FISCHER JOSCHKA (1948- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique allemand. Vice-chancelier de la République fédérale d’Allemagne et ministre des Affaires étrangères de 1998 à 2005.

Joseph (dit Joschka) Martin Fischer est né le 12 avril 1948 à Gerabronn (Bade-Wurtemberg), troisième enfant d'une famille catholique. Ses parents, des Hongrois d'origine allemande, durent quitter Budapest en 1946 et son père, employé de boucherie, assurait à la famille un niveau de vie médiocre. Ils s'installent à Fellbach, près de Stuttgart, en 1965. Le jeune Joschka se rebelle contre la messe dominicale, où il sert comme enfant de chœur, et contre le lycée, peu à l'écoute des élèves socialement défavorisés.

Il arrête prématurément ses études secondaires et entame une formation de photographe, vite interrompue. En avril 1966, il part en auto-stop pour une découverte de l'Europe qui le mène jusqu'au Koweït. La mort de son père et de sa sœur aînée, en novembre, le fait revenir. Il se marie en avril 1967 et sa première femme lui donnera deux garçons, en 1979 et 1983. Joschka est alors marchand de jouets. Très sensible à la contestation qui agite la jeunesse, il participe aux manifestations de Stuttgart contre la guerre au Vietnam, écopant d'une peine de prison de six semaines, réduite à six jours.

Au printemps de 1968, il s'installe à Francfort-sur-le-Main, le grand centre de la contestation allemande avec Berlin-Ouest. Sans être inscrit à l'université Goethe, rebaptisée « Karl Marx » par les étudiants, il suit les cours de Theodor Adorno, Jürgen Habermas et Oskar Negt – les maîtres à penser des jeunes en révolte. Véritable autodidacte, il lit beaucoup (Hegel, Marx, Lénine, Mao) et subit l'influence de Rudi Dutschke, le théoricien charismatique du mouvement étudiant. Il se lie alors d'une amitié jamais démentie avec Daniel Cohn-Bendit et il collaborera plus tard à son journal, Pflasterstrand, fondé en 1976.

Esprit pratique, soucieux d'efficacité, il veut gagner à la contestation les jeunes apprentis et les ouvriers. La guerre du Vietnam, la lutte contre la spéculation immobilière, la constr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Les derniers événements

18-22 septembre 2005 Allemagne. Élections législatives sans majorité

Joschka Fischer, membres de la coalition sortante, obtiennent 8,1 p. 100 de suffrages et comptent 51 députés (contre 55). Angela Merkel et Gerhard Schröder revendiquent tous les deux la chancellerie. Des négociations, dont seul le Parti de gauche reste à l'écart, s'engagent en vue de former une coalition gouvernementale. Le 20, la C.D.U.-C.S.U. réaffirme […] Lire la suite

1er-30 août 2001 Israël – Autorité palestinienne. Succession d'opérations « ciblées » et de représailles meurtrières

Joschka Fischer, en tournée dans la région, obtient l'accord de Yasser Arafat et de Shimon Peres sur le principe d'une rencontre en vue de mettre en œuvre le plan Mitchell présenté en mai. Le 23, Tsahal procède à une large incursion en territoire palestinien, à Hébron, en Cisjordanie, à la suite d'échanges de tirs. Le 27, l'armée israélienne tue le […] Lire la suite

22 février 2001 France – Allemagne. Campagne contre Daniel Cohn-Bendit, soupçonné de pédophilie

Joschka Fischer, proche du député européen, dont le passé de militant d'extrême gauche a resurgi à l'occasion du procès de l'ancien terroriste Hans-Joachim Klein.  […] Lire la suite

25-27 juin 2000 France – Allemagne – Union européenne. Visite du président Jacques Chirac en Allemagne

Joschka Fischer, qui avait appelé de ses vœux, en mai, l'institution d'une « Fédération européenne », Jacques Chirac rejette le terme, mais prône toutefois l'engagement d'un processus de « refondation institutionnelle de l'Europe » qui devrait aboutir à l'adoption d'une « Constitution européenne » ratifiée par référendum. Devant le risque de dilution […] Lire la suite

12 mai 2000 Union européenne. Proposition allemande en faveur d'une « Fédération européenne »

Joschka Fischer, s'exprimant à l'université Humboldt de Berlin, à titre personnel mais avec l'accord du chancelier Gerhard Schröder, préconise l'institution d'une « Fédération européenne » dotée d'une Constitution, d'un Parlement bicaméral, d'un gouvernement et d'un président élu disposant de larges pouvoirs. Cette réforme se réaliserait par étapes […] Lire la suite

Pour citer l’article

Henri MÉNUDIER, « FISCHER JOSCHKA (1948- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/joschka-fischer/