DÉFENSEUR DES DROITS, France

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des pouvoirs d’influence

Pour assurer de façon efficace ses diverses missions, le Défenseur des droits bénéficie de plusieurs atouts, dont, en tout premier lieu, un mode de saisine très ouvert : toute personne – y compris un enfant – peut le saisir de tout sujet entrant dans son champ de compétence, sans aucun formalisme et gratuitement. Il peut en outre s’autosaisir et ainsi contribuer à la protection des droits fondamentaux en dehors de tout litige individuel.

Il dispose en second lieu de pouvoirs conséquents : d’investigation, de résolution des conflits et de collaboration avec les instances juridictionnelles. Ainsi, le Défenseur des droits peut demander des explications à toute personne physique ou morale mise en cause devant lui et lui imposer la communication des pièces utiles, voire sa venue sur place. Si l’institution n’a pas un pouvoir direct de sanction, elle peut, à la suite de ses recherches, tenter une résolution amiable du litige, user de son pouvoir de recommandation ou encore actionner la voie répressive (en transmettant au procureur de la République les faits dont elle a connaissance constituant un délit ou un crime) comme la voie disciplinaire (en saisissant l’autorité compétente pour engager des poursuites disciplinaires de cette nature). Il ne faut pas oublier un dernier pouvoir (original en France), celui consistant à présenter des observations en justice (d’office, à la demande de la juridiction saisie ou encore de l’une des parties) afin de défendre les causes dont le Défenseur des droits a la charge. C’est dans ce cadre qu’il est intervenu devant la juridiction judiciaire lors du procès sur les contrôles d’identité « au faciès » au terme duquel l’État a été condamné pour discrimination (novembre 2016). Cette collaboration se double de la possibilité pour le Défenseur des droits de saisir pour avis le Conseil d’État (par exemple sur la situation des parents accompagnateurs de sorties scolaires en 2013 : le ministère de l’Éducation nationale avait imposé à ces parents le respect du principe de laïcité, normalement réservé aux auxiliaires de service public, essentiellement en interdisant le port du voile aux mères accompagnatrices ; le Conseil d’État a considéré que les parents n’étaient pas soumis à l’obligation de neutralité religieuse).

L’influence de cette autorité se mesure aussi à l’aune de ses propositions de réformes législatives (dès 2013, elle s’était prononcée en faveur d’une action de groupe en matière de discrimination, laquelle fut instituée par la loi pour la justice du xxie siècle en 2016) et analyses des réformes engagées (il a pu rendre un avis en 2017 sur le projet de loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme, dans lequel il invitait les parlementaires à « encadrer et circonscrire les mesures inspirées de l’état d’urgence »). Le rapport d’activité qu’il doit remettre chaque année, afin de rendre compte de son activité au chef de l’État et au Parlement, est l’occasion pour lui de faire un certain nombre de recommandations sur des sujets sensibles (ainsi a-t-il pu, à la suite du mouvement des « gilets jaunes », préconiser en 2019 l’interdiction des lanceurs de balles de défense dans les opérations de maintien de l’ordre).

Pas toujours suivi, certes, mais néanmoins influent, le Défenseur des droits, avec ses spécificités qui n’en font l’équivalent ni du Défenseur du peuple espagnol ni des ombudsmen scandinaves, a su trouver sa place dans le champ de la protection des droits de l’homme. Par son indépendance, cette institution est devenue un rouage important de l’État de droit.

Claire Hédon

Photographie : Claire Hédon

Engagée au sein de l'association humanitaire ATD Quart-Monde à partir des années 1990, Claire Hédon a présidé cette organisation de 2015 à 2020, date à laquelle elle a été nommée Défenseure des droits par le président Emmanuel Macron. 

