ÉCHELLES DU LEVANT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nom donné à l'origine (seconde moitié du xvie s.) aux établissements français, puis européens, installés dans les principaux ports et dans quelques villes de l'intérieur de l'Empire ottoman, dans lesquels les négociants européens bénéficient des privilèges des Capitulations et où, éventuellement, réside un consul. Le mot « échelle » (doublet d'escale) s'est ainsi appliqué, dans le vocabulaire occidental, à quelques-unes des villes des territoires proprement turcs ou arabes de l'Empire ottoman où les négociants étrangers peuvent se livrer au commerce d'importation et d'exportation : Smyrne, Chio, Alep, Tripoli de Syrie, Beyrouth, Sayda, Alexandrie. Dans les Capitulations, telles qu'elles ont été amendées au xviie siècle, apparaissent quatre garanties fondamentales accordées aux étrangers : droit de résidence, liberté du culte chrétien, inviolabilité du domicile, transmission des biens par héritage. Le consul représente l'autorité nationale : il est à la fois le représentant et l'informateur du ministre dont il dépend, le juge, le protecteur et l'administrateur de la « nation » ; il est son représentant et son intermédiaire auprès des autorités ottomanes ; il est secondé sur place par les députés de la nation, choisis parmi les membres de la colonie locale.

Dans une première phase, les Échelles du Levant ont facilité le commerce des échanges entre l'Occident et l'Orient, puis, dans une seconde phase (fin du xviie-XVIIIe s.), elles ont permis la pénétration économique, puis politique, des Européens dans le monde ottoman, en s'appuyant spécialement sur les sujets « minoritaires » de l'empire. En ce qui concerne la France, le système des Échelles, étroitement dirigiste depuis Colbert, a été supprimé par la Révolution, rétabli par Bonaparte en 1803, et définitivement aboli en 1835.

—  Robert MANTRAN

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Provence-Aix-Marseille-I

Classification


Autres références

«  ÉCHELLES DU LEVANT  » est également traité dans :

CAPITULATIONS

  • Écrit par 
  • Frédéric BLUCHE
  •  • 252 mots

Naguère encore, on donnait des capitulations la définition suivante : « Traités signés par le roi de France et par l'empereur ottoman, depuis le règne de François I er , et destinés à garantir les droits du commerce chrétien aux échelles (escales) du Levant. » Il faut nuancer cette définition. En premier lieu, les capitulations ne sont pas de véritables traités conclus ave […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/capitulations/#i_31075

CHYPRE

  • Écrit par 
  • Marc AYMES, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Gilles GRIVAUD, 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 10 301 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Chypre, province ottomane »  : […] Le 3 juillet 1570, une flotte ottomane paraît devant Larnaca. La majeure partie de l'île est conquise en quelques mois. Nicosie ne tenant le siège que du 25 juillet au 9 septembre, c'est devant Famagouste que la guerre de Chypre se rend mémorable : de septembre 1570 à la reddition du 1 er  août 1571, 50 000 à 80 000 assiégeants (sur un total d'au moins 250 000 hommes de tr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chypre/#i_31075

MÉDITERRANÉE HISTOIRE DE LA

  • Écrit par 
  • André BOURDE, 
  • Georges DUBY, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 18 410 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Soliman le Magnifique »  : […] Après la prise de Constantinople, la conquête ottomane s'étendit rapidement aux pays de la Méditerranée orientale. Maîtres des détroits, les Turcs chassent les Génois de la mer Noire et de la mer Égée. Venise perd ses positions en Grèce et dans l'Archipel, se replie sur Chypre qu'elle enlève aux Lusignan. Elle conclut avec le sultan une alliance qui lui permet, malgré tout, de continuer son comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-la-mediterranee/#i_31075

OTTOMAN EMPIRE

  • Écrit par 
  • François GEORGEON, 
  • Robert MANTRAN
  •  • 9 911 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Une civilisation riche et prospère »  : […] Pour le commerce extérieur, Vénitiens et Génois ont vu leurs privilèges renouvelés périodiquement ou au gré des circonstances, mais leurs positions sont bien moins fortes à la fin du xvi e  siècle qu'elles ne l'étaient au temps des Byzantins, quoique Venise conserve encore une place éminente parmi les nations qui commercent avec l'Empire ottoman. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-ottoman/#i_31075

Pour citer l’article

Robert MANTRAN, « ÉCHELLES DU LEVANT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/echelles-du-levant/