MONROE DOCTRINE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le fondement de l'impérialisme des États-Unis (1895-1970)

Le tournant du xxe siècle inaugure une ère nouvelle dans l'interprétation de la doctrine. Désormais, la puissance américaine est fortement assise, la conquête du continent est terminée, la Frontière a disparu. Le monde est livré aux grandes puissances. Dans ce contexte nouveau, la doctrine de Monroe se mue en une forme d'impérialisme au profit des États-Unis.

La première manifestation en est le conflit hispano-américain de 1898 qui se termine au traité de Paris (10 décembre 1898) par la cession aux États-Unis de Cuba et de Porto Rico, ce qui donne à la puissance américaine une position prépondérante dans les Caraïbes. Théodore Roosevelt tira les conséquences de cette situation nouvelle dans son message du 6 décembre 1904, ou corollaire Roosevelt à la doctrine de Monroe, en soutenant que, dans l'hémisphère occidental, l'adhésion des États-Unis à la doctrine de Monroe pouvait les forcer, malgré eux, à intervenir dans les affaires d'un autre État américain et à exercer des pouvoirs internationaux de police. C'était ouvrir la voie à une politique qualifiée officiellement de « panaméricaine », mais qui, sous le couvert de la doctrine de Monroe, assurait la défense des intérêts nord-américains sur le continent. Ainsi Roosevelt appliqua la politique du big stick (politique du gros bâton) à l'encontre de la république Dominicaine, tandis que son successeur R. Taft préféra l'expression et les méthodes de la « diplomatie du dollar », et que Woodrow Wilson opta pour les pratiques du « bon voisinage ». Sous ces diverses appellations, avec des méthodes différentes, c'était toujours la même politique d'intervention à l'encontre de régimes peu appréciés du gouvernement des États-Unis. Cette tendance se maintint tout au long du xxe siècle, avec des fortunes diverses, cependant que les républiques sud-américaines prenaient davantage conscience de leur identité et que s'affirmait leur nationalisme. La doctrine de Monroe fut sévèrement remise en cau [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Médias de l’article

Thomas Jefferson

Thomas Jefferson
Crédits : Hulton Getty

photographie

James Monroe, président des Etats-Unis

James Monroe, président des Etats-Unis
Crédits : Library of Congress, Washington D.C.

photographie





Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  MONROE DOCTRINE DE  » est également traité dans :

ADAMS JOHN QUINCY (1767-1848)

  • Écrit par 
  • Marie-France TOINET
  •  • 1 079 mots

Sixième président des États-Unis, de 1825 à 1829, John Quincy Adams a eu par ailleurs une remarquable carrière de diplomate, puis, à l'expiration de son mandat présidentiel, de député. Né à Braintree (actuellement Quincy) dans le Massachusetts, fils aîné du deuxième président des États-Unis, John Adams, il fut fortement influencé dans son enfance par les prises de position de son père au cours de […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Évolution géopolitique

  • Écrit par 
  • Georges COUFFIGNAL
  •  • 7 468 mots

Dans le chapitre « Ambiguïtés de la doctrine »  : […] Mais ce message contenait un second volet : face à une Europe colonisatrice, les États-Unis, qui avaient conquis leur indépendance près d'un demi-siècle auparavant, saluaient les jeunes nations qui venaient de se constituer et les assuraient de leur protection face à toute tentative d'ingérence européenne. Ce ne fut pas toujours le cas au xix e  siècle, puisqu'il y eut nombre d'interventions europ […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN, 
  • Annick FOUCRIER, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 33 175 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « L'interventionnisme »  : […] En même temps, les États-Unis font leur entrée sur la scène internationale . Pratiquement, depuis Monroe, ils ne s'étaient manifestés qu'épisodiquement, comme en 1854 à l'occasion du traité signé avec le Japon, en 1867 lors de l'achat de l'Alaska aux Russes ou en 1875 au moment du traité de réciprocité avec les îles Hawaii. À la fin du xix e  siècle, les conditions ont changé : la Frontière a disp […] Lire la suite

ISOLATIONNISME

  • Écrit par 
  • Alexandre KISS
  •  • 860 mots
  •  • 1 média

Ligne de conduite suivie dans les relations extérieures par un État qui entend ne pas participer à la vie politique internationale en dehors des affaires par lesquelles il s'estime être directement concerné, l'isolationnisme semble se borner essentiellement aux questions politiques et n'exclut nullement les relations avec d'autres États dans d'autres domaines. En formulant, dès 1796, le principe d […] Lire la suite

MONROE JAMES (1758-1831)

  • Écrit par 
  • Marie-France TOINET
  •  • 641 mots
  •  • 2 médias

Né en Virginie dans une famille de notables, James Monroe interrompit ses études au collège William and Mary pour participer à la guerre d'Indépendance au cours de laquelle il fut blessé et nommé capitaine par George Washington. En 1780, il devient l'ami de Thomas Jefferson, auprès duquel il poursuit ses études de droit. À vingt-quatre ans, il est élu à la Chambre des représentants de Virginie, p […] Lire la suite

O.E.A. (Organisation des États américains)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 364 mots
  •  • 3 médias

Instituée le 30 avril 1948 par les États qui participaient à la IX e  conférence panaméricaine réunie à Bogotá, l'Organisation des États américains (O.E.A.) regroupe l'ensemble des États souverains de l'Amérique . Sa charte constitutive lui donne pour objectifs d'œuvrer au renforcement de la paix et de la sécurité sur le continent, d'assurer le règlement pacifique des différends entre États, de dé […] Lire la suite

PHILIPPINES

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Manuelle FRANCK, 
  • William GUÉRAICHE, 
  • Lucila V. HOSILLOS, 
  • Jean-Louis VESLOT
  • , Universalis
  •  • 21 391 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La colonisation américaine (1898-1946) »  : […] Les Américains entrent tardivement dans le club fermé des puissances colonisatrices. En apparence, c'est presque fortuitement que les États-Unis prennent possession de l'archipel philippin. En réalité, l'annexion de 1898 célébrée par les milieux d'affaires consacre aussi un expansionnisme de plusieurs décennies. Pour maintenir à distance des Anglais toujours entreprenants, le président Monroe ava […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

3-24 mars 1981 • États-Unis - Amérique latine • Reformulation de la doctrine de Monroe par l'administration Reagan

Le 3, dans une interview télévisée, Ronald Reagan se défend de vouloir entraîner son pays au Salvador dans un engrenage « à la vietnamienne ». Il se déclare même favorable à une « solution politique » et repousse l'éventualité de l'envoi de troupes de combat américaines. Par contre, il renouvelle ses propositions de « travail diplomatique continu » aux pays qui ne veulent pas « laisser ce continen [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude FOHLEN, « MONROE DOCTRINE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/doctrine-de-monroe/