DESCHAMPS dom (1716-1774)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bénédictin français, né à Rennes, Léger Marie Deschamps semble avoir mené une vie tranquille, comme procureur du petit monastère bénédictin de Montreuil-Bellay, près de Saumur. L'événement le plus marquant de sa vie est sans doute, après 1760, la rencontre d'un protecteur et ami, bientôt d'un disciple, en la personne du marquis de Voyer, fils du comte d'Argenson, lui-même poète et philosophe. En 1761, Deschamps commence un échange de correspondance avec Rousseau, interrompu par la condamnation de L'Émile et par l'exil de ce dernier. Mais il reste en relation avec les « Philosophes », dont les plus avisés voient bien ce que son système a d'incompatible avec la nouvelle philosophie. Il meurt muni des derniers sacrements. Les études récentes sur Deschamps (cf. notamment J. Wahl, « Présentation de lettres et d'inédits de dom Deschamps », in Revue de métaphysique et de morale, no 3, juill.-sept. 1964) ont révélé en lui un des plus profonds métaphysiciens du xviiie siècle, auteur d'une dialectique du relatif, de l'absolu positif, de l'absolu négatif, provenant d'une interprétation analogique du dogme chrétien de la Trinité ; au Tout, absolu positif, s'oppose Tout, éparpillement, rupture, aussi bien dans le domaine métaphysique que dans les domaines moral et social. L'anarchisme révolutionnaire de Deschamps prend dès lors une dimension cosmique, qui souligne l'écart entre les positions idéologiques des « Philosophes » et leur doctrine sociale. Dom Deschamps est un théoricien communiste, aussi violent et résolu que Jean Meslier, mais plus habile au maniement du vocabulaire philosophique.

—  Jean-Robert ARMOGATHE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  DESCHAMPS dom (1716-1774)  » est également traité dans :

PANTHÉISME

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 7 630 mots

Dans le chapitre « Le panthéisme après Spinoza »  : […] Il reste paradoxal, cependant, de dire que Dieu se pense. La Substance une et infiniment infinie est sans détermination dans le système spinoziste de la Nature. Il semble donc bien que Dieu ne soit plus en réalité qu'un mot ou un système axiomatique de la Nature : en fait, le spinozisme est un athéisme. On pourrait l'établir. L'orthodoxie, finalement, n'a pas tort de voir dans le panthéisme l'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pantheisme/#i_44940

SPINOZA BARUCH (1632-1677)

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 12 184 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le XVIIIe siècle : la lutte antireligieuse, la formation du matérialisme et la pensée révolutionnaire »  : […] À l'entrée du xviii e  siècle, on note à la fois la sympathie et les prudences de Bayle. Exilé dès 1681, en Hollande, le philosophe de Rotterdam fait pendant au philosophe de La Haye ; pour toute sa vie, il est lié à ce dernier, qu'il avait commencé de lire à Sedan, mais dont il acquiert, dans le Refuge, une connaissance complète. En 1682 paraiss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baruch-spinoza/#i_44940

Pour citer l’article

Jean-Robert ARMOGATHE, « DESCHAMPS dom (1716-1774) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dom-deschamps/