Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

STURM DER, revue

Entre 1905 et 1922, le courant expressionniste qui traverse la littérature et l'art allemands est accompagné d'une prolifération de revues qui aspirent à une transformation des valeurs établies. Plusieurs de ces revues sont éphémères. Parmi celles qui se distinguent par leur longévité, la revue Der Sturm (1910-1932), tirée à 30 000 exemplaires et diffusée à travers l'Europe, devient rapidement le tremplin des novateurs. C'est à Berlin, en mars 1910, que paraît le premier numéro de cet hebdomadaire d'avant-garde qui fut presque l'œuvre d'un seul homme. Le nom même, Der Sturm (La Tempête), renvoie à la volonté explicite de son directeur Herwarth Walden (Berlin, 1878-Saratov, U.R.S.S., 1941) de secouer radicalement les idées reçues. Dans les premiers numéros on trouve essentiellement des articles de critique littéraire et des textes d'auteurs appartenant à la première génération expressionniste. Mais Walden, qui recherche activement tout ce qui est nouveau et provocateur, ne tarde pas à s'intéresser aux arts plastiques.

Au printemps de 1910, il fait à Vienne la connaissance d'Oskar Kokoschka. Cette rencontre marque non seulement le point de départ d'une longue collaboration, mais aussi le début du recours aux arts graphiques pour illustrer la revue. Aux portraits dessinés par Kokoschka s'ajoutent les bois gravés par les membres de Die Brücke, Max Pechstein, Ernst Kirchner et Erich Heckel. L'image contribue ainsi à la diffusion du terme « expressionniste », dont la revue peut revendiquer la responsabilité en publiant en 1911 et en 1912 des articles polémiques de W. Worringer et de P. F. Schmidt sur ce sujet.

Walden, qui ne cesse de voyager à travers l'Europe à la découverte de nouveaux talents, fonde une galerie du même nom à Berlin et organise en mars 1912 la première expositionDer Sturm, dont le noyau est constitué par les peintres du Cavalier bleu (Der Blaue Reiter) de Munich. En les regroupant avec les membres de Die Brücke, il devient le défenseur des deux avant-gardes les plus révolutionnaires d'Allemagne. L'action conjointe de la revue et de la galerie est d'une extrême importance pour la diffusion des idées expressionnistes sur les arts plastiques, la poésie, le théâtre et la musique. En 1912-1913, vingt-deux expositions présentent aux Berlinois les avant-gardes européennes. Pourtant Walden n'impose pas une direction unique, sa grande tolérance permet à plusieurs tendances de s'exprimer. Sa position est à la fois polémique et ponctuelle, car elle cherche à présenter les multiples facettes de l'avant-garde. Dans cette optique, il révèle aux Allemands, dès 1913, les futuristes italiens. Il prend contact avec les membres de la Section d'or à Paris et s'enthousiasme pour l'œuvre de Robert Delaunay, dont il publie un article, Sur la lumière. Il défend avec vigueur la peinture de Kandinsky et son récent livreDu spirituel dans l'art ; Der Sturm en publie le chapitre le plus important : « Le Langage des formes et des couleurs ». Der Sturm a également des activités de maison d'édition. Ainsi fait-il paraître, en 1913, Regards sur le passé de Kandinsky, et Les Peintres cubistes d'Apollinaire, quelques mois seulement après la première édition parisienne.

Sous les auspices du Sturm, Walden organise en 1913 le premier Salon d'automne de Berlin, inspiré par le Salon d'automne de Paris. Mais par un choix rigoureux fondé sur des critères esthétiques sûrs, il fait de cette exposition la plus grande manifestation artistique de l'avant-guerre en Europe. Toute l'avant-garde est au rendez-vous et la liste des participants témoigne d'une compréhension de la peinture unique pour l'époque : 366 tableaux de 90 artistes provenant de 15 pays différents, dont la Russie, l'[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AVANT-GARDE EST-EUROPÉENNE

    • Écrit par Andrzej TUROWSKI
    • 8 086 mots
    Deux revues éditées à Berlin étaient le lieu d'échange des idées artistiques entre l'Est et l'Ouest. La première, Der Sturm, fondée par Herwarth Walden (1878-1941) en 1910, liée dès son origine à Kandinsky (1866-1944) publié les travaux et les déclarations artistiques de tous les créateurs de...
  • BAUMEISTER WILLI (1889-1955)

    • Écrit par Universalis, Liliane MEFFRE
    • 1 186 mots
    ...contacts amicaux avec la France ne cesseront de se renforcer. En 1913, il participe au premier Salon d'automne allemand (Erster deutscher Herbstsalon) à la galerie Der Sturm de Herwarth Walden à Berlin, première manifestation d'importance en Allemagne de la jeune avant-garde européenne (Franz Marc, Fernand...
  • CARTE POSTALE

    • Écrit par Maïten BOUISSET
    • 3 151 mots
    ...cartes éditées par la revue Aktion. Kandinsky a dessiné l'une des cartes réalisées à l'occasion d'une exposition du Bauhaus à Weimar, et la revue Der Sturm, organe de presse de l'expressionnisme, a fait éditer non seulement les portraits de ses collaborateurs, Gleizes, Archipenko,...
  • DELAUNAY ROBERT (1885-1941) & SONIA (1885-1979)

    • Écrit par Étiennette GASSER
    • 1 525 mots
    • 1 média
    ...deux manifestations du Blaue Reiter (1911-1912), exposé deux fois au Sturm (1912), il figure avec vingt toiles au premier Salon d'automne allemand (1913). C'est le Sturm encore qui publie, traduit par Klee, son texte Sur la lumière, qui est une des sources essentielles de l'esthétique actuelle. Participant...
  • Afficher les 9 références

Voir aussi