DALAÏ-LAMA TENZIN GYATSO (1935- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Charisme personnel

Il obtient le prix Nobel de la paix en 1989 et devient universellement célèbre. Voyageur infatigable, reçu par plusieurs chefs d'État, il continue à assumer son double rôle de chef d'État en exil et de plus haute figure du bouddhisme tibétain. Levé à trois heures du matin, il commence sa journée par plusieurs heures de méditation. La matinée, à McLeod Ganj, est consacrée aux affaires politiques : réunions avec les ministres, relations diplomatiques, etc. L'après-midi est réservé aux audiences publiques et privées. Plusieurs fois par an, il voyage, aussi bien en Inde, où de nombreux centres bouddhiques ont retrouvé une vive activité sous son influence, que dans le reste du monde. Il s'exprime volontiers dans la presse, à la radio, à la télévision.

Il a déclaré à plusieurs reprises son intérêt pour les recherches scientifiques contemporaines, et on le voit participer à des congrès d'astrophysiciens ou de neuro-psychiatres. Il dit que le bouddhisme, selon lui, est avant tout une « science de l'esprit », mais cette attitude ne l'éloigne jamais des concepts bouddhiques traditionnels, qu'il continue à approfondir. Parmi ceux-ci, outre la compassion, dont il est l'incarnation même, il met volontiers en avant l'impermanence (arme précieuse contre tout intégrisme) et l'interdépendance (qui donne à l'écologie sa base véritable et assure à l'homme une place solidaire dans la nature). Il est l'opposé d'un chef religieux qui voudrait à tout prix convertir, rallier les autres à sa cause. Au contraire : il conseille à chacun de chercher d'abord en lui-même, et dans sa propre tradition, avant de demander au bouddhisme, s'il le désire, un autre accent, une autre dimension.

Sans aucun doute, par sa personnalité, à la fois chaleureuse, profonde, rieuse et obstinée, aussi bien que par les événements exceptionnels qui ont composé sa vie, il a largement influencé le développement du bouddhisme tout entier en le rendant plus clair, plus accessible, plus proche de l'humain. Ne sachant pas si son combat politique atteindra un jour le but qu'il recherche, il vit dans le mouvement, et dans la conscience de ce mouvement, tenant la faculté d'acquérir une qualité, la prajñā, pour plus précieuse que l'acquisition elle-même.

Il accepte l'idée qu'il est peut-être le dernier dalaï-lama. Si un jour le peuple tibétain ne veut plus de cette institution, il se retirera, dit-il, dans un couvent, sans aucune possession, pour y finir ses jours comme un vieux moine courbé sur son bâton. Et dans le fond, ajoute-t-il en riant, « ce n'est peut-être pas si mal ».

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Quatorzième dalaï-lama

Quatorzième dalaï-lama
Crédits : General Photographic Agency/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

1945 à 1962. La décolonisation

1945 à 1962. La décolonisation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud, auteur-scénariste

Classification

Autres références

«  DALAÏ-LAMA TENZIN GYATSO (1935- )  » est également traité dans :

INVASION DU TIBET PAR LA CHINE

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 259 mots
  •  • 1 média

Le 7 octobre 1950, un an après la proclamation de la République populaire de Chine, Mao Zedong ordonne l'invasion militaire du Tibet, considéré par le nouveau régime comme une province chinoise dont l'indépendance n'est qu'une fiction créée par les Occidentaux. Le 23 mai 1951, un traité sino-tibétain intègre officiellement le Tibet à la Chine communiste, mais prévoit le respect de la religion boud […] Lire la suite

TIBET (XIZIANG)

  • Écrit par 
  • Chantal MASSONAUD, 
  • Luciano PETECH, 
  • David SNELLGROVE, 
  • Pierre TROLLIET
  • , Universalis
  •  • 26 829 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'ouverture de la Chine et la question du Tibet »  : […] L'ouverture de la Chine, à la fin des années 1970, et sa nouvelle orientation politique et économique conduisent les « nouvelles » autorités de ce pays à reconsidérer l'état du Tibet, où les effets de la révolution culturelle ont été particulièrement désastreux. Ainsi, au printemps de 1980, le Comité central du Parti communiste chinois publie-t-il un ensemble de directives pour la mise en œuvre d' […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

10-24 mars 2008 Chine. Émeutes au Tibet

dalaï-lama Tenzin Gyatso, chef spirituel des Tibétains, dénonce la politique de la Chine au Tibet dans un discours prononcé à Dharamsala, en Inde, où il vit en exil. Il accuse Pékin de « violations énormes et inimaginables des droits de l'homme », de « négation de la liberté religieuse » et de « génocide culturel ». Dans le même temps, quelques centaines […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Claude CARRIERE, « DALAÏ-LAMA TENZIN GYATSO (1935- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/dalai-lama-tenzin-gyatso/