DANSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La danse théâtrale

Lorsque la danse se présente sous la forme du ballet et qu'elle devient un spectacle en Europe, la plastique prend une place considérable qui l'éloigne de ses origines magiques et religieuses. La définition qu'en donne Théophile Gautier ressortit à l'esthétique du spectateur : « La danse est l'art de montrer les formes élégantes et correctes dans diverses positions favorables au développement des lignes. » On est alors bien loin de la parole gnostique : « Celui qui ne danse pas ne sait pas ce qui se passe. » C'est pourtant en se référant à ses origines que les chorégraphes et les critiques les plus exigeants voudront rendre évident le sérieux d'un art si souvent considéré comme frivole.

La danse ne figure pas dans la monumentale Esthétique de Hegel, qui est aussi une histoire du monde. Pourtant, en 1810 l'écrivain allemand Henrich von Kleist, dans une courte nouvelle sur le théâtre de marionnettes, a paradoxalement formulé une idée intéressante : un danseur a l'habitude d'assister aux spectacles de marionnettes qui, prétend-il, lui apprennent mieux que toute autre chose comment les seules lois de la pesanteur articulent infailliblement la poupée que l'animateur tient au bout de ses fils. En revanche, le jeune homme qui répète volontairement le geste naturel par lequel il rattache sa sandale se rend ridicule et franchement comique dans son effort vain pour reproduire le même mouvement. La conscience a fait perdre à l'homme l'innocence du paradis. Lorsque le danseur Vaslav Nijinski répète : « La grâce est un don de Dieu », les sens esthétique et théologique du mot s'entrecroisent.

Ainsi s'explique le malaise que nous éprouvons en présence d'automates qui imitent et caricaturent l'action d'êtres vivants et conscients – qui à leur tour, conditionnés par l'impeccable technique de la danse académique, peuvent faire penser à d'artificielles mécaniques. De Coppelia à Petrouchka, le ballet n'a pas manqué de jouer sur cette équivoque. L'homme entouré de machines, dans l'usine du Pas d'acier de Serge Prokofiev, est lui-même l'objet du Ballet mécanique que composa l'Américain George Antheil pour le film de Fernand Léger. Un gigantesque Gulliver-robot tire les fils des personnages lilliputiens d'une humanité naissante dans le ballet Schema d'un chorégraphe américain familier des marionnettes, Alwin Nikolaïs.

Serge Lifar et Lubov Tchernicheva

Photographie : Serge Lifar et Lubov Tchernicheva

Serge Lifar et Lubov Tchernicheva dansent Le Pas d'acier, ballet réglé par Léonide Massine sur une musique de Serge Prokofiev au Her Majesty's Theatre, 1927. 

Crédits : Sasha/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

L'histoire du ballet est une suite de contradictions, issues du paradoxe de Kleist. L'opéra-ballet ne fait pas oublier les belles manières du ballet de cour. Ces spectacles somptueux et féeriques font à la danse une place qu'elle n'occupe jamais seule. Elle accompagne et illustre un récit héroïque, légendaire ou mythologique dont la musique, le chant et parfois la parole sont partie intégrante. Quand Jean-Georges Noverre écrit ses fameuses Lettres, les principes de la danse classique sont définitivement codifiés. La question, pour lui, est de savoir si un tel vocabulaire, réglé et restreint, suffit pour intéresser les spectateurs à un développement dramatique, avec ou sans le recours à la mimique. Le « Shakespeare de la danse » hésite et se contente de faire confiance à la Nature et à la Raison.

Ce problème semble résolu lorsque au xixe siècle s'impose le ballet romantique. Le costume s'adapte aux mouvements de plus en plus difficiles et audacieux, jusqu'à créer un monde irréel, où les chaussons et le tutu, sur le maillot de rigueur, deviennent les symboles d'un art dont la perfection ne paraît plus pouvoir être surpassée.

La Petite Danseuse de quatorze ans , E. Degas

Photographie : La Petite Danseuse de quatorze ans , E. Degas

Edgar Degas (1824-1917), la Petite Danseuse de quatorze ans, bronze polychrome avec tutu de mousseline, sur socle en bois. Collection privée. 

Crédits : Christie's Images, Bridgeman Images

Afficher

Marie Taglioni

Photographie : Marie Taglioni

Gravure du XIXe siècle représentant Marie Taglioni (1804-1884) dans le costume de La Sylphide, un tutu romantique dessiné par Eugène Lami et qui est devenu depuis lors l'uniforme du ballet. 

