Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

OPPENHEIM DENNIS (1938-2011)

Time Line U.S.A.-Canada, D. Oppenheim

Time Line U.S.A.-Canada, D. Oppenheim

Les activités multiples de l'artiste américain Dennis Allan Oppenheim s'inscrivent hors des catégories traditionnelles de l'art : de façon souvent spectaculaire, elles parcourent le champ du land art, du body art, de la vidéo, de l'installation. Mais surtout elles traitent les systèmes abstraits comme du matériel physique à manipuler.

Né en 1938 à Electric City, dans l'État de Washington, Oppenheim fait ses études à l'université de Stanford, avant de s'établir à New York. À la fin des années 1960, il entreprend, avec Robert Smithson et Michael Heizer, ses premiers Earthworks : des interventions dans des sites naturels, qui rompent avec l'« objet » d'art et le travail en atelier (Time Line U.S.A.-Canada, 1968 ; Cobalt Vector, 1978, en Californie). Pour ses Body Works, l'artiste, comme Vito Acconci, utilise son corps comme instrument et comme lieu d'une circulation d'énergies (Position de lecture pour une brûlure au 2e degré, performance, 1970). Dans ses installations, qui évoquent la situation critique du créateur, Oppenheim se sert d'un substitut, une marionnette (Attempt to Raise Hell, 1974, Musée national d'art moderne, Paris). Envahissant de plus en plus les espaces où elles sont construites, les installations se muent, depuis la fin des années 1970, en machines énigmatiques, qu'Oppenheim conçoit comme des usines « dont l'esprit serait le haut fourneau » (Exit for the South Bronx, 1979, installation au Kunstverein, Stuttgart). Elles sont faites d'éléments de transition — couloirs, tunnels, rampes — mais, comme le remarque le critique Jean-Marc Poinsot, « rien ne vient, à proprement parler, matérialiser ce qui se produit dans ces étranges lieux [...]. L'interrogation a cédé la place à un pouvoir d'évocation poétique qu'Oppenheim partage avec d'autres artistes américains tels que Nauman, Acconci, Alice Aycock. »

En 1968 a lieu sa première exposition personnelle à la Gisbon Gallery de New York. L'année suivante, il participe à l'exposition Quand les attitudes deviennent forme organisée par Harald Szeemann à la Kunsthalle de Bâle.

La série des Usines débouche sur celle des Feux d'artifice (1981-1984), l'élément principal de ces installations étant le feu. Dans la série Power Tools, commencée en 1989, il s'agit toujours de « trouver une correspondance d'image », selon l'expression de l'artiste, à « des états psychologiques particuliers ». À partir des années 1980, il s'intéresse à la sculpture environnementale urbaine : Roofs in Cubism (1983-1985) à Berlin, Levitation, Celebration, Separation (1985) à Thiers, une rétrospective, And the Mind Grew Fingers, lui a été consacrée en 1994 au musée d'Art moderne de Villeneuve-d'Ascq. Il a également participé à l'exposition collective L'Empreinte (Centre Georges-Pompidou, Paris, 1997). En 2011, au musée d'Art moderne de Saint-Étienne, Oppenheim présente ses sculptures urbaines monumentales, telles que Splash Buildings et Smokestack Buildings with Frozen Fireworks (2009).

— Élisabeth LEBOVICI

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Time Line U.S.A.-Canada, D. Oppenheim

Time Line U.S.A.-Canada, D. Oppenheim

Autres références

  • BODY ART

    • Écrit par Anne TRONCHE
    • 4 586 mots
    • 1 média
    ...définition de l'acte artistique, certains artistes expérimentent les phénomènes de résistance à la douleur ou à la fatigue. Dans Parallel Stress (1970), Dennis Oppenheim se maintient pendant dix minutes entre deux murs de béton par l'extrémité des pieds et des mains. Venu du land art, il utilise,...
  • HAPPENING

    • Écrit par François PLUCHART
    • 4 079 mots
    ...qui est intéressant, c'est de modifier une situation. » L'art corporel, qui a aussitôt recruté de nombreux adeptes, a d'abord été le fait de cinq artistes : deux Américains, Vito Acconci et Dennis Oppenheim ; une Italienne, Gina Pane ; un Français, Michel Journiac, et un Suisse, Urs Lüthi.
  • LAND ART

    • Écrit par Gilles A. TIBERGHIEN
    • 3 673 mots
    ...unité première, comme pour mieux s'en arracher (Charles Simonds, dans le film Birth, 1970). Ces possibilités, explorées pour elles-mêmes, conduiront certains artistes comme Dennis Oppenheim à pratiquer le body art (Parallel Stress, 1970) qui connaîtra rapidement un développement autonome.

Voir aussi