DHARMA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Devoir propre et salut

En mythologie le Dharma est personnifié. Il est dit avoir une démarche subtile. On appelle svadharma le devoir propre de chacun, qui est en fait la disposition naturelle dans laquelle il se trouve et qu'il doit suivre. Par exemple c'est le devoir propre du guerrier de combattre, comme le proclame Kṛṣṇa dans la Bhagavad Gītā. La notion est très importante, car elle a gardé une grande influence dans beaucoup de milieux professionnels traditionnels. L'honneur de l'individu et celui de son groupe sont attachés à la fidélité à leur devoir propre. En cas de défaillance, ils peuvent perdre tout droit à leur rang et à leur métier.

En outre, les noms de dharma en sanskrit et dhamma en pâli ont été consacrés comme désignations de la « loi » bouddhique, dite aussi saddharma, « bonne loi » ou « vraie loi », exprimée par l'enseignement du Buddha et consistant dans l'exposé de la vraie disposition des choses d'où découlent les principes du salut. À côté du Dharma, les textes bouddhiques connaissent les dharma qui sont les dispositions particulières des choses, c'est-à-dire les phénomènes, mais aussi parfois les dispositions psychologiques, phénomènes mentaux en lesquels consistent d'ailleurs toutes les réalités pour les philosophes bouddhistes professant que le monde n'est que représentations.

Dans les édits célèbres en prâkrit du roi Aśoka (iiie siècle av. J.-C.), le dhamma est le Bon Ordre dans la société et la morale et non pas seulement le Bon Ordre bouddhique, bien qu'Aśoka ait été converti au bouddhisme. La victoire du Bon Ordre prime toute autre dans l'esprit du roi. Un édit bilingue (gréco-araméen) d'Aśoka trouvé en Afghanistan traduit dhamma en grec par piété et en araméen par vérité. Le roi faisait donc appel pour assurer le Bon Ordre aux notions révérées dans les milieux auxquels il s'adressait et non à une forme confessionnelle particulière. Dans l'esprit d'Aśoka, le dhamma reste d'ailleurs lié à l'ordre cosmique. C'est selon les données de l'astronomie brahmanique de son temps qu'il a calculé la durée d'une [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur honoraire au Collège de France

Classification

Autres références

«  DHARMA  » est également traité dans :

ARTHAŚĀSTRA

  • Écrit par 
  • Charles MALAMOUD
  •  • 2 779 mots

Dans son acception large, le mot sanscrit artha couvre le champ sémantique du français « objet ». En un sens restreint, l' artha est l'action intéressée ou l'intérêt pour la richesse matérielle et la puissance. À ce titre, l' artha figure dans la liste hiérarchisée des « buts de l'homme » : inférieur au dharma , système des normes juridiques et socio-religieuses qui permettent à l'homme d'être […] Lire la suite

ARTHAŚĀSTRA (attribué à Kautilya) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François CHENET
  •  • 1 523 mots

Dans le chapitre « Une science des moyens »  : […] Exempt de toute considération de principes moraux ou religieux, ce traité affirme la primauté de l' artha , lequel est posé non seulement comme étant la condition de possibilité des observances socio-religieuses ( dharma ), mais encore comme devant l'emporter sur elles. Il postule que les fins spécifiques du pouvoir sont politiques et économiques, le but suprême étant le salut du royaume par l'adé […] Lire la suite

AŚOKA ou AÇOKA (IIIe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Marie-Simone RENOU
  •  • 2 800 mots

Dans le chapitre « Le texte des Édits »  : […] Le remords qu'il éprouva à la suite des atrocités commises lors de la conquête du Kalinga conduisit Aśoka à prononcer le vœu d' upāsaka  : il devenait ainsi un « pieux laïc », mais ce n'est qu'un an et demi plus tard, après un pèlerinage à l'arbre de la Bodhi , où le Bouddha connut l'illumination, et une pérégrination rituelle de deux cent cinquante-six nuits, que son zèle s'affirma. C'est alors q […] Lire la suite

