MENIL DOMINIQUE DE (1908-1997)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La France découvrit Dominique de Menil en 1984 quand le Grand Palais présenta, dans l'exposition intitulée La Rime et la raison, une petite partie des œuvres de sa collection. Pourtant Dominique était née française, en 1908, et ce n'est qu'en 1931, après avoir fait des études de mathématiques et de physique à la Sorbonne, qu'elle avait changé de pays ainsi que de religion (passant du protestantisme au catholicisme) pour pouvoir épouser John de Menil. Comme le remarquait Walter Hopps dans un des textes ouvrant le catalogue de La Rime et la raison, c'est après l'Armory Show de 1913, où avaient été montrées à New York les tendances nouvelles de l'art de tous les pays où la modernité s'était imposée, que les grandes collections américaines se sont constituées. Elles empruntèrent à vrai dire deux voies différentes dont les collectionneurs Walter Arensberg et Duncan Philipps furent les figures éponymes. Le premier, croyant à la permanence d'une tradition ininterrompue dans l'art des origines à nos jours, s'attacha à mettre en relation l'art antémoderne et l'art moderne, en privilégiant bien sûr les artistes et les œuvres qui pouvaient peu ou prou se rattacher à un idéal classique ou qui du moins ne malmenaient pas trop les critères d'harmonie, de sérénité et de bon goût (par exemple le Braque postérieur au cubisme analytique et le Matisse du retour à l'ordre). Le second entérinait quant à lui l'idée qu'une rupture s'était produite au début du xxe siècle et, quels que fussent les noms ou les dates retenus pour désigner ce changement, il pensait qu'une collection, loin de pouvoir encore se contenter d'être le reflet de la belle unité intemporelle de l'art, se devait de prendre parti en se risquant à accueillir, à acquérir des œuvres qui n'appartenaient encore à aucune histoire, qui n'avaient encore aucune postérité permettant de statuer sur leur fécondité et leur valeur. Marcel Duchamp fut l'artiste qui symbolisa cette révolution. Dominique et John de Menil se rangèrent quant à eux avec ferv [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  MENIL DOMINIQUE DE (1908-1997)  » est également traité dans :

MUSÉE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 11 420 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du sanctuaire au média »  : […] Les créateurs ont été les premiers à mettre en doute, parfois avec violence, le bien-fondé d'une institution qui leur était doublement destinée, comme lieu de formation et comme terme de consécration. Le mot célèbre de Pissarro : « Il faut brûler les nécropoles de l'art » – auquel fait écho celui de Vasarély : « Je veux en finir avec tout ce qui précisément fait le musée : l'œuvre unique et irremp […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-François POIRIER, « MENIL DOMINIQUE DE - (1908-1997) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dominique-de-menil/