DIASPORES, botanique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans tout le règne végétal, on appelle diaspores les parties des plantes qui sont disséminées, permettant ainsi la propagation des espèces (diaspora, dispersion).

Les diaspores sont d'origine végétative quand elles sont constituées d'une fraction de l'appareil végétatif (thalle ou cormus).

Chez les Algues, les Champignons et les Lichens, des fragments non spécialisés du thalle assurent un véritable bouturage. Il en est de même des propagules uni- ou pluricellulaires qui se distinguent du reste du thalle qui les porte (isidies et sorédies des Lichens, par exemple). Enfin, propre aux Thallophytes, la sporulation végétative se fait grâce à des cellules particulières, les spores, formées à l'intérieur d'un sporocyste à la suite de plusieurs mitoses survenues dans une cellule mère (Algues, Phyco- et Zygomycètes) ou par bourgeonnement continu d'une phialide, sporocyste particulier (Asco- et Basidiomycètes).

Chez les Cormophytes, on assiste encore à un bouturage grâce à la fragmentation de l'un des organes constitutifs à la plante mère (thalle des Hépatiques, protonéma et tige feuillée des Mousses, rhizomes des Ptéridophytes et des Spermaphytes, tiges des espèces aquatiques, etc.). Mais il arrive aussi que la plante porte des organes spécialisés susceptibles de se détacher (bourgeons dormants ou bulbilles). Enfin, la diaspore n'appartient pas toujours à l'architecture courante de la plante. Néoformée, elle s'y ajoute, apparaissant à des moments divers de la vie du végétal (propagules des Bryophytes, bourgeons adventifs des racines ou des feuilles qui sont à l'origine de bulbilles chez les Angiospermes).

La dissémination des Algues, des Champignons, des Bryophytes et des Ptéridophytes est encore assurée par des méiospores (d'origine méiotique et non mitotique comme dans la sporulation végétative). Il ne s'agit plus là d'un bouturage. En effet, la germination des méiospores issues d'un seul sporophyte donne naissance à plusieurs gamétophytes qui, par l'intermédiaire de la reproduction sexuée, seront à l'origine d'un grand nombre de sporophytes de deuxième génération.

Avec les Spermaphytes, la graine représente le type de diaspore le plus typique, mais il en existe beaucoup d'autres :

– des embryons, comme ceux des palétuviers (Rhizophora) qui tombent sur la vase des mangroves ;

– des fruits entiers, comme les fruits secs indéhiscents (akènes et caryopses), nus ou enveloppés du périanthe desséché ou des fragments de fruits contenant une ou plusieurs graines (radis) ;

– des groupes de fruits associés dans les enveloppes florales persistantes (Rumex) ;

– des fruits composés de fruits élémentaires plus ou moins intimement fusionnés (mûres du mûrier) ;

– des inflorescences complètes parvenues à maturité (capitules de bardane, cymes de tilleul) ou des fragments d'inflorescences (épillets de Graminées) ;

– enfin, des plantes entières arrachées et roulées par le vent dispersent leurs graines sur de grandes surfaces.

La dissémination des diaspores est assurée de différentes façons :

– par simple pesanteur, elles tombent autour de la plante mère ;

– par des moyens mécaniques, la plante projette à distance méiospores, graines, akènes, caryopses (ouverture des sporanges de Fougères, éclatement de la capsule des balsamines, explosion du concombre-d'âne) ou enterre ses fruits (cacahuètes de l'arachide) ;

– grâce à des agents physiques comme l'eau (hydrochorie, de hudôr, eau) : spores et propagules de Thallophytes, fragments de Phanérogames aquatiques, leurs fruits et leurs graines. De même, le vent (anémochorie, de anemos, vent) est un agent efficace : spores de Champignons, isidies et sorédies des Lichens, fruits et graines. Dans ce cas, les diaspores sont de petite taille, ou même microscopiques (spores), et légères (en particulier les graines d'orchidées). Elles sont très fréquemment pourvues de dispositifs augmentant la surface de contact avec l'air quand il s'agit de graines, de fruits ou même d'inflorescences : ailes (graines des pins, samares de l'orme, inflorescences [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Sud, directeur du Laboratoire de taxonomie végétale expérimentale et numérique associé au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  DIASPORES, botanique  » est également traité dans :

ANÉMOCHORIE

  • Écrit par 
  • Jacques DAUTA
  •  • 896 mots
  •  • 1 média

Dissémination, par l'intermédiaire du vent, des fruits et des graines de plantes à fleurs, et, plus généralement, des spores et d'autres formes de dispersion des espèces vivantes. Parmi les caractères morphologiques favorables à l'anémochorie, la petitesse et la légèreté des semences et des germes constituent une possibilité simple et efficace. Ainsi se trouvent dispersées dans les airs, outre les […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert GORENFLOT, « DIASPORES, botanique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/diaspores-botanique/