DÉFENSEUR DES DROITS, France

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un statut protecteur de son indépendance

Tout comme pour les autres autorités administratives indépendantes qui se trouvent hors hiérarchie administrative, l’indépendance du Défenseur des droits est une exigence primordiale. Elle est garantie de deux façons : en amont, tout d’abord, par son mode de nomination – suivant la procédure améliorée de l’article 13 alinéa 5 de la Constitution qui conditionne sa nomination par le président de la République à l’absence de veto d’une majorité renforcée de parlementaires siégeant dans les commissions compétentes ; en aval ensuite, par la durée relativement longue de son mandat (6 ans), son irrévocabilité (qui le met à l’abri des pressions) et son caractère non renouvelable (qui exclut tout remerciement pour services rendus). En outre il bénéficie dans l’exercice de ses fonctions d’une immunité juridictionnelle comparable à celle des parlementaires. Enfin, le régime strict des incompatibilités (avec tout mandat électif, toute activité professionnelle et toute autre fonction d’envergure telle que membre du gouvernement, du Conseil constitutionnel ou du Conseil supérieur de la magistrature) permet à la fois au Défenseur des droits de se consacrer pleinement à sa tâche et d’échapper a priori à tout conflit d’intérêts.

Les garanties qui existent indéniablement sur le plan théorique peuvent toutefois se révéler fragiles dans la pratique. En effet, les moyens financiers du Défenseur des droits ne sont pas assurés, l’institution ne disposant pas de ressources propres et restant donc tributaire dans son fonctionnement des crédits que lui alloue le Parlement. Au demeurant, son influence dépend pour une large part de la personnalité qui incarne la fonction et de la manière qu’elle a de l’habiter.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Dominique Baudis

Dominique Baudis
Crédits : Horacio Villalobos/ Corbis Historical/ Getty Images

photographie

Jacques Toubon

Jacques Toubon
Crédits : Sophie Bassouls/ Bridgeman Images

photographie

Claire Hédon

Claire Hédon
Crédits : Mathieu Delmestre/ defenseurdesdroits.fr

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  DÉFENSEUR DES DROITS, France  » est également traité dans :

BAUDIS DOMINIQUE (1947-2014)

  • Écrit par 
  • Blaise MAGNIN
  •  • 1 000 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les missions nationales »  : […] En 2000, alors qu’il envisage de ne pas se représenter à la mairie de Toulouse, Dominique Baudis accepte la présidence du comité éditorial du Figaro . L’année suivante, le président de la République Jacques Chirac lui propose de prendre la tête du Conseil supérieur de l’audiovisuel (C.S.A.). Cette mission l’oblige à démissionner de tous ses mandats électifs. Alors qu’il occupe ce poste, Dominique […] Lire la suite

TOUBON JACQUES (1941- )

  • Écrit par 
  • Bruno DIVE
  •  • 1 161 mots
  •  • 1 média

Haut fonctionnaire et homme politique français , Jacques Toubon a été l’une des principales figures de la droite gaulliste française, avant d’exercer le mandat de Défenseur des droits de 2014 à 2020, institution à laquelle il a donné une envergure nouvelle par des prises de position sans concession. Jacques Toubon a quitté le 17 juillet 2020 cette fonction de Défenseur des droits, au terme d’un ma […] Lire la suite

Les derniers événements

2-14 juin 2020 France. Manifestations contre le racisme et les violences policières.

Le 2, une semaine après l’onde de choc provoquée par la mort de l’Afro-Américain George Floyd, tué par un policier blanc aux États-Unis, plus de vingt mille personnes – selon la préfecture de police – se rassemblent aux abords du palais de justice de Paris, à l’appel du comité « La vérité pour Adama », pour dénoncer les violences policières. Adama Traoré est mort en juillet 2016 à la suite de son interpellation par les gendarmes, à Persan (Val-d’Oise). […] Lire la suite

3-30 juillet 2019 France. Découverte du corps de Steve Maia Caniço dans la Loire.

Le 3, quatre-vingt-cinq personnes déposent une plainte contre X pour « mise en danger de la vie d’autrui et violences volontaires par personnes dépositaires de l’autorité publique », à la suite de la dispersion par la police d’un rassemblement sur les berges de la Loire, à Nantes (Loire-Atlantique), lors de la fête de la musique. Dans la nuit du 21 au 22 juin, une dizaine de personnes étaient tombées dans le fleuve en tentant d’échapper à la charge des policiers, accompagnée de tirs de grenades lacrymogènes et de désencerclement, et de tirs de lanceurs de balles de défense (LBD). […] Lire la suite

20-22 février 2018 France. Présentation du projet de loi sur l'asile et l'immigration.

Le 20, le Conseil d’État, saisi par plusieurs associations travaillant dans les secteurs de l’hébergement social ou de l’aide aux migrants, encadre strictement l’application de la « circulaire Collomb » de décembre 2017 qui autorise le recensement administratif des personnes accueillies dans les centres d’hébergement d’urgence. Le Conseil doit encore statuer sur le fond. […] Lire la suite

11-19 janvier 2018 France. Critique de la « circulaire Collomb ».

Le 11, vingt-sept associations déposent devant le Conseil d’État une requête en annulation de la circulaire du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, édictée en décembre 2017, qui autorise le recensement des migrants accueillis dans les centres d’hébergement d’urgence. Le 16, en déplacement à Calais (Pas-de-Calais), le président Emmanuel Macron dénonce les associations qui, selon lui, dissuadent les migrants de rejoindre les centres d’accueil et d’examen des situations administratives ouverts en août 2017. […] Lire la suite

12-31 juillet 2017 France. Présentation du plan gouvernemental pour les migrants.

Le 21, le Défenseur des droits Jacques Toubon se rend dans le quartier de La Chapelle, à Paris, où une opération d’évacuation de migrants s’est déroulée le 7 – la trente-quatrième depuis juin 2015. Il juge « décevant » le plan du gouvernement et estime nécessaire « la mise en place de cinq à dix centres de premier accueil un peu partout en France pour éviter aux migrants de dormir dehors ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Tatiana GRÜNDLER, « DÉFENSEUR DES DROITS, France », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/defenseur-des-droits-france/