CYCLE, peinture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On entend par cycle de peinture une grande composition narrative se divisant en épisodes et exigeant une grande surface de développement. Techniques et supports les plus généralement employés sont la fresque et la peinture à l'huile sur tableaux. Impliquant une lecture en continuum, le cycle aborde deux thèmes principaux : religieux tout d'abord, puis profane. C'est en Italie que naquirent les grands cycles, trouvant un support privilégié sur la voûte ou les parois de l'église ; puis dans l'architecture domestique, dans les stanze et les salone. Le précurseur et grand initiateur fut Giotto qui le premier établit l'unité de composition entre l'épisode et l'ensemble lui-même en introduisant l'intensité dramatique : fresques de la chapelle Scrovegni à Santa Maria Annunziata dell'Arena à Padoue ; et les deux autres cycles de Santa Croce de Florence : chapelles Bardi et Peruzzi. En tant que peinture d'histoire sacrée, le cycle implique généralement, et surtout à la Renaissance, deux niveaux de lecture : celui du thème organisateur (Ancien Testament, légendes hagiographiques) et un niveau symbolique relevant de l'interprétation allégorique, philosophique ou théologique. Ainsi, le cycle mural de Piero della Francesca consacré à l'histoire légendaire de la Vraie Croix se déroule sur les parois du chœur de l'église San Francesco à Arezzo. Ce cycle conte les avatars de la croix du Christ tels que les exposa l'évêque de Gênes, Jacopo da Varazze. Légende exégétique rendue d'autant plus lisible que Della Francesca porte principalement l'accent sur la représentation d'événements et de personnages arrachés à l'écoulement du temps. Or à cette légende se superpose l'interprétation philosophique des étapes de l'humanité : chaque épisode constituerait une des phases traversées par le genre humain, de la simplicité patriarcale à la vie citadine. Le cas de Michel-Ange à la Sixtine offre également cette double lecture : sur un plan technique, il substitue à la subdivision géométrique du Quattrocento un ensemble complexe fondé sur une voûte où décoration architecturale et figure humaine ont la même valeur plastique ; le thème général est la Bible (Genèse) mais il existe une interprétation métaphorique du texte sacré qui reconnaît dans le cycle pictural les phases essentielles de la vie spirituelle de l'humanité : corps sans esprits, esprits et corps, esprits sans corps ; vie primitive (dans les triangles), vie familiale (lunettes) et vie individuelle et spirituelle (prophètes et sybilles).

Jésus devant Caïphe, Giotto

Photographie : Jésus devant Caïphe, Giotto

Le grand prêtre Caïphe demande à Jésus : « Je t'adjure […] de nous dire si tu es le Messie, le Fils de Dieu. » Jésus répond : « C'est toi qui l'as dit. […] Vous verrez le Fils de l'homme [Jésus] assis à la droite de Dieu, venir sur les nuées du ciel. » Alors le grand... 

Crédits : Cameraphoto/ AKG-images

Afficher

Chapelle des Scrovegni

Photographie : Chapelle des Scrovegni

Intérieur de la chapelle des Scrovegni à Padoue. Fresques de Giotto, vers 1305. 

Crédits : Antonio Quattrone/ Archivio Quattrone/ Mondadori Portfolio/ Getty Images

Afficher

Le cycle de la galerie Médicis peint par Rubens est plus particulier. Tout d'abord, dans la mesure où l'architecture de la galerie offre peu de possibilités de décorations au plafond, elle cantonne la peinture sur le mur, ou plus exactement sur les trumeaux de la galerie. Le sujet ensuite est insolite, profane : la vie et l'éloge de Marie de Médicis par elle-même, attestation de sa propre puissance de son vivant. Jamais peinture et politique ne furent si intimement mêlées. Enfin, le langage de ce cycle est surprenant par le constant renvoi des compositions allégoriques aux scènes historiques, par le mélange de divinités et de personnages contemporains.

Galerie Médicis, musée du Louvre

Photographie : Galerie Médicis, musée du Louvre

Les œuvres réalisées par le peintre baroque Rubens sur commande de la reine Marie de Médicis sont exposées au musée du Louvre dans la galerie Médicis. 

Crédits : Tupungato/ Shutterstock.com

Afficher

Enfin, la notion de cycle peut s'appliquer à une forme particulière de peinture japonaise : les emaki. Ce sont des rouleaux peints constitués par une suite de larges feuilles de papier collées bout à bout pour former une longue bande longitudinale. Il s'agit là aussi d'une narration picturale qui comprend quatre genres : le monogatari ou illustration d'un récit romanesque (Gengi-monogatari), le nikki-emaki, illustration des journaux intimes des dames de la cour ; l'e-den, biographie illustrée des religieux fondateurs de sectes ou de culte ; l'enji-emaki, qui illustre la chronique d'un temple. Ce style narratif consiste en un lent déroulement de l'image dont le rythme s'intensifie aux moments les plus dramatiques. Les emaki obéissent au principe de la peinture continue, c'est-à-dire du double mouvement qui embrasse et confond en une même suite tout le panorama d'une époque historique, d'un récit légendaire. La seule modalité qui diffère du cycle occidental, c'est le regard extérieur du lecteur qui déroule d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Jésus devant Caïphe, Giotto

Jésus devant Caïphe, Giotto
Crédits : Cameraphoto/ AKG-images

photographie

Chapelle des Scrovegni

Chapelle des Scrovegni
Crédits : Antonio Quattrone/ Archivio Quattrone/ Mondadori Portfolio/ Getty Images

photographie

Galerie Médicis, musée du Louvre

Galerie Médicis, musée du Louvre
Crédits : Tupungato/ Shutterstock.com

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CYCLE, peinture  » est également traité dans :

