DÉVIANCE, sociologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme est tardivement dérivé de dévier, forgé au xive siècle à partir du bas latin deviare pour signifier « s'écarter du droit chemin, d'un principe, d'une règle ».

La référence à une règle permet de distinguer d'emblée la déviance d'autres formes de non-conformité. On peut s'écarter de positions valorisées sans transgresser aucune règle, par l'effet d'une pathologie, d'un héritage ou d'un choix : « l'idiot du village », celui qui embrasse ou reçoit de sa famille une option religieuse ou politique peu répandue quoique licite. Plus simplement encore, la non-conformité peut être d'ordre purement statistique : ainsi des yeux ou des cheveux clairs au sein d'une population qui les a sombres. Ces trois non-conformités sont très éloignées : l'une renvoie à la règle, l'autre au type, la troisième à la moyenne. Si la première est une déviance, les autres sont des différences.

Cependant, un glissement de l'une à l'autre n'est pas inimaginable. Quand tout va bien, on accepte les différences... on aura rapidement fait de les soupçonner si tout se détraque. Le différent est, plus qu'un autre, exposé à la suspicion de le faire exprès, de faire sécession ; sa loyauté paraît facilement suspecte. Le glissement fonctionne aussi en sens inverse. On peut réduire la déviance à la différence : facile à détecter, celle-ci signale alors la déviance – qui peut être moins facilement visible. C'est le rêve « physicaliste » sans cesse récurrent : « le mauvais porte le mal sur sa figure ». Autre avantage plus subtil : si déviance et différence se confondent, celle-là n'est plus l'effet d'un choix que peut faire chacun de nous, c'est la conséquence d'une différence, d'une altérité... le mal devient extérieur à nous ; voilà le monde bien simplifié et chacun bien rassuré. À cette facilité, le monde savant lui-même résiste malaisément : témoin la récurrence de l'explication par le penchant (« il commet des actes déviants par l'effet d'un penchant à la déviance »)... que l'on cherche à repérer en relevant des différences.

La parade consiste à ne pas chercher [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DÉVIANCE, sociologie  » est également traité dans :

ADOLESCENCE

  • Écrit par 
  • Mihalyi CSIKSZENTMIHALYI, 
  • Universalis
  •  • 2 657 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Éloignement des adultes »  : […] En dehors du temps strictement scolaire, certaines études ont montré que les adolescents passent en moyenne trois heures et demie par jour sans leurs parents ou sans la présence d'autres adultes. En outre, pendant les rares heures où leurs parents sont présents, pour peu que ces derniers restent rivés devant le poste de télévision, les adolescents s'éclipseront pour étudier, jouer, écouter de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolescence/#i_42655

BOBBIO NORBERTO (1909-2004)

  • Écrit par 
  • Giovanni BUSINO
  •  • 2 402 mots

Dans le chapitre « Contrainte et persuasion »  : […] Bobbio a mis en évidence une autre transformation importante du droit, celle qui concerne ses fonctions. Les fonctions répressives, basées sur les sanctions, laissent de plus en plus de place aux fonctions promotionnelles, fondées sur des normes de nature technique. Le contrôle contraignant est remplacé peu à peu par le contrôle persuasif. L'efficacité de ce dernier dérive du conditionnement psyc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/norberto-bobbio/#i_42655

CARRIÈRE, sociologie

  • Écrit par 
  • Mathilde SEMPÉ
  •  • 1 129 mots

Dans le chapitre « Carrière déviante »  : […] Ordinairement utilisée dans les recherches menées sur les professions et notamment par Everett C. Hughes ( Men and their Work , 1958), la terminologie de carrière renvoie aux différentes phases d’accès à la profession et de transformations au cours de sa réalisation. Elle est appréhendée selon une « dimension […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carriere-sociologie/#i_42655

CONTRÔLE SOCIAL

  • Écrit par 
  • Philippe ROBERT
  •  • 1 315 mots

Au sens propre, contrôle, contraction de « contre-rôle », désigne un registre tenu en double à fin de vérification ; d'où le sens figuré de surveillance. Quant au syntagme « contrôle social », sa signification est d'autant plus délicate à préciser qu'il a en plusieurs fois changé et que sa fortune a été nord-américaine ( social control ) plutôt qu'européenne. Il signifie tant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/controle-social/#i_42655

DÉLINQUANCE

  • Écrit par 
  • Philippe ROBERT
  •  • 4 584 mots

Le terme de délinquance a été forgé à partir d'un verbe aujourd'hui archaïque dérivé du latin delinquere , qui signifie commettre une faute. Il désigne l'ensemble des comportements qui contreviennent au droit pénal et exposent ainsi leurs auteurs à une peine. La délinquance constitue la déviance d'une norme particulière, le droit pénal. Dans chaque société coexistent de mul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/delinquance/#i_42655

IDENTITÉ

  • Écrit par 
  • Annie COLLOVALD, 
  • Fernando GIL, 
  • Nicole SINDZINGRE, 
  • Pierre TAP
  •  • 13 233 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une production collective »  : […] Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, de nombreuses transformations sociales se sont conjuguées pour perturber la transmission héréditaire d'une place définie dans la société et rendre de plus en plus incertaines les identifications sociales. Comment penser désormais l'ordre social et l'action sociale ? Comment les individus construisent-ils leur personnalité et lui confèrent-ils une unité et u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/identite/#i_42655

SOCIOLOGIE - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Claude DUBAR
  •  • 7 716 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'ethnométhodologie »  : […] C'est Harold Garfinkel, ancien étudiant de Schütz (1899-1959) et ancien assistant de Talcott Parsons (1902-1979), qui a formulé, dans un livre célèbre Studies in ethnomethodology (1967), les principes et le programme de ce « courant » qui est parfois présenté comme extérieur à la sociologie mais qui, de fait, prolonge et radicalise l'interactionnisme précédent. En effet, s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-les-grands-courants/#i_42655

Pour citer l’article

Philippe ROBERT, « DÉVIANCE, sociologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/deviance-sociologie/