HEBB DONALD OLDING (1904-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1904, le psychologue canadien Donald Hebb a soutenu en 1936 une thèse de doctorat, dirigée par Karl Lashley, sur les effets de la privation sensorielle sur la perception chez le rat. Il a ensuite travaillé avec Wilder Penfield à Montréal, sur l’effet des lésions cérébrales sur le comportement humain, puis à nouveau auprès de Lashley au Yerkes Primate Center.

Devenu professeur de psychologie à l’université McGill à Montréal, il publie en 1949 un ouvrage considéré comme une œuvre majeure pour la psychologie du xxe siècle : Organization of Behavior : A Neuropsychological Theory. L’apport central de cet ouvrage est appelé loi de Hebb : si deux neurones se trouvent en activité au même moment et de manière répétée, leur connexion sera renforcée (à travers une croissance anatomique ou une modification métabolique), et l’activation de l’un par l’autre sera par la suite facilitée. L’activité électrique des neurones était alors déjà connue, mais l’idée d’un effet à long terme de cette activité constitue une hypothèse qu’on peut considérer comme un précurseur des travaux sur la potentialisation à long terme : ces travaux ont marqué toute la moitié du xxe siècle dans le domaine des neurosciences, et ont fait avancer de manière considérable les connaissances sur la mémoire.

On oublie parfois que cette règle est assortie d’une hypothèse plus générale sur les phénomènes d’apprentissage : c’est l’idée que chaque représentation mentale est liée à la constitution d’une « assemblée de cellules ». Chaque neurone pouvant appartenir à plusieurs sous-ensembles, donc être impliqué dans plusieurs représentations de l’information, c’est la structure de l’assemblage qui détermine la nature de chaque représentation. Cette hypothèse, d’inspiration initiale gestaltiste, est aussi l’une des sources d’inspiration des travaux, en neurosciences et en intelligence artificielle, fondés sur le principe de la nature distribuée des représentations mentales (réseaux de neurones).

À la fois psychologue et neurophysiologiste, Hebb s’est aussi préoccupé de questions d’éducation, appliquant ses vues sur l’apprentissage en mettant en valeur les effets de la richesse de l’environnement sur le fonctionnement cérébral. À cet égard, les données récentes sur la plasticité cérébrale lui doivent aussi beaucoup.

—  Daniel GAONAC'H

Écrit par :

Classification


Autres références

«  HEBB DONALD OLDING (1904-1985)  » est également traité dans :

CERVEAU HUMAIN

  • Écrit par 
  • André BOURGUIGNON, 
  • Jean-Claude DUPONT, 
  • Cyrille KOUPERNIK, 
  • Pierre-Marie LLEDO, 
  • Bernard MAZOYER, 
  • Jean-Didier VINCENT
  •  • 17 091 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les mécanismes de la plasticité »  : […] Depuis Cajal, les histologistes avaient proposé que la plasticité cérébrale pouvait être liée à un changement des connexions neuronales. Mais c'est l'apport du neuropsychologue canadien Donald Hebb (1904-1985) qui peut être considéré comme le véritable point de départ théorique du mécanisme de la plasticité. Hebb propose que les modèles de comportement, comme la perception visuelle, se construise […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cerveau-humain/#i_1037

COGNITIVES SCIENCES

  • Écrit par 
  • Daniel ANDLER
  •  • 19 239 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les prodromes (1936-1950) »  : […] Il est néanmoins possible de situer les « causes immédiates » de l'avènement de ces sciences dans la période qui s'étend entre le milieu des années 1930 et la fin des années 1940. Deux articles fondamentaux du grand logicien anglais A. M.  Turing encadrent symboliquement cette préhistoire : en 1936, il jetait les bases mathématiques et conceptuelles de ce qui deviendrait, au cours de la décennie s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-cognitives/#i_1037

Pour citer l’article

Daniel GAONAC'H, « HEBB DONALD OLDING - (1904-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/donald-olding-hebb/