DANSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Danse ludique, danse profane

Peu à peu la danse devient profane, cérémonial festif ou simple divertissement social. À ce titre, elle réfléchit les aptitudes de chaque peuple, relève des différents folklores et traditions souvent d'origine rurale. Facteur de communication et de sociabilité, elle exerce un rôle plus ou moins notable et reconnu dans la vie de toute collectivité comme de tout individu. Expression d'une ethnie, d'une communauté ou d'un groupe, elle en reflète les caractères, les aspirations, et s'associe étroitement aux divers moments de la vie quotidienne dont elle stylise parfois la gestuelle. Longtemps, elle s'est transmise oralement d'une génération à l'autre, usage qui s'est perpétué jusqu'au xxie siècle dans certaines régions des Balkans, de Grande-Bretagne, d'Europe de l'Est et d'Orient. À partir du xviie siècle, elle a souvent servi de source d'inspiration pour la danse théâtrale. Prélude aux jeux amoureux des jeunes gens, à la célébration des fiançailles et du mariage, elle s'apparente aux rites antiques de fécondité ou de brigue. Elle respecte l'alternance des temps rapides et lents, de la marche cadencée, des pirouettes et des sauts. Grâce à elle, un échange incessant s'établit entre les diverses couches sociales, transmettant aux unes le raffinement, aux autres la spontanéité et l'énergie foncières. Parfois collective, notamment dans la ronde, les branles sérieux ou gais, et la farandole, la danse de société, après avoir séparé hommes et femmes, se pratique progressivement par couples de sexe opposé. En Europe, à partir du xve siècle, se développent au gré des modes, changeant avec les usages, le milieu et les valeurs sociétales contemporaines, des danses de bal qui rassemblent les générations et franchissent rapidement les frontières.

Danse à la ville, A. Renoir

Photographie : Danse à la ville, A. Renoir

Auguste Renoir, «Danse à la ville», 1883. Huile sur toile, 180 cm × 90 cm. Musée d'Orsay, Paris. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Afficher

Danse à la campagne, A. Renoir

Photographie : Danse à la campagne, A. Renoir

Auguste Renoir, «Danse à la campagne», 1883. Huile sur toile, 180 cm × 90 cm. Musée d'Orsay, Paris. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Afficher

La péninsule ibérique tient dans le domaine de la danse traditionnelle une place particulière. Si le danseur quitte peu le sol, il fait preuve, en le piétinant du talon dans le taconeo, de la plante et de la pointe du pied dans le zapateado, d'une étonnante batterie, d'une rythmique subtile. À l'Orient, il a emprunté le sens de la courbe qui cambre le corps, ploie les genoux, fait onduler les bras pâmés, notamment dans le flamenco d'origine gitane. À cela il faut ajouter ces tours nerveux qui font virer le torse ou le corps entier. Ces éléments de base se retrouvent dans la seguidilla et toute la gamme des bailes régionaux : sarabande, fandango, jota, bolero, habanera.

L'antique dualisme de la danse par couples, ouverte ou fermée, et de la danse de groupe va tendre à s'atténuer. Divers genres s'instaurent, répondant chacun à une catégorie d'aspirations. Ainsi la vitalité exubérante, juvénile, se réfléchit tour à tour dans la gaillarde, la tarentelle, la forlane, la volte, la bourrée, la gigue, le rigaudon, la polka, le cake walk, le jitterburg. Par contre, la grâce, l'élégance suggèrent successivement la pavane, la courante, le menuet, l'allemande, la valse, la lesghinka, la polonaise, le boston. Venue d'Angleterre au début du xviiie siècle, la contredanse remet en honneur, avec les danses à figures, le principe du jeu de société que l'on retrouve dans la mazurka et surtout le quadrille, le cotillon, la square dance.

Danses de folklore ou de société supposent parfois l'usage d'accessoires : clochettes chez les Basques, bottes souples chez les Caucasiens, rigides chez les Hongrois, claquettes métalliques chez les Américains dans la tap-dance. Généralement, les Occidentaux se définissent au contact des Orientaux par un goût de l'en-dehors, des mouvements extravertis, de l'élévation et par cette aptitude à dégager, à développer harmonieusement les membres, qui s'épanouira ailleurs idéalement dans la danse académique.