AMOUR

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 10 166 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'amour profane »  : […] Il n'y a pas de mot en français pour désigner ces légères créatures, et l'on se sert de l'italien putto . Au sens propre, le putto est un enfant de quatre ou cinq ans. Dans le langage des artistes, les putti sont ces petits êtres dont les formes rondes et les mines rieuses fournissent mille ressources à l'imagination . Les enfants représentés en tant que tels sont rares avant le xviii e  siècle. […] Lire la suite

ANGELICO FRA (1400 env.-1455)

  • Écrit par 
  • Georges DIDI-HUBERMAN
  •  • 4 192 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Chronologie »  : […] L'historiographie traditionnelle, à la suite de Vasari, situait la naissance de Fra Angelico (de son vrai nom Guido di Piero) dans les années 1387-1388. La critique moderne a repoussé cette date d'une quinzaine d'années, sans parvenir néanmoins à une certitude absolue : le peintre serait né à la toute fin du xiv e siècle, aux alentours du château de Vicchio, dans le Mugello, vallée proche de Flo […] Lire la suite

APPIANI ANDREA (1754-1817)

  • Écrit par 
  • Bruno FOUCART
  •  • 512 mots

Parmi les représentants majeurs du néo-classicisme, on doit à coup sûr compter Andrea Appiani. Aux côtés d'un Giani, plus tendu et brutal, d'un Camuccini, plus maniérisant, Appiani est en Italie dans la lignée de Mengs et d'Angelica Kauffmann le représentant d'un art où le retour à l'antique passe, entre autres, par une méditation des classicismes, de celui du Raphaël de la Farnésine à celui de Po […] Lire la suite

ART (Aspects culturels) - L'objet culturel

  • Écrit par 
  • Jean-Louis FERRIER
  •  • 6 282 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le prétendu réalisme de Giotto »  : […] La difficulté n'est pas moindre dans notre société occidentale, donnée pour tributaire d'un progrès continu qui l'aurait conduite à la maîtrise scientifique et technique actuelle. Aussi convient-il de s'arrêter au cas de Giotto qui est, sans doute, à la fin du Moyen Âge, le premier peintre de la modernité. Alors que les règles sur lesquelles reposait l'art byzantin perdaient de leur empire, l'ac […] Lire la suite

CAROLINGIENS

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ, 
  • Carol HEITZ
  •  • 12 138 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les grands cycles de peinture murale »  : […] Il n'y eut pas que la peinture sur manuscrits. Plusieurs découvertes ont permis de mieux connaître la peinture monumentale carolingienne. Les hautes vallées des Alpes cachent de grands trésors : ainsi, à Mustair, aux confins de la Suisse et de l'Italie, un ensemble grandiose de 78 scènes peintes à fresque a été découvert par les religieuses bénédictines de ce monastère, fondé à la fin du viii e  s […] Lire la suite

CARPACCIO VITTORE (1460 env.-1526)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 2 786 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Premières influences »  : […] On sait peu de chose de la vie de Carpaccio, et la date même de sa naissance ne peut être établie que d'une façon approximative. Fils d'un fourreur et neveu d'un moine (qui le cite dans son testament en 1472), il exécute probablement lui-même la première œuvre signée qui nous soit conservée – le Polyptyque de la cathédrale de Zara – puis, en septembre 1490, la première toile du cycle de sainte U […] Lire la suite

DÉCOR DE LA NEF DE LA BASILIQUE SAINT-FRANÇOIS, Assise

  • Écrit par 
  • Christophe MOREAU
  •  • 228 mots

Vers la fin du xiii e  siècle à Assise l'ordre des franciscains voulait présenter aux yeux du public un cycle imagé retraçant la vie de leur saint fondateur. Ils virent en la personne de Giotto, qui avait déjà travaillé au décor de la basilique saint-François, avec son maître Cimabue, l'artiste répondant le mieux à leurs aspirations. Vers 1295, le maître florentin entreprend le décor à fresque sur […] Lire la suite

FRESQUE

  • Écrit par 
  • Ève BORSOOK
  •  • 6 756 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Thèmes et rôles des fresques »  : […] Sous leur forme purement ornementale, les peintures murales ont servi à imiter des revêtements de marbre (comme dans le premier et le second style pompéien) aussi bien que des étoffes et des mosaïques. Dans l'Antiquité, les ornements qu'on peignait sur les murs alternaient souvent avec des scènes à personnages , des vues d'architecture ou des paysages en trompe l'œil dont le but avoué était d'éla […] Lire la suite

GIOTTO

  • Écrit par 
  • Daniel RUSSO
  •  • 3 175 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Repères biographiques »  : […] Giotto di Bondone est né peut-être vers 1266, à Vespignano, dans les collines du Mugello, à l'est de Florence. Il fait sans doute son apprentissage dans l'atelier de Cimabue et entre très tôt en contact avec le langage figuratif de l'Antiquité, d'abord sur le chantier d'Assise autour de 1280, ensuite à Rome où il séjourne peu après. Il aurait ainsi peint, dans l'église supérieure d'Assise, des sc […] Lire la suite

GIOTTO - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christophe MOREAU
  •  • 677 mots

1228 Le 18 juillet 1228 a lieu la canonisation de Francesco di Bernardone (saint François d'Assise), deux ans après sa mort. La même année va être entreprise la construction d'une basilique sur deux niveaux en bordure de la ville d'Assise, au-dessus du tombeau du saint. 1260-1263 À la demande du chapitre de l'ordre des Franciscains, saint Bonaventure rédige une biographie de saint François basé […] Lire la suite

Pour citer l’article

Cariss BEAUNE, « CYCLE, peinture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cycle-peinture/