Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DANDYSME

L'étymologie du terme « dandy » ouvre d'emblée un espace d'incertitude. L'Académie n'accueille qu'en 1878 ce néologisme venu d'Angleterre. Selon les Anglais, dandy pourrait dériver du français dandin (sot, niais), de dandiprat (nain, pièce de menue monnaie), de dandelion (ou dent-de-lion, pissenlit), du verbe to dandle, se dandiner, ou du prénom Andrew. Quoi qu'il en soit, le mot apparaît en Angleterre à la fin du xviiie siècle, et les étymologies attestent les échanges franco-britanniques qui caractérisent le dandysme au xixe siècle.

L'invention de Brummell

En rupture avec la tradition d'élégance incarnée en Angleterre par les Beaux sur la scène de la Restauration autour de Charles II (1630-1685), le premier dandysme, celui de Brummell (ou Brummel), apparaît comme l'invention d'un personnage absolument original, irréductible au courtisan ou à l'honnête homme. Favori du prince de Galles (le futur roi George IV) puis tombé en disgrâce, peut-être pour son insolence, George Bryan Brummell (1778-1840) est parfois présenté comme un parvenu qui se serait imposé à l'aristocratie anglaise par son élégance et son esprit. La réalité est plus complexe. Dans les premières années du xixe siècle, Brummell règne sur la bonne société et impose une mode vestimentaire d'une grande rigueur et d'une extrême sobriété, répondant au principe que « pour être bien mis, il ne faut pas être remarqué ». Un détail cependant de la tenue de Brummell tranche par son excès : la raideur d'une cravate blanche et amidonnée, qui doit être plissée autour du cou au premier essai, et empêche tout mouvement de la tête. Les préceptes de celui qui passe pour « l'arbitre des élégances » sont paradoxaux. Non seulement parce que la singularité de la cravate tranche sur la retenue générale, mais, à l'inverse, parce que la logique de la modération tend à rendre « invisible » la véritable élégance. Le premier dandy s'avère un personnage déroutant, flegmatique et apathique, maniant davantage l'humour que la bouffonnerie romantique, préférant les ruses du minuscule et du presque rien à la démesure ou à l'excentricité. Mettant, comme le voudra Oscar Wilde, « son génie dans sa vie », montrant un personnage fragile et éphémère, Brummell présente une identité incertaine d'elle-même, qui dénonce toute permanence de l'œuvre ou de la subjectivité. Son dandysme est une succession de poses discontinues et détachées qui a besoin de l'espace public pour apparaître. Mais l'entreprise est bien éloignée de l'épiphanie triomphante à laquelle on l'assimile volontiers. Ainsi, en une figure ultime de son dandysme, Brummell finit-il sa vie à Caen, dans la pauvreté et la déchéance. Son effondrement et son effacement ont retenu notamment l'attention de Virginia Woolf (The Common Reader, « Beau Brummell », 1932) et d'Edith Sitwell (English Eccentrics, 1933).

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Lord Byron - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Lord Byron

Balzac, Nadar - crédits : Nadar/ Hulton Archive/ Getty Images

Balzac, Nadar

Charles Baudelaire , Nadar - crédits : Nadar/ Hulton Archive/ Getty Images

Charles Baudelaire , Nadar

Autres références

  • BRUMMEL ou BRUMMELL GEORGE BRYAN (1778-1840)

    • Écrit par Roland MARX
    • 289 mots

    Roi de la mode en Angleterre pendant plus de vingt ans, le « beau Brummel » est né dans la famille d'un nouveau riche, son père ayant bénéficié, dans l'administration, de plusieurs postes et sinécures grâce au patronage d'hommes aussi puissants que lord North. Envoyé à Eton et prenant le temps de...

  • BYRON GEORGE GORDON (1788-1824)

    • Écrit par François NATTER
    • 4 444 mots
    • 1 média

    Le « byronisme », imitation idolâtre de ce poète anglais, fut un des éléments du romantisme européen. Ce phénomène, psycho-sociologique plus que littéraire, fut déterminé par la vogue extraordinaire des premières œuvres poétiques de lord Byron, en particulier Le Pèlerinage de Childe...

  • CORBIÈRE TRISTAN (1845-1875)

    • Écrit par Yves LECLAIR
    • 956 mots

    Tristan  Corbière est un poète lyrique et tragique de la seconde moitié du xixe siècle. Paul Verlaine l’a rendu célèbre dans son livre Les Poètes maudits (1884) : son corps maladif, ses amours malheureuses, sa malédiction d’auteur sans succès, son dandysmebohème, son anticonformisme,...

  • MODE - Le phénomène et son évolution

    • Écrit par Valérie GUILLAUME
    • 11 172 mots
    • 22 médias
    Célébré par les écrivains et les poètes Byron, Balzac, Barbey d'Aurevilly, Baudelaire, Oscar Wilde, Robert de Montesquiou et Marcel Proust, le dandysme marque la mode masculine de ses exigeants axiomes. L'esprit et le goût vestimentaire de George Bryan Brummell (né à Londres en 1778 et mort...

Voir aussi