ÉCHEVIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À l'époque carolingienne, les échevins (scabini) étaient les notables désignés par le peuple pour assister le comte à son tribunal. On appela ainsi à partir du xiie siècle les notables élus par les habitants et en fait, le plus souvent, par l'oligarchie dirigeante pour former autour du maire le conseil des villes de commune, c'est-à-dire d'un grand nombre de villes du nord de la France et des futurs Pays-Bas. Certaines constitutions urbaines leur donnaient le nom de jurés, de syndics ou de pairs (Rouen). Les échevins parisiens étaient, avec le prévôt des marchands, les chefs de la hanse des marchands de l'eau (grands marchands utilisant la voie fluviale) qui, à partir du xive siècle, fit figure à certains égards de municipalité.

Assistés éventuellement par un procureur du roi et de la ville, un receveur et un greffier, les échevins composaient le corps de ville ou bureau de ville. Ils étaient d'abord à ce titre, même si leurs attributions avaient diminué d'importance, membres d'une juridiction (à Metz, à Nancy, les « maîtres échevins » étaient juges plutôt qu'édiles). Mais la création au xvie siècle des juridictions consulaires, au xviie siècle des lieutenants de police réduisit fort leurs prérogatives judiciaires. Le mode de nomination des échevins était variable, ce que l'on continuait de nommer « élection » étant une désignation par le pouvoir royal ou une cooptation par les marchands les plus influents. Lorsque les places d'échevins étaient dites « électives », elles étaient aussi gratuites et temporaires, annuelles ou biennales. Mais à plusieurs reprises, en 1692, 1706, 1733, 1771, la monarchie transforma les charges de maire et certaines charges d'échevins en offices vénaux, qui trouvaient ou non des acquéreurs, acquéreurs de bon ou de mauvais gré. Le recrutement ne changea pas pour autant. Dans les villes petites ou moyennes s'affrontent deux clans : celui des marchands et celui des officiers et gens de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : diplômé de l'École pratique des hautes études, assistant à l'université de Paris-II

Classification


Autres références

«  ÉCHEVIN  » est également traité dans :

GAND

  • Écrit par 
  • Xavier MABILLE, 
  • Hans VAN WERVEKE
  •  • 1 982 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les origines »  : […] Des fouilles récentes révèlent l'existence d'un vicus gallo-romain à 2,5 km à l'est du confluent de la Lys et de l'Escaut. Près de ce confluent, à Ganda, saint Amand fonda vers 630-639 l'abbaye dite de Saint-Bavon. Une seconde abbaye, dite de Saint-Pierre, fut construite sur le mont Blandin à 1,5 km en amont sur la rive gauche de l'Escaut, vers 650-675. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gand/#i_22656

MICHEL CHARLES (1975- )

  • Écrit par 
  • Joseph TORDOIR
  •  • 943 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le plus jeune ministre régional wallon »  : […] Président des Jeunes Réformateurs libéraux de Jodoigne (1992-1999), Charles Michel est élu, en octobre 1994, conseiller de la nouvelle province du Brabant wallon et obtient la vice-présidence de cette assemblée provinciale en janvier 1995. Il conserve cette fonction jusqu’en juin 1999, époque de son entrée à la Chambre des représentants, en tant qu’élu PRL-FDF (Parti réformateur libéral-Front dém […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-michel/#i_22656

Pour citer l’article

Frédéric BLUCHE, « ÉCHEVIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/echevin/