DICHROÏSME

Différence d'absorption par un cristal de deux vibrations lumineuses polarisées différemment. Si un cristal est éclairé en lumière blanche polarisée rectilignement, sa coloration (due à l'absorption) varie avec l'orientation du polariseur et du cristal. Un tel cristal est dit pléochroïque ; un cristal biaxe présentant trois teintes principales suivant les trois axes de symétrie géométrique est trichroïque, alors qu'un uniaxe n'en ayant que deux (ordinaire et extraordinaire) est appelé dichroïque.

Certaines substances biréfringentes dichroïques sont nettement plus absorbantes pour l'une des deux vibrations, leurs indices respectifs d'extinction étant assez différents. C'est le cas de la tourmaline (silicoborate d'alumine), qui absorbe complètement la vibration ordinaire pour quelques millimètres de traversée du cristal. On réalise ainsi une polarisation rectiligne par absorption sélective. On a essayé de fabriquer des polariseurs artificiels fondés sur la propriété du dichroïsme. La tourmaline ne convient pas, car ses cristaux sont petits, peu homogènes et leur faible dichroïsme ne provoque qu'une polarisation partielle en lame mince, la transmission d'une lame épaisse devenant négligeable.

Herepath, en 1852, réussit à produire des petits cristaux d'iodosulfate de quinine (appelé depuis hérapathite), qui absorbent complètement une des composantes de polarisation tout en transmettant l'autre avec peu de pertes.

Les polariseurs artificiels, appelés Polaroïd, contiennent des cristaux de cette substance. Le Polaroïd, inventé en 1932 par Edwin Herbert Land (1909-1991), se présente comme un empilement de fines feuilles de nitrocellulose contenant de microscopiques cristaux polarisants dont les axes optiques sont parallèles. L'orientation de ces cristaux peut être obtenue par action d'un champ magnétique, par épitaxie ou par étirage mécanique. Ces polariseurs ont leur maximum d'efficacité dans le spectre visible. D'autres substances permettent de fabriquer des polariseurs pour le proche infrarouge et pour le proche ultraviolet.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  DICHROÏSME  » est également traité dans :

AIGUE-MARINE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 1 153 mots
  •  • 1 média

Elle présente un dichroïsme net – bleu pâle presque incolore et bleu azur profond –, dû à l'absorption inégale de la lumière par le cristal biréfringent. Cette caractéristique doit être prise en compte lors de la taille de la pierre, afin d'éviter que celle-ci ne prenne une teinte plus sombre ou plus claire qu'il ne convient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aigue-marine/#i_24153

AMÉTHYSTE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 2 334 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Propriétés physico-chimiques »  : […] (verdâtre sous l'ultraviolet). La couleur de sa poudre est blanche. Elle présente un dichroïsme assez net montrant un ton rouge violacé porté par le rayon ordinaire, et un ton violet bleuâtre sur le rayon extraordinaire. L'améthyste est infusible et insoluble ; cependant, la poudre mélangée avec du carbonate de calcium fond en donnant un verre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amethyste/#i_24153

ANALYTIQUE CHIMIE

  • Écrit par 
  • Alain BERTHOD, 
  • Jérôme RANDON
  •  • 8 879 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Mesure de constantes physico-chimiques »  : […] par leur pouvoir rotatoire. La polarimétrie est ainsi utilisée pour les molécules à structure asymétrique (qui ne possèdent ni plan, ni centre de symétrie). Pour celles-ci, on peut mesurer la différence d'absorbance de la lumière polarisée à droite et à gauche en fonction de la longueur d'onde : on observe alors un dichroïsme circulaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-analytique/#i_24153

COTTON AIMÉ AUGUSTE (1869-1951)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul MATHIEU
  •  • 680 mots

Né à Bourg-en-Bresse, élève à l'École normale supérieure de 1890 à 1893, Aimé Auguste Cotton y enseigna de 1900 à 1922, après avoir été professeur à la faculté des sciences de Toulouse de 1895 à 1900. De 1920 à 1941, il fut professeur de physique théorique, puis de physique générale à la Sorbonne. Élu en 1923 à l'Académie des sciences, il en fut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aime-auguste-cotton/#i_24153

ZEEMAN EFFET

  • Écrit par 
  • Jean MARGERIE
  •  • 5 756 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Effet Zeeman des centres localisés »  : […] en séparer les composantes Zeeman par les champs les plus intenses que l'on sache produire, l'effet Zeeman prend la forme d'un dichroïsme magnétique en absorption, d'une polarisation magnétique en émission. Soit, par exemple, une observation longitudinale dans une expérience d'absorption. Dans le cas simple de la figure a, les deux composantes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/effet-zeeman/#i_24153

Pour citer l’article

Pierre BELLAND, « DICHROÏSME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dichroisme/