DEVENIR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La diversité du devenir

Le concept d'un devenir unique et continu est-il justifiable ? En fait, dans les champs d'observation et de réflexion qui s'offrent à l'homme, se détachent de multiples objets dispersés, qualitativement différents, et qui se distinguent précisément par leurs changements spécifiques.

La spécificité des changements

Chaque être a sa manière propre de naître, de se développer et de périr. Les modalités du changement paraissent donc très discordantes. Les changements de type mécanique, chimique, biologique ou historique ne peuvent ni se confondre entre eux, ni se réduire les uns aux autres. Ainsi, la naissance d'un enfant ne consiste pas simplement en un changement de place !

Chaque type de changement se différencie à son tour en de nombreuses variétés : un déplacement n'est pas un renversement, un déménagement n'est pas une bousculade...

Les changements, continuels, n'excluent pas une stabilité relative. Une civilisation ne meurt que parce qu'elle a d'abord duré. La permanence d'objets définissables peut être comprise comme un changement plus lent que celui de ses témoins, ou comme l'équilibre momentané de changements opposés les uns aux autres.

L'activité humaine parvient à fixer provisoirement des systèmes artificiels, clos et protégés (machines, montages expérimentaux, etc.). Ils consistent en une connexion de changements ou d'équilibres internes. À la longue, le devenir universel les dissout ou les emporte.

Certains philosophes saisissent le devenir comme un absolu inanalysable. Bergson, par exemple, l'assimile à la durée pure : qualitatif, il resterait étranger à toute mesure et rebelle à tout usage.

Mais Bergson lui-même, quand il en traite, évite-t-il de le fractionner en mouvements parcellaires et d'y découper des objets déterminés (le mouvement d'une main) ? Pour laisser intact un devenir absolument continu, il faudrait s'abstenir d'en rien dire et d'y rien faire.

Notre époque ne se contente ni de la seule contemplation ni d'une activité restreinte au domaine des cho [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  DEVENIR  » est également traité dans :

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 833 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les principes »  : […] Ainsi que le livre A de la Métaphysique , le livre I de la Physique est consacré à une confrontation avec les prédécesseurs, qui porte expressément sur le nombre et la nature des principes. En fait, ce qui est en question dans ce débat, c'est la possibilité même d'une physique, c'est-à-dire d'une science des êtres naturels, qu'Aristote assimile tacitemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristote/#i_20233

CONTINGENCE

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 4 892 mots

Dans le chapitre « Formes simples »  : […] Partout où l'idée de contingence est utilisée, elle entretient des relations avec trois termes : les lois de la nature, la liberté humaine et la prescience divine, dont chacun peut être affirmé ou nié. On peut ainsi former de nombreuses combinaisons, auxquelles correspondent des sens différents du mot « contingence ». Sans passer en revue toutes les figures concevables de la contingence, nous évoq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contingence/#i_20233

DÉCADENCE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 9 959 mots

Longtemps hantée par le déclin et la chute de l'Empire romain d'Occident, la réflexion sur la décadence est solidaire d'une méditation sur l'Histoire dans laquelle elle s'inscrit. Elle l'est également de spéculations sur le destin des civilisations dont le devenir est souvent interprété à partir d'un modèle unique qui se résout en une métaphore organiciste : les individus vieillissent, les espèce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decadence/#i_20233

DELEUZE GILLES (1925-1995)

  • Écrit par 
  • Bruno PARADIS
  •  • 2 094 mots

Dans le chapitre « Les devenirs »  : […] « Le devenir est le processus du désir », est-il dit dans Mille Plateaux (1980). Dans les connexions, une ligne se dessine. Partant d'un point singulier arraché à une multiplicité (un élément fragmentaire), elle conduit au voisinage d'un autre point singulier, à partir duquel elle reprend son mouvement. Une série s'organise qui nous conduit toujours plus loin dans ce que Del […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gilles-deleuze/#i_20233

DÉMOCRITE (460 av. J.-C.?-? 370 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Fernando GIL, 
  • Pierre-Maxime SCHUHL
  •  • 1 632 mots

Dans le chapitre « Le problème métaphysique »  : […] Dans la Métaphysique (A, 4, 985 b 4 sqq.), Aristote désigne le « plein » (les atomes) et le « vide » comme les causes matérielles de toutes les choses selon Leucippe et Démocrite ; et il ajoute que les « causes de tout le reste » sont des « différences » dans la figure (qui détermine la « proportion »), l'ordre (qui détermine le « contact ») et la position (qui détermine la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/democrite/#i_20233