Crédits : Rischgitz/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

À ce moment, la danse est essentiellement féminine. Est-ce en pensant à Carlotte Zambelli sur pointes, à Isadora Duncan en tunique et pieds nus, ou à la Loïe Fuller dans ses voiles de lumière, que Stéphane Mallarmé a reconnu dans leur art le sien, la poésie ? « La danseuse n'est pas une femme qui danse », parce qu'elle n'est plus femme mais métaphore – et elle ne danse pas parce qu'elle est écriture sans scribe. La danse pure ou abstraite est ainsi déjà imaginée et définie.

Isadora Duncan

Photographie : Isadora Duncan

Isadora Duncan (1878-1927), danseuse américaine d'origine irlandaise, ici en 1900. Photographe : Edward Muybridge. 

Crédits : Eadweard Muybridge/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Loïe Fuller

Photographie : Loïe Fuller

Loïe Fuller (1862 -1928), danseuse américaine de music-hall, ici en 1886. 

Crédits : Henri Manuel/ Getty Images

Afficher

Or c'est en chorégraphiant l'Après-midi d'un faune que Nijinski déploie sa quasi-nudité animale en des mouvements et des gestes tels qu'on n'en avait encore jamais vu sur scène. Diaghilev venait d'arriver pour faire parler à la danse le même langage nouveau que la musique et la peinture. L'Après-midi d'un faune, Le Sacre du printemps et Parade détruisent l'image conventionnelle du ballet et rappellent sur la scène les véritables origin [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Candomblé

Candomblé
Crédits : Jan Sochor/ Latincontent/ Getty Images

photographie

Danse de l'ours

Danse de l'ours
Crédits : MPI/ Archive Photos/ Getty Images

photographie

Danse rituelle, E. S. Curtis

Danse rituelle, E. S. Curtis
Crédits : AKG

photographie

Danse traditionnelle africaine

Danse traditionnelle africaine
Crédits : Bruno De Hogues/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Afficher les 17 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur d'État ès lettres, conservateur honoraire à la Bibliothèque nationale de France, écrivain et critique
  • : professeur de philosophie, producteur d'émissions culturelles à l'O.R.T.F.

Classification

Autres références

«  DANSE  » est également traité dans :

DANSER SA VIE (exposition)

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 446 mots

Présentée du 23 novembre 2011 au 2 avril 2012 au Centre Georges-Pompidou, Danser sa vie (sous-titrée Art et danse de 1900 à nos jours) fut une exposition sans précédent. Pour la première fois une institution muséale nationale consacrait une exposition entière à la danse, ou, plus précisément, aux liens qui unissent les a […] Lire la suite

ADRET FRANÇOISE (1920-2018)

  • Écrit par 
  • Ariane DOLLFUS
  •  • 955 mots
  •  • 1 média

Danseuse et chorégraphe, Françoise Adret est une personnalité singulière de la danse française . Elle a dirigé, voire créé, de nombreuses compagnies de ballet en France (Ballet de Nice, Ballet-théâtre contemporain, Ballet de Lyon) comme à l'étranger, à une époque où les danseuses n'accédaient pas à ce type de responsabilités. Elle a su à la fois incarner l'État dans ses missions au ministère de l […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

  • Écrit par 
  • Claire BOULLIER, 
  • Geneviève CALAME-GRIAULE, 
  • Michèle COQUET, 
  • François NEYT
  • , Universalis
  •  • 15 142 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les masques »  : […] Les danses des masques sur la place publique à l'occasion des funérailles et des levées de deuil ( dama ) sont les plus spectaculaires et les plus connues des cérémonies rituelles des Dogon. La société des masques ( awa ) est réservée aux hommes. Le mot imina désigne non seulement le masque lui-même mais l'ensemble de son costume, des emblèmes, du rythme et de la danse qui lui sont propres. Les […] Lire la suite

AILEY ALVIN (1931-1989)

  • Écrit par 
  • Jane PATRIE
  •  • 371 mots

Danseur noir né à Rogers, au Texas. Après des études à l'université de Los Angeles (Californie), Alvin Ailey fréquente l'école de ballet de Lester Horton. Il débute comme danseur dans le Lester Horton Dance Theatre (1953) ; la même année, à la mort de Lester Horton, il devient chorégraphe de la troupe et en 1954 crée House Flowers . Introduit dans les milieux du cinéma, il danse aussi dans de nomb […] Lire la suite

ALONSO ALICIA (1920-2019)