En fait, l'invention ici a pour seules limites les capacités des amateurs. L'apport exotique est toujours apprécié. Depuis le début du xxe siècle, on constate l'alternance des influences parisienne (java), argentines (tango, paso-doble), brésiliennes (rumba, mambo) et nord-américaines (fox-trot, slow, charleston). Exigeant des aptitudes sportives, le boogie-woogie, le twist, le be-bop et le rock and roll entraînent une fracture générationnelle. Désormais, les nouvelles danses sont l'apanage des « jeunes ». Danse de rue d'origine afro-américaine inventée à New York par les gamins désœuvrés du Bronx, le hip-hop, emblématique dans les années 1970 d'une révolte autodidacte, est fondé sur l'improvisation et tend à canaliser la violence à travers le défi acrobati [...]

Mata Hari

Photographie : Mata Hari

Margaretha Geertruida Zelle, connue sous le nom de Mata Hari (1876-1917). La danseuse néerlandaise est ici en costume de bayadère. 

Crédits : De Agostini/ Getty Images

Afficher

Fred Astaire

Photographie : Fred Astaire

Danseur, acteur et chorégraphe américain, Fred Astaire, de son vrai nom Frederick Austerlitz (1899-1987), en train d'effectuer quelques pas de sa nouvelle danse, un fox-trot. 

Crédits : Keystone Features/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Charleston

Photographie : Charleston

Danseuses de charleston et saxophoniste, en 1925. 

Crédits : General Photographic Agency/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Candomblé

Candomblé
Crédits : Jan Sochor/ Latincontent/ Getty Images

photographie

Danse de l'ours

Danse de l'ours
Crédits : MPI/ Archive Photos/ Getty Images

photographie

Danse rituelle, E. S. Curtis

Danse rituelle, E. S. Curtis
Crédits : AKG-images

photographie

Danse traditionnelle africaine

Danse traditionnelle africaine
Crédits : Bruno De Hogues/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Afficher les 17 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur d'État ès lettres, conservateur honoraire à la Bibliothèque nationale de France, écrivain et critique
  • : professeur de philosophie, producteur d'émissions culturelles à l'O.R.T.F.

Classification

Autres références

«  DANSE  » est également traité dans :

DANSER SA VIE (exposition)

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 446 mots

Présentée du 23 novembre 2011 au 2 avril 2012 au Centre Georges-Pompidou, Danser sa vie (sous-titrée Art et danse de 1900 à nos jours) fut une exposition sans précédent. Pour la première fois une institution muséale nationale consacrait une exposition entière à la danse, ou, plus précisément, aux liens qui unissent les a […] Lire la suite

ADRET FRANÇOISE (1920-2018)

  • Écrit par 
  • Ariane DOLLFUS
  •  • 955 mots
  •  • 1 média

Danseuse et chorégraphe, Françoise Adret est une personnalité singulière de la danse française . Elle a dirigé, voire créé, de nombreuses compagnies de ballet en France (Ballet de Nice, Ballet-théâtre contemporain, Ballet de Lyon) comme à l'étranger, à une époque où les danseuses n'accédaient pas à ce type de responsabilités. Elle a su à la fois incarner l'État dans ses missions au ministère de l […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

  • Écrit par 
  • Claire BOULLIER, 
  • Geneviève CALAME-GRIAULE, 
  • Michèle COQUET, 
  • François NEYT
  • , Universalis
  •  • 15 142 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les masques »  : […] Les danses des masques sur la place publique à l'occasion des funérailles et des levées de deuil ( dama ) sont les plus spectaculaires et les plus connues des cérémonies rituelles des Dogon. La société des masques ( awa ) est réservée aux hommes. Le mot imina désigne non seulement le masque lui-même mais l'ensemble de son costume, des emblèmes, du rythme et de la danse qui lui sont propres. Les […] Lire la suite

AILEY ALVIN (1931-1989)

  • Écrit par 
  • Jane PATRIE
  •  • 371 mots

Danseur noir né à Rogers, au Texas. Après des études à l'université de Los Angeles (Californie), Alvin Ailey fréquente l'école de ballet de Lester Horton. Il débute comme danseur dans le Lester Horton Dance Theatre (1953) ; la même année, à la mort de Lester Horton, il devient chorégraphe de la troupe et en 1954 crée House Flowers . Introduit dans les milieux du cinéma, il danse aussi dans de nomb […] Lire la suite

ALONSO ALICIA (1920-2019)