DIALECTIQUE

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 8 039 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Origine héraclitéenne ? »  : […] Héraclite est connu pour avoir élaboré une théorie du devenir (Diels, fragments 49a et 91) fondée sur l'idée de contrariété ; à l'origine de toute chose, il y a un conflit, une guerre (53, 80) ; mais aussi tout est un (50) et de la contrariété naît un accord, une harmonie (8) qui correspond à la nécessité du Logos (72). L'importance et l'originalité de ces thèmes chez Héraclite ont fait admettre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dialectique/#i_20233

ESTHÉTIQUE - L'expérience esthétique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 074 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'expérience comme totalité interne »  : […] Chronos , le temps de la mesure, renvoie, selon la Logique du sens de Gilles Deleuze, à la succession incessante des instants. Une œuvre musicale peut être jouée ou écoutée comme un pur défilé de sonorités : quand le montage ne parvient pas à « prendre », ce qui advient demeure indifférent. Au temps « pulsé » de la simple chronologie, Deleuze oppose le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-l-experience-esthetique/#i_20233

ÉVOLUTIONNISME CULTUREL & SOCIAL

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 2 775 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'évolutionnisme radical »  : […] C'est à partir de la publication par Darwin de son ouvrage sur l'évolution des espèces (1859) que se sont développées sous leur forme la plus systématique les études postulant une succession universelle d'étapes régies par un déterminisme rigoureux dans l'histoire de l'humanité. Nombreux sont les travaux qui ont illustré ce mouvement de pensée dans la sociologie et l'anthropologie. Ce sont ceux d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolutionnisme-culturel-et-social/#i_20233

HASARD

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 6 801 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le hasard et l'explication dans les sciences »  : […] On associe généralement explication et prévision. Il semble donc à première vue étrange de relier l'explication scientifique au hasard. Et pourtant le hasard est quelquefois invoqué, non seulement comme aléa extérieur, mais comme principe d'explication. C'est en ce sens que certains biologistes expliquent les mutations par le hasard, lui imputant même l'évolution des espèces. Une explication scie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hasard/#i_20233

HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT, 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 11 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  La dialectique »  : […] Une présentation concise de l'hégélianisme lui impose d'être elliptique et de se réduire à un échantillonnage. On prélève ce qui le singularise et ce qui fait de son auteur un philosophe distingué. Ce qui, après tant d'années, inquiète et instruit le plus communément, c'est ce que l'on appelle, avec Hegel, la dialectique . Celle-ci consiste d'abord dans une « manière de pense […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-wilhelm-friedrich-hegel/#i_20233

HÉRACLITE (VIe-Ve s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Clémence RAMNOUX
  •  • 2 334 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Correspondances entre le monde et l'homme »  : […] Dans ce cadre se laissent facilement lire les couples contrariés sur lesquels s'articule la cosmologie héraclitéenne. Au commencement, un être primordial au nom du Feu s'échange contre la Mer, et la Mer à son tour s'échange, mi-partie contre la Terre, mi-partie contre un élément que désigne le mot de Praester , au sens vraisemblable d'une atmosphère chargée de vapeurs plus ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heraclite/#i_20233

HYLÉMORPHISME

  • Écrit par 
  • Édouard-Henri WÉBER
  •  • 939 mots

Théorie philosophique d'Aristote selon laquelle la constitution de tout être relevant du cosmos est expliquée par deux principes corrélatifs : la matière ( hylê  : bois, matériau de construction) et la forme ( morphê  : figure, disposition). L'hylémorphisme élucide deux difficultés philosophiques : celle de la théorie platonicienne des idées séparées, se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hylemorphisme/#i_20233

NATURE PHILOSOPHIES DE LA

  • Écrit par 
  • Maurice ÉLIE
  •  • 6 379 mots

Dans le chapitre « La « Naturphilosophie » »  : […] Les thèmes de la Naturphilosophie se mettent donc en place, et l'on peut aussitôt donner l'une des définitions qui ont été proposées de ce type de philosophie. Elle est due à Heinrich Schmidt, dans son Philosophisches Wörterbuch  : « Ensemble des tentatives philosophiques d'interprétation et d'explication de la nature, que ce soit directement à partir d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-de-la-nature/#i_20233