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 184 mots
  •  • 1 média

La danseuse et chorégraphe cubaine Alicia Alonso a marqué l’histoire du ballet classique du xx e  siècle . Légende de son vivant, interprète hors du commun et à forte personnalité, elle a su faire du Ballet national de Cuba l’une des meilleures compagnies du monde et fonder « l’école cubaine » de danse classique. […] Lire la suite

APPALACHIAN SPRING (M. Graham)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DIÉNIS
  •  • 176 mots
  •  • 1 média

Formée à la Denishawn School, l'école de Ruth Saint-Denis et de Ted Shawn, Martha Graham (1894-1991) est considérée comme la plus grande personnalité de la danse moderne américaine. Fille d'un médecin aliéniste, elle explore plusieurs thèmes dans une œuvre colossale, étalée sur près d'un siècle : la mythologie grecque, la dénonciation du puritanisme, l'influence de la psychanalyse et, bien sûr, da […] Lire la suite

ASTAIRE FRED (1899-1987)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 131 mots
  •  • 4 médias

Fred Astaire , de son vrai nom Frederick Austerlitz, est né le 10 mai 1899 à Ohama (Nebraska, États-Unis). Il est surtout célèbre pour les grandes comédies musicales dont il partage la vedette avec Ginger Rogers. Beaucoup voient en lui le meilleur danseur de musique populaire de tous les temps. Né dans une famille aisée, Astaire apprend la danse dès l'âge de quatre ans. En 1906, il monte avec sa […] Lire la suite

ATTOU KADER (1974- )

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 110 mots

Le danseur et chorégraphe Kader Attou incarne la génération des artistes français qui ont su donner à la danse hip-hop une dimension esthétique, propulsant ce style chorégraphique issu de la rue sur la scène contemporaine. […] Lire la suite

BABILÉE JEAN (1923-2014)

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 997 mots
  •  • 1 média

Danseur étoile, chorégraphe et acteur français, Jean Babilée est entré dans la légende en 1946 avec son interprétation du ballet Le Jeune Homme et la M ort (chorégraphie de Roland Petit sur un livret de Jean Cocteau). Enfant terrible de la danse classique, insaisissable et capable de performances époustouflantes (Colette l’appelait « le garçon qui vole »), il a échappé à toutes les règles et à […] Lire la suite

BAGOUET DOMINIQUE (1951-1992)

  • Écrit par 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 930 mots

Créateur délicat et inquiet, Dominique Bagouet était considéré comme l'un des plus talentueux nouveaux chorégraphes français. Né à Angoulême le 9 juillet 1951, il fait ses premières études à l'école de danse de Rosella Hightower. Engagé en 1969 au Ballet du Grand Théâtre de Genève, dirigé par Balanchine, puis à la Compagnie Felix Blaska et au Ballet du xx e  siècle de Maurice Béjart, il s'affirme, […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

6-14 mars 2018 Iran. Démission du maire de Téhéran.

La loi islamique interdit la danse en public. La diffusion de la vidéo sur les réseaux sociaux provoque des réactions de la part des conservateurs et des religieux. Le procureur général du pays Mohammad Jafar Montazeri dénonce des « actes contraires à la morale publique » et à la tradition islamique. Le 14, Mohammad-Ali Najafi présente sa démission. […] Lire la suite

1er-24 avril 1997 France. Rejet de la demande de dissolution de l'association du Théâtre de Châteauvallon

Le 1er, Gérard Paquet, ancien directeur du Théâtre national de la danse et de l'image (T.N.D.I.) de Châteauvallon (Var), est placé en garde à vue dans le cadre d'une enquête préliminaire sur l'organisation d'un colloque au T.N.D.I. confiée à sa sœur, en 1995. Relâché le 2, Gérard Paquet, qui s'oppose à la municipalité de Toulon depuis la victoire électorale du Front national, en juin 1995, accuse le préfet du Var, Jean-Charles Marchiani, d'être « à l'origine de cette machination ». […] Lire la suite

1er-13 février 1997 France. Licenciement du directeur du Théâtre de Châteauvallon

Le 1er, le directeur et fondateur du Théâtre national de la danse et de l'image (T.N.D.I.) de Châteauvallon (Var), Gérard Paquet, reçoit sa lettre de licenciement pour fautes graves signée par l'administrateur provisoire de l'établissement. Gérard Paquet dénonce « le processus d'acharnement du maire de Toulon et du préfet du Var [Jean-Charles Marchiani] ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Françoise CHRISTOUT, Serge JOUHET, « DANSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/danse/