CROOKES sir WILLIAM (1832-1919)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un homme de sciences expérimentales

Les années 1860 sont marquées par l’utilisation de la spectroscopie pour l’identification des éléments chimiques. Crookes réalise son propre spectromètre. En 1861, il identifie une nouvelle raie verte brillante dans le spectre d’un échantillon de sélénium et nomme « thallium » l’élément correspondant. Une querelle de priorité l’oppose alors au chimiste français Claude-Auguste Lamy (1820-1878), qui a isolé cet élément à l’état pur et en plus grande quantité. C’est avec son premier assistant, Charles H. Gimingham, que Crookes fixe la masse moléculaire du thallium à 203,642 (en unité de masse atomique de l’hydrogène) en utilisant des techniques sophistiquées d’extraction, de purification et de contrôle de la pression. Ses travaux lui valent la Royal Medal en 1875.

C’est pour tester l’influence possible du rayonnement thermique sur sa balance de précision qu’en 1875 Crookes met au point le radiomètre. Appelé radiomètre de Crookes, ce dispositif est constitué de quatre petites ailettes, dont une face est réfléchissante (face brillante) et l’autre absorbante (face noircie), montées sur pivot, dans une ampoule de verre où a été fait un vide partiel. Il s’attendait à ce que la réflexion de la lumière conditionne le sens de rotation des ailettes, puisque l’effet de recul subi par une face brillante est plus important que par une face noircie. La rotation du radiomètre en sens contraire s’explique par le fait qu’à faible pression, à l’intérieur de l’ampoule de verre, les molécules résiduelles du gaz repartent de la surface noircie (plus chaude) avec une vitesse plus élevée, induisant un effet de recul plus efficace.

Radiomètre de Crookes

Photographie : Radiomètre de Crookes

Inventé en 1875 par le Britannique William Crookes (1832-1919), ce dispositif, appelé radiomètre de Crookes, utilise le rayonnement lumineux pour faire tourner quatre fines ailettes (noircies sur l'une de leurs faces) qui sont montées sur pivot à l'intérieur d'une ampoule de verre où un... 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Une conséquence imprévue du radiomètre est l’application de la technologie du vide aux ampoules à filament de carbone (employé avant le tungstène) dans les lampes à incandescence, qui se développent à la fin des années 1870. Crookes commercialise ses inventions avec Joseph W. Swan, investit dans la création de la Notting Hill Electric Light Compan [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

William Crookes

William Crookes
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Radiomètre de Crookes

Radiomètre de Crookes
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CROOKES sir WILLIAM (1832-1919)  » est également traité dans :

ÉLECTRICITÉ - Histoire

  • Écrit par 
  • Jacques NICOLLE
  •  • 6 205 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Ions, rayonnements »  : […] Rudolf Clausius (1822-1888) montra que, puisque la loi d'Ohm s'appliquait aussi aux électrolytes, le champ électrique faisait circuler les ions qui se trouvent dans le liquide vers les électrodes. En 1833, Johann Wilhelm Hittorf (1824-1914) précisa que, dans ce cas, les ions des deux signes ont des vitesses différentes. G. Johnstone Stoney (1826-1911) indiqua alors qu'il devait exister une charg […] Lire la suite

ISOTOPE (chimie)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 343 mots

Dans un article publié en décembre 1913 dans la revue Nature , le chimiste anglais Frederick Soddy (1877-1956) propose d'appeler « isotopes » les différentes variétés d'un élément chimique, car elles occupent la « même place » dans le tableau périodique de Mendeleïev. Depuis plusieurs années, Soddy enseigne à l'université de Glasgow en Écosse, après avoir servi de démonstrateur de chimie à l'uni […] Lire la suite

THALLIUM

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 266 mots
  •  • 1 média

Du grec thallos , verdure. Symbole chimique : Tl Numéro atomique : 81 Masse atomique : 204,37 g Point de fusion : 303,5 0 C Point d'ébullition : 1 457 0 C Densité (à 20 0 C) : 11,85 Métal mou, facilement fusible, facilement oxydable dans l'air, découvert, grâce à sa raie spectrale verte, par sir William Crookes (1861)  ; le thallium est isolé l'année suivante (1862) par le même Crookes et son coll […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian BRACCO, « CROOKES sir WILLIAM - (1832-1919) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/crookes-sir-william-1832-1919/