GUÉRIN DANIEL (1904-1988)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Parmi les observateurs lucides d'une époque, Daniel Guérin est l'un des rares penseurs français à reconnaître, dès les années 1930, la prépondérance de la vie quotidienne sur le pouvoir des idéologies. L'homosexualité, qu'il découvre et revendique tout adolescent, l'incitera très vite à prôner la liberté sexuelle, inséparable pour lui des libertés qu'ont tenté de conquérir le prolétariat et les minorités réprimées. Les impressions recueillies en Allemagne avant le plébiscite de Hitler se fondront dans une dénonciation générale du fascisme et de ses survivances en pays démocratiques. Un instant proche de Trotski, vers qui l'a conduit son refus du stalinisme, il trouvera dans le socialisme libertaire l'esprit qui s'accorde le mieux à l'aversion qu'il a toujours professée à l'égard de toute forme de pouvoir. Tout en menant le combat pour la décolonisation et pour l'émancipation des Noirs américains, il consacrera plusieurs ouvrages à l'anarchisme. Comme historien, Daniel Guérin a donné, avec La Lutte de classes sous la première République, une des analyses les plus pénétrantes de la Révolution de 1789.

Lui-même a pris soin de retracer son itinéraire dans trois volumes : Autobiographie de jeunesse (1971), Le Feu du sang (1977) et Son testament (1979). Né dans une famille de la grande bourgeoisie, il passe son enfance dans un milieu intellectuel où il jouit d'« un bonheur étouffant et tourmenté ». Il fréquente le salon de son oncle, Daniel Halévy, lit Tolstoï, perd la foi, correspond avec François Mauriac, s'initie à l'homosexualité et publie en 1927 un bref roman, L'Enchantement du Vendredi saint. Le 23 août de la même année, l'émeute consécutive à l'exécution de Sacco et de Vanzetti l'éveille à une conscience révolutionnaire, qui ne se reniera jamais.

Lors d'un séjour au Moyen-Orient, il rencontre à Beyrouth Louis Massignon, islamiste célèbre et auteu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GUÉRIN DANIEL (1904-1988)  » est également traité dans :

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une école et ses opposants »  : […] Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, qui a vu l'État français brûler les livres de Georges Lefebvre et fêter les victimes de la Vendée, tandis que la Résistance se rattachait volontiers au nationalisme révolutionnaire, l'histoire de la Révolution française consacre les grandes figures de l'érudition militante de gauche que sont Ernest Labrouss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_52014

Pour citer l’article

Raoul VANEIGEM, « GUÉRIN DANIEL - (1904-1988) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-guerin/