Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DÉLINQUANCE

L'étude du phénomène et ses interprétations

Entre la grande crise économique des années 1880 et la Première Guerre mondiale, les politiques criminelles classiques nées un siècle auparavant dans la filiation du traité Des délits et des peines, du juriste Cesare Beccaria, paru en 1764, subissent contestations et recompositions. Du coup, la délinquance devient objet d'étude et non plus seulement matière à dissertation juridique ou philosophique.

De Gabriel Tarde à Willem Bonger en passant par Gaston Richard ou Henri Joly, les sciences sociales européennes naissantes abordent le thème de plusieurs manières, sans parvenir toutefois à l'investir durablement. En 1895, Émile Durkheim avait pourtant posé pour l'étude de la délinquance d'importantes règles de méthodes, mais sans pour autant retenir l'attention. Du coup, l'investissement scientifique européen se réduit jusqu'aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale à un monopole juridico-psychiatrique centré non pas sur l'étude de la délinquance mais sur celle du délinquant. C'est en Amérique du Nord que vont fleurir, pour de longues décennies, les théories de la délinquance.

À Chicago, après la Première Guerre mondiale, Clifford Shaw et Henry McKay expliquent en 1942 les bandes et la délinquance juvénile par la désorganisation sociale. Ils ont remarqué leur concentration dans certains quartiers de la ville qui conservent des scores élevés de délinquance alors que leur population se renouvelle pourtant très rapidement au fil de vagues d'immigration d'origines différentes. Au contraire, quand des habitants de ces quartiers les quittent, leurs taux de délinquance se fondent dans la normale urbaine. Il y a désorganisation sociale quand les normes peinent à régler les comportements. Ce n'est pas la misère en soi qui engendre la déviance, mais le désordre normatif qui l'accompagne dans les aires où un perpétuel renouvellement de population empêche toute stabilisation des relations sociales.

C'est aussi à Chicago qu' Edwin Sutherland écrit White Collar Crime en 1934. Son intérêt va surtout à la criminalité professionnelle et à celle des entreprises. Il considère la délinquance comme un comportement appris. L'occasion ne suffit pas à faire le larron. L'essentiel gît dans la socialisation, l'intériorisation de modèles culturels spécifiques. Sutherland va détacher cette référence culturaliste de son ancrage dans l'écologie urbaine et abandonner l'idée de désorganisation au profit de celle d'organisation sociale différentielle, d'abord pour expliquer la délinquance systématique, ensuite toute criminalité

Thorsten Sellin est l'autre grande référence de la sociologie culturaliste du crime. En 1938, il va s'engager dans des voies à la fois très proches et finalement assez différentes. Tout groupe social est normatif et l'incorporation de ses normes de conduite au cours du processus de socialisation structure la personnalité sociale. L'hétérogénéité culturelle des sociétés modernes produit des conflits de cultures. Sellin distingue les conflits de codes culturels que peuvent susciter des situations comme la colonisation ou les migrations ; il y ajoute ceux qui naissent dans les sociétés modernes d'un processus de différenciation culturelle. Le conflit peut être interne à une personnalité tiraillée, par son appartenance à plusieurs groupes, entre des codes de conduite incompatibles, ou bien il peut être externe quand l'individu se trouve requis de respecter des normes qui contredisent violemment celles dans lesquelles il est socialisé (ainsi entre normes scolaires et familiales).

À partir des années 1930, avec la grande dépression puis le New Deal, on se met à raisonner davantage à un niveau national ; les politiques du gouvernement fédéral et ses commandes[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • BANLIEUE

    • Écrit par Jean BASTIÉ, Stéphane BEAUD, Jean ROBERT
    • 6 571 mots
    ...ressenti comme infériorisant et qui salit l'image qu'ils ont d'eux-mêmes. Dans ce cadre d'analyse, une place centrale doit être faite à la question de la délinquance juvénile et à la forte dégradation, en banlieue, des rapports entre la police et les jeunes. Sur cette question, la comparaison historique...
  • CHICAGO ÉCOLE DE, sociologie

    • Écrit par Christian TOPALOV
    • 3 219 mots
    Lanotion de désorganisation sociale permettait aussi de donner une explication aux phénomènes de criminalité et de délinquance. Les bandes de jeunes (ou gangs) étaient une réponse à la désorganisation (Frederic Thrasher, 1927) : le groupe offrait un substitut à ce que la société ne savait plus...
  • CRIMINALITÉ

    • Écrit par Frédéric OCQUETEAU
    • 3 373 mots
    • 1 média
    ...éparpillées de données chiffrées sur des transgressions connues des seules administrations publiques au sein d'un observatoire, l'Observatoire national de la délinquance (O.N.D.), a enclenché un cycle vertueux de transparence au sujet des apports et limites de chaque instrument de recueil, ce qui a eu pour...
  • CRIMINOLOGIE

    • Écrit par Jacques LÉAUTÉ
    • 8 854 mots
    • 1 média
    Ils'agit d'une étude sociologique portant sur le volume, les formes de la délinquance et les facteurs politiques, économiques, sociaux et culturels associés à son développement. L'école du xixe siècle avait déjà joint ces deux aspects des recherches criminologiques. De nos jours,...
  • Afficher les 11 références

Voir aussi