Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DHARMA

L'ordre, condition de la vie

Tout en traitant des dispositions légales qui régissent la société, les traités de dharma ne laissent pas perdre de vue que le dharma est aussi la norme universelle cosmique. Ils professent une cosmologie d'après laquelle l'eau est la substance primordiale, ce qui correspond à la notion qu'elle est, dispensée par la régularité de la norme, la condition de la vie.

L'homme a quatre buts dans cette vie : dharma, la bonne disposition sociale et psychologique, ou la vertu ; artha, l'intérêt ; kāma, l'amour, et mokṣa, le salut. Un texte tamoul célèbre, les Tirukkuṟaḷ, qui est composé de sentences sur les trois premiers de ces buts, commence par le dharma (sous le nom de aṟam) et exalte d'abord l'importance de la pluie qui conditionne toutes choses.

Les traités de dharma et la littérature sanskrite générale comparent le dharma à un taureau qui se serait tenu sur ses quatre pieds (pāda, pied ou quart) pendant un premier âge d'or, puis au fur et à mesure d'une dégradation supposée des âges, aurait perdu un, puis deux, puis trois pieds et ne se tiendrait plus dans l'âge actuel de misère et de désordre (le kaliyuga) que sur un pied.

Cette notion imagée est associée à des précisions d'apparence scientifique sur la durée des âges du monde et qui ont pour base des spéculations numérologiques et astronomiques anciennes. 10 800 étant le nombre des unités de temps dans l'année, son produit par 40, nombre des syllabes des stances du Verbe cosmique, donne une « grande année » de 432 000 ans, qui est le kaliyuga actuellement en cours. Pour englober dans la grande année un plus grand nombre de révolutions célestes simultanées, l'ensemble des quatre âges est évalué à 4 320 000. Le kaliyuga correspondant à 1, les autres répondent respectivement à 4, 3 et 2, d'où l'image de la perte des pieds du taureau.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : membre de l'Institut, professeur honoraire au Collège de France

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ARTHAŚĀSTRA

    • Écrit par Charles MALAMOUD
    • 2 760 mots

    Dans son acception large, le mot sanscrit artha couvre le champ sémantique du français « objet ». En un sens restreint, l'artha est l'action intéressée ou l'intérêt pour la richesse matérielle et la puissance. À ce titre, l'artha figure dans la liste hiérarchisée des «...

  • ARTHAŚĀSTRA (attribué à Kautilya) - Fiche de lecture

    • Écrit par François CHENET
    • 1 506 mots
    La principale fonction assignée au roi en tant que bras séculier du Dharma est l'exercice de l'autorité coercitive, autrement dit l'art de dispenser adéquatement les châtiments (ni trop ni trop peu), faute de quoi la société serait menacée de faire retour à l'entremangerie universelle...
  • AŚOKA ou AÇOKA (IIIe s. av. J.-C.)

    • Écrit par Marie-Simone RENOU
    • 2 805 mots
    ...le procédé des inscriptions qu'avait utilisé Darius pour la proclamation de sa propre gloire. Mais Aśoka ne veut atteindre que le triomphe de la Loi ( dharma). Sa doctrine s'exprime dans les Édits sous la forme « des grands principes de la loi naturelle : Éviter le péché, pratiquer la vertu et exercer...
  • AVATAMSAKA-SŪTRA

    • Écrit par Kristofer SCHIPPER
    • 511 mots

    Texte mahāyāna qui a connu une grande vogue en Chine. D'après la légende, l'Avatamsaka Sūtra (le Sūtra de l'Ornementation fleurie de Buddha, en chinois : Huayanjing) aurait été prononcé par le Buddha aussitôt après son Éveil, mais si profondes étaient ces paroles qu'aucun...

  • Afficher les 23 références

Voir aussi