AVATAMSAKA-SŪTRA

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 513 mots

Texte mahāyāna qui a connu une grande vogue en Chine. D'après la légende, l'Avatamsaka Sūtra (le Sūtra de l'Ornementation fleurie de Buddha, en chinois : Huayanjing ) aurait été prononcé par le Buddha aussitôt après son Éveil, mais si profondes étaient ces paroles qu'aucun des auditeurs ne pouvait en comprendre le sens. Il semble que ce texte n'ait été l'objet d'aucun enseignement spécial ni qu'il […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 625 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'état des choses »  : […] La loi bouddhique ( dharma ) est l'ordre des choses, leur norme et nature. Toutes choses sont dépourvues d'être en soi ( anātmaka ), parce qu'elles sont impermanentes en tant que confectionnées, tout composé étant sujet à décomposition. Les choses confectionnées se classent en cinq catégories ou ensembles ( skandha ) : celui du sensible ( rūpa ), c'est-à-dire tout ce qui est matériel, les facultés […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme tibétain

  • Écrit par 
  • Anne-Marie BLONDEAU
  •  • 5 631 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Formation du bouddhisme tibétain »  : […] Lorsque le Tibet s'ouvrit au bouddhisme, celui-ci avait subi de profondes transformations dans son pays d'origine : le Mahāyāna y était puissamment concurrencé par le tantrisme, et, selon la personnalité des missionnaires indiens, ce fut l'un ou l'autre de ces courants qui fut prêché. Parallèlement, des moines chinois de l'école Chan s'installèrent au Tibet, où leurs doctrines connurent un grand s […] Lire la suite

CONVERSION D'ÁSOKA

  • Écrit par 
  • François CHENET
  •  • 237 mots

Le règne d'Aśoka (— 268-— 232), souvent comparé à l'empereur Constantin, représente une époque unique dans l'histoire de l'Inde ancienne, celle qui a vu la réunion de deux principes naissant, la monarchie et le bouddhisme. Tentative d'unification politique de tout le sous-continent, à l'exception des royaumes dravidiens de l'extrême Sud, son règne constitue le premier événement daté avec certitude […] Lire la suite

DETTE, anthropologie

  • Écrit par 
  • Charles MALAMOUD
  •  • 10 475 mots

Dans le chapitre « Le problème du déontique et le dharma »  : […] Qu'en est-il donc du « devoir » ? La règle II, i , 43 de Pāṇini offre au grammairien Patañjali et à ses commentateurs la matière d'une discussion technique, mais qui montre, chemin faisant, que le terme r̥ṇa peut s'employer, par extension, au sens d'«  obligation », « devoir ». Voici le résumé succinct de cette discussion. La règle pāṇinéenne porte sur des composés tels que varṣadeyam (« payable […] Lire la suite

DHARMAKĀYA

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 206 mots

Le terme sanskrit dharmakāya signifie « corps de la loi » et apparaît déjà dans les textes les plus anciens du bouddhisme par opposition aux pūtikāya , « corps de pourriture » et aux manomayakāya , « corps spirituels » avec lesquels le Buddha se déplace dans les univers. Le dharmakāya représente alors l'ensemble des doctrines enseignées par le Buddha. Pour les Sarvāstivādin, le dharmakāya est l'en […] Lire la suite

DHARMAŚĀSTRA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 533 mots

La notion de dharma (« ordre », « religion », « lois ») recouvre tout ce qui constitue l'hindouisme dans sa spécificité : le rituel, la dogmatique, le droit, l'organisation sociale, etc. À ce titre, la « science [ śāstra ou shâstra ] du dharma » n'est pas autre chose qu'un exposé exhaustif de la « civilisation hindoue » en tant que telle, et c'est bien ainsi que le terme de Dharma-Shâstra est cour […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Thaïlande. Victoire de l'opposition aux élections législatives. 2-13 juillet 1995

, et qui obtient 86 sièges. Désigné le 13 pour conduire le nouveau gouvernement, Banharn Silpa-archa annonce la formation d'une coalition regroupant le Chat Thai, le Parti de la nouvelle aspiration du général Chaovalith Yongchaiyudh (56 élus), le Palang Dharma de Thaksin Shinawatra (23 élus), le Parti […] Lire la suite

Thaïlande. Victoire électorale des partis hostiles au régime militaire. 13-23 septembre 1992

au pouvoir militaire – Parti démocrate, Parti de la nouvelle aspiration, Palang Dharma et Parti de la solidarité – l'emportent de justesse, avec 51 p. 100 des suffrages et une majorité de cent quatre-vingt-cinq élus sur trois cent soixante. Le Parti démocrate de Chuan Leekpai arrive en tête […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean FILLIOZAT, « DHARMA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/dharma/