meilleures réalisations s'accompagne d'un surplus d'imitation qui contredit (comme dans la peinture dite hyperréaliste) la volonté mimétique. On s'aperçoit alors que loin d'être la simple redondance béate que tout le mouvement moderne, de Sullivan à Le Corbusier, aura détesté en lui, il propose une théorie implicite de l'histoire et des transformations historiques. Piranèse aura été, d'une certaine manière, le premier éclectique, en introduisant dans le débat architectural la temporalité contradictoire, plurielle, contre la conception linéaire et normative du retour idéalisé à l'antique.

De même, par son refus de la mythologie simple du progrès sur laquelle s'est édifiée l'architecture héroïque du xxe siècle, l'architecte Robert Venturi, revenant à l'éclectisme du xviiie et du xixe siècle, peut préférer le « à la fois » au « ou » exclusif en architecture, se moquer du purisme d'un Mies van der Rohe (less is a bore) et déclarer, dans De l'ambiguïté en architecture (qualifié à juste titre par Vincent Scully de « texte le plus important de la théorie de l'architecture depuis Vers une architecture de Le Corbusier ») : « Ce que j'aime des choses c'est qu'elles soient hybrides plutôt que „pures“, issues de compromis plutôt que de mains propres, biscornues plutôt que „sans détours“, ambiguës plutôt que clairement articulées, aussi contrariantes qu'impersonnelles..., conventionnelles plutôt qu'„originales“, accommodantes plutôt qu'exclusives,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université Harvard

Classification

Pour citer cet article

Yve-Alain BOIS. ÉCLECTISME, architecture [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Architecture

    • Écrit par
    • 7 827 mots
    • 30 médias
    ...II, 1727-1760, George III, 1760-1820), phénomène que l'on peut analyser comme une sorte de syncrétisme expressif que l'on a un peu vite confondu avec l' éclectisme. Cette tendance se caractérise par un foisonnement de courants formels et stylistiques qui reflète bien le cosmopolitisme culturel et la « curiosité...
  • ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Notions essentielles

    • Écrit par
    • 4 952 mots
    Pour l'architecte rationaliste, la beauté résulte avant tout d'une démarche structurelle conduite à son terme logique. Pour l'éclectique, qui emprunte aux époques les plus diverses de l'histoire de l'architecture, de l'Égypte ancienne au Moyen Âge, de la Grèce classique aux Lumières européennes, elle...
  • ARCHITECTURE CONTEMPORAINE - Une architecture plurielle

    • Écrit par , et
    • 11 661 mots
    • 17 médias
    ...Peichel, le prototype étant celui de Salzbourg en 1972. Buenos Aires, au contraire, continue de promouvoir une architecture d'une certaine vitalité, même si ses formes d'expression plutôt éclectiques ne la rattachent que très faiblement au langage vernaculaire argentin, tant populaire que colonial. Dans ce...
  • BAJENOV VASSILI (1737-1799)

    • Écrit par
    • 664 mots

    Vassili Ivanovitch Bajenov est l'une des figures les plus intéressantes de l'architecture russe du xviiie siècle. Esprit puissant, original et mystique, il fut aussi fécond dans ses projets que malchanceux dans ses réalisations. Bajenov est né à Moscou d'un père prêtre. Ses études...

  • Afficher les 21 références