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 184 mots
  •  • 1 média

La danseuse et chorégraphe cubaine Alicia Alonso a marqué l’histoire du ballet classique du xx e  siècle . Légende de son vivant, interprète hors du commun et à forte personnalité, elle a su faire du Ballet national de Cuba l’une des meilleures compagnies du monde et fonder « l’école cubaine » de danse classique. […] Lire la suite

APPALACHIAN SPRING (M. Graham)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DIÉNIS
  •  • 176 mots
  •  • 1 média

Formée à la Denishawn School, l'école de Ruth Saint-Denis et de Ted Shawn, Martha Graham (1894-1991) est considérée comme la plus grande personnalité de la danse moderne américaine. Fille d'un médecin aliéniste, elle explore plusieurs thèmes dans une œuvre colossale, étalée sur près d'un siècle : la mythologie grecque, la dénonciation du puritanisme, l'influence de la psychanalyse et, bien sûr, da […] Lire la suite

ASTAIRE FRED (1899-1987)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 131 mots
  •  • 4 médias

Fred Astaire , de son vrai nom Frederick Austerlitz, est né le 10 mai 1899 à Ohama (Nebraska, États-Unis). Il est surtout célèbre pour les grandes comédies musicales dont il partage la vedette avec Ginger Rogers. Beaucoup voient en lui le meilleur danseur de musique populaire de tous les temps. Né dans une famille aisée, Astaire apprend la danse dès l'âge de quatre ans. En 1906, il monte avec sa […] Lire la suite

ATTOU KADER (1974- )

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 110 mots

Le danseur et chorégraphe Kader Attou incarne la génération des artistes français qui ont su donner à la danse hip-hop une dimension esthétique, propulsant ce style chorégraphique issu de la rue sur la scène contemporaine. […] Lire la suite

BABILÉE JEAN (1923-2014)

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 997 mots
  •  • 1 média

Danseur étoile, chorégraphe et acteur français, Jean Babilée est entré dans la légende en 1946 avec son interprétation du ballet Le Jeune Homme et la M ort (chorégraphie de Roland Petit sur un livret de Jean Cocteau). Enfant terrible de la danse classique, insaisissable et capable de performances époustouflantes (Colette l’appelait « le garçon qui vole »), il a échappé à toutes les règles et à […] Lire la suite

BAGOUET DOMINIQUE (1951-1992)

  • Écrit par 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 930 mots

Créateur délicat et inquiet, Dominique Bagouet était considéré comme l'un des plus talentueux nouveaux chorégraphes français. Né à Angoulême le 9 juillet 1951, il fait ses premières études à l'école de danse de Rosella Hightower. Engagé en 1969 au Ballet du Grand Théâtre de Genève, dirigé par Balanchine, puis à la Compagnie Felix Blaska et au Ballet du xx e  siècle de Maurice Béjart, il s'affirme, […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

6-14 mars 2018 Iran. Démission du maire de Téhéran.

La loi islamique interdit la danse en public. La diffusion de la vidéo sur les réseaux sociaux provoque des réactions de la part des conservateurs et des religieux. Le procureur général du pays Mohammad Jafar Montazeri dénonce des « actes contraires à la morale publique » et à la tradition islamique. Le 14, Mohammad-Ali Najafi présente sa démission. […] Lire la suite

1er-24 avril 1997 France. Rejet de la demande de dissolution de l'association du Théâtre de Châteauvallon

Le 1er, Gérard Paquet, ancien directeur du Théâtre national de la danse et de l'image (T.N.D.I.) de Châteauvallon (Var), est placé en garde à vue dans le cadre d'une enquête préliminaire sur l'organisation d'un colloque au T.N.D.I. confiée à sa sœur, en 1995. Relâché le 2, Gérard Paquet, qui s'oppose à la municipalité de Toulon depuis la victoire électorale du Front national, en juin 1995, accuse le préfet du Var, Jean-Charles Marchiani, d'être « à l'origine de cette machination ». […] Lire la suite

1er-13 février 1997 France. Licenciement du directeur du Théâtre de Châteauvallon

Le 1er, le directeur et fondateur du Théâtre national de la danse et de l'image (T.N.D.I.) de Châteauvallon (Var), Gérard Paquet, reçoit sa lettre de licenciement pour fautes graves signée par l'administrateur provisoire de l'établissement. Gérard Paquet dénonce « le processus d'acharnement du maire de Toulon et du préfet du Var [Jean-Charles Marchiani] ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Françoise CHRISTOUT, Serge JOUHET, « DANSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/danse/