Crédits : Mathieu Delmestre/ defenseurdesdroits.fr

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Dominique Baudis

Dominique Baudis
Crédits : Horacio Villalobos/ Corbis Historical/ Getty Images

photographie

Jacques Toubon

Jacques Toubon
Crédits : Sophie Bassouls/ Bridgeman Images

photographie

Claire Hédon

Claire Hédon
Crédits : Mathieu Delmestre/ defenseurdesdroits.fr

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  DÉFENSEUR DES DROITS, France  » est également traité dans :

BAUDIS DOMINIQUE (1947-2014)

  • Écrit par 
  • Blaise MAGNIN
  •  • 1 000 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les missions nationales »  : […] En 2000, alors qu’il envisage de ne pas se représenter à la mairie de Toulouse, Dominique Baudis accepte la présidence du comité éditorial du Figaro . L’année suivante, le président de la République Jacques Chirac lui propose de prendre la tête du Conseil supérieur de l’audiovisuel (C.S.A.). Cette mission l’oblige à démissionner de tous ses mandats électifs. Alors qu’il occupe ce poste, Dominique […] Lire la suite

TOUBON JACQUES (1941- )

  • Écrit par 
  • Bruno DIVE
  •  • 1 161 mots
  •  • 1 média

Haut fonctionnaire et homme politique français , Jacques Toubon a été l’une des principales figures de la droite gaulliste française, avant d’exercer le mandat de Défenseur des droits de 2014 à 2020, institution à laquelle il a donné une envergure nouvelle par des prises de position sans concession. Jacques Toubon a quitté le 17 juillet 2020 cette fonction de Défenseur des droits, au terme d’un ma […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-14 juin 2020 France. Manifestations contre le racisme et les violences policières.

Le 2, une semaine après l’onde de choc provoquée par la mort de l’Afro-Américain George Floyd, tué par un policier blanc aux États-Unis, plus de vingt mille personnes – selon la préfecture de police – se rassemblent aux abords du palais de justice de Paris, à l’appel du comité « La vérité pour Adama », pour dénoncer les violences policières. Adama Traoré est mort en juillet 2016 à la suite de son interpellation par les gendarmes, à Persan (Val-d’Oise). […] Lire la suite

3-30 juillet 2019 France. Découverte du corps de Steve Maia Caniço dans la Loire.

Le 3, quatre-vingt-cinq personnes déposent une plainte contre X pour « mise en danger de la vie d’autrui et violences volontaires par personnes dépositaires de l’autorité publique », à la suite de la dispersion par la police d’un rassemblement sur les berges de la Loire, à Nantes (Loire-Atlantique), lors de la fête de la musique. Dans la nuit du 21 au 22 juin, une dizaine de personnes étaient tombées dans le fleuve en tentant d’échapper à la charge des policiers, accompagnée de tirs de grenades lacrymogènes et de désencerclement, et de tirs de lanceurs de balles de défense (LBD). […] Lire la suite

20-22 février 2018 France. Présentation du projet de loi sur l'asile et l'immigration.

Le 20, le Conseil d’État, saisi par plusieurs associations travaillant dans les secteurs de l’hébergement social ou de l’aide aux migrants, encadre strictement l’application de la « circulaire Collomb » de décembre 2017 qui autorise le recensement administratif des personnes accueillies dans les centres d’hébergement d’urgence. Le Conseil doit encore statuer sur le fond. […] Lire la suite

11-19 janvier 2018 France. Critique de la « circulaire Collomb ».

Le 11, vingt-sept associations déposent devant le Conseil d’État une requête en annulation de la circulaire du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, édictée en décembre 2017, qui autorise le recensement des migrants accueillis dans les centres d’hébergement d’urgence. Le 16, en déplacement à Calais (Pas-de-Calais), le président Emmanuel Macron dénonce les associations qui, selon lui, dissuadent les migrants de rejoindre les centres d’accueil et d’examen des situations administratives ouverts en août 2017. […] Lire la suite

12-31 juillet 2017 France. Présentation du plan gouvernemental pour les migrants.

Le 21, le Défenseur des droits Jacques Toubon se rend dans le quartier de La Chapelle, à Paris, où une opération d’évacuation de migrants s’est déroulée le 7 – la trente-quatrième depuis juin 2015. Il juge « décevant » le plan du gouvernement et estime nécessaire « la mise en place de cinq à dix centres de premier accueil un peu partout en France pour éviter aux migrants de dormir dehors ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Tatiana GRÜNDLER, « DÉFENSEUR DES DROITS, France », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/defenseur-des-droits-france/