DICHROÏSME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Différence d'absorption par un cristal de deux vibrations lumineuses polarisées différemment. Si un cristal est éclairé en lumière blanche polarisée rectilignement, sa coloration (due à l'absorption) varie avec l'orientation du polariseur et du cristal. Un tel cristal est dit pléochroïque ; un cristal biaxe présentant trois teintes principales suivant les trois axes de symétrie géométrique est trichroïque, alors qu'un uniaxe n'en ayant que deux (ordinaire et extraordinaire) est appelé dichroïque.

Certaines substances biréfringentes dichroïques sont nettement plus absorbantes pour l'une des deux vibrations, leurs indices respectifs d'extinction étant assez différents. C'est le cas de la tourmaline (silicoborate d'alumine), qui absorbe complètement la vibration ordinaire pour quelques millimètres de traversée du cristal. On réalise ainsi une polarisation rectiligne par absorption sélective. On a essayé de fabriquer des polariseurs artificiels fondés sur la propriété du dichroïsme. La tourmaline ne convient pas, car ses cristaux sont petits, peu homogènes et leur faible dichroïsme ne provoque qu'une polarisation partielle en lame mince, la transmission d'une lame épaisse devenant négligeable.

Herepath, en 1852, réussit à produire des petits cristaux d'iodosulfate de quinine (appelé depuis hérapathite), qui absorbent complètement une des composantes de polarisation tout en transmettant l'autre avec peu de pertes.

Les polariseurs artificiels, appelés Polaroïd, contiennent des cristaux de cette substance. Le Polaroïd, inventé en 1932 par Edwin Herbert Land (1909-1991), se présente comme un empilement de fines feuilles de nitrocellulose contenant de microscopiques cristaux polarisants dont les axes optiques sont parallèles. L'orientation de ces cristaux peut être obtenue par action d'un champ magnétique, par épitaxie ou par étirage mécanique. Ces polariseurs ont leur maximum d'efficacité dans le spectre visible. D'autres substances permettent de fabriquer des polariseurs pour le proch [...]

Invention du Polaroid

Invention du Polaroid

Photographie

L'Américain Edwin Herbert Land (1909-1991), inventeur de la photographie instantanée Polaroid, procédé commercialisé dès 1948. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DICHROÏSME  » est également traité dans :

AIGUE-MARINE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 1 153 mots
  •  • 1 média

L'aigue-marine est la variété bleue et limpide du béryl, un cyclosilicate de béryllium. Sa couleur présente de nombreuses nuances en fonction de la provenance de la pierre : bleu pâle, bleu, bleu-vert. Pierre fine recherchée en joaillerie, elle est d'autant plus appréciée que sa couleur est d'un bleu soutenu. Son habitus (forme géométrique) en cri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aigue-marine/#i_24153

AMÉTHYSTE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 2 334 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Propriétés physico-chimiques »  : […] L'améthyste ne conserve sa couleur violette que pour des températures inférieures à 250  0 C. Sa taille et son façonnage doivent donc en tenir compte pour éviter tout échauffement excessif dû à l'abrasion ou à la flamme du chalumeau. Au-delà de cette température, l'améthyste devient incolore puis, entre 400 et 500  0 C, prend une couleur jaune. À c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amethyste/#i_24153

ANALYTIQUE CHIMIE

  • Écrit par 
  • Alain BERTHOD, 
  • Jérôme RANDON
  •  • 8 878 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Mesure de constantes physico-chimiques »  : […] Les points d'ébullition, de fusion ou de sublimation, l'indice de réfraction et la densité d'un corps pur permettent de le caractériser. Ces constantes sont listées dans les ouvrages de références de chimie et elles sont couramment mesurées pour contrôler la pureté d'un produit en fin de synthèse. Les substances faisant tourner le plan de polarisat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-analytique/#i_24153

COTTON AIMÉ AUGUSTE (1869-1951)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul MATHIEU
  •  • 680 mots

Né à Bourg-en-Bresse, élève à l'École normale supérieure de 1890 à 1893, Aimé Auguste Cotton y enseigna de 1900 à 1922, après avoir été professeur à la faculté des sciences de Toulouse de 1895 à 1900. De 1920 à 1941, il fut professeur de physique théorique, puis de physique générale à la Sorbonne. Élu en 1923 à l'Académie des sciences, il en fut pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aime-auguste-cotton/#i_24153

ZEEMAN EFFET

  • Écrit par 
  • Jean MARGERIE
  •  • 5 760 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Effet Zeeman des centres localisés »  : […] On rencontre des cas où les électrons optiques, bien que perturbés par l'entourage cristallin, sont liés essentiellement à un centre donné (par exemple, centres colorés dus à des impuretés ou à des défauts de réseau, cristal pur renfermant des ions de terre rare, etc.). Les spectres sont alors assez semblables à ceux des atomes libres, les raies d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/effet-zeeman/#i_24153

Pour citer l’article

Pierre BELLAND, « DICHROÏSME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dichroisme/