NATUREL DROIT

  • Écrit par 
  • Marie-Odile MÉTRAL-STIKER
  •  • 5 966 mots

Dans le chapitre « Affectivité, raison et histoire »  : […] La question posée revient à celle plus primitive de la possibilité rationnelle du concept de nature. C'est souvent en niant le devenir que la philosophie classique, oubliant l'intuition aristotélicienne qui est de penser tout ensemble le changement et la permanence, s'est voulue à la fois philosophie de l'éternel et philosophie du réel. Le réel était conçu d'une manière unilatérale sur le mode de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-naturel/#i_20233

NIETZSCHE FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jean GRANIER
  •  • 9 775 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le chaos du devenir »  : […] L'antagonisme de Parménide et d' Héraclite est au centre de la méditation du jeune Nietzsche à l'époque bâloise, et il restera le fil conducteur de sa théorie de la volonté de puissance. À l'« être » de Parménide, concept glacé qui pétrifie la vie, Nietzsche oppose l'idée héraclitéenne du devenir qu'il pense en connexion avec les thèmes de la vitalité, du changement, du perpétuel mélange des cont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-nietzsche/#i_20233

ONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 15 647 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'être de Parménide »  : […] Si l'on fait ici une place à Parménide, alors qu'on sacrifie tant de grands auteurs dont on a gardé autre chose que des fragments, c'est que le Poème de Parménide permet de ressaisir l'affirmation ontologique en deçà de la métaphysique. « Il est », dit le Poème de Parménide ; ce disant, le penseur ne donne pas de sujet au verbe être ; il le laisse être d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ontologie/#i_20233

PHYSIS

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 3 788 mots

Dans le chapitre « La « physis » présocratique et sa postérité »  : […] La négation d'Empédocle ne doit pas faire illusion, car ce dernier est lui-même l'auteur d'un poème Sur la physis , et la plupart des œuvres des présocratiques portent le même titre. Physis est donc d'abord le titre d'une question : D'où viennent les choses ? Comment naissent-elles et croissent-elles ? En quel sens l'étant vient-il à l' être ? Les réponses pourront diverger, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physis/#i_20233

PLATON

  • Écrit par 
  • Monique DIXSAUT
  •  • 13 741 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La question du savoir »  : […] De la position des Formes, la pensée tire son espace : elle se déploie dans un lieu purement intelligible. Nommer dialectique cette sorte de savoir, c'est indiquer la manière dont il procède, ce n'est pas dire ce qu'il est. Faut-il, pour savoir, savoir ce que c'est que savoir ? Après s'être enquis auprès de tous ceux qui passent pour savants (artisans, poètes et politiques), le Socrate de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/platon/#i_20233

PROGRÈS

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 8 634 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Schémas de croissance : les modèles leibniziens »  : […] C'est précisément sur le mode problématique qu'entre 1694 et 1716 Leibniz a pensé le progrès . Substituant un idéal d'invention à l'exigence cartésienne de certitudes, il a échappé à la régression dubitative vers le fameux point ferme auquel on est toujours tenu de revenir. L'utilisation de la méthode de l'indétermination lui a permis de poser les questions essentielles (y a-t-il progrès, régressi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/progres/#i_20233

RATIONALISME

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 7 618 mots

Dans le chapitre « La raison et l'histoire »  : […] Nous venons de faire allusion à l'irrationalité de l'histoire. On a vu que pour Hegel le déroulement de l'histoire est au contraire pleine manifestation de la raison. Mais c'est alors accepter que le rationnel puisse être totalement imprévisible, et que, d'autre part, on puisse le reconnaître en tout événement, mais seulement après coup. Un tel acte de foi en la raison peut paraître un peu suspect […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rationalisme/#i_20233

TEMPS

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU, 
  • Olivier COSTA DE BEAUREGARD
  •  • 14 773 mots

Chacun sait à quel aspect de son expérience répond le mot de temps ; mais aucune définition de la notion correspondante n'a reçu jusqu'ici, chez les savants comme chez les philosophes, une approbation unanime. Sensible à cette difficulté qu'il jugeait caractéristique de toutes les notions premières, Pascal estimait que le temps est de ces choses qu'il est impossible et même inutile de définir ; il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/temps/#i_20233

Pour citer l’article

Jacques d' HONDT, « DEVENIR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/devenir/