THALLIUM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du grec thallos, verdure.

Symbole chimique : Tl

Numéro atomique : 81

Masse atomique : 204,37 g

Point de fusion : 303,5 0C

Point d'ébullition : 1 457 0C

Densité (à 20 0C) : 11,85

Métal mou, facilement fusible, facilement oxydable dans l'air, découvert, grâce à sa raie spectrale verte, par sir William Crookes (1861) ; le thallium est isolé l'année suivante (1862) par le même Crookes et son collaborateur Claude-Auguste Lamy. Il cristallise sous forme hexagonale compacte au-dessous de 230 0C et sous forme cubique centrée au-dessus de cette température.

William Crookes

William Crookes

photographie

Le chimiste et physicien britannique William Crookes (1832-1919), ici vers 1905, a découvert le thallium par l'analyse spectroscopique et inventé des dispositifs (tube de Crookes, radiomètre de Crookes…) pour l'analyse des rayonnements, assurant sa notoriété dans le domaine de la chimie... 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Le thallium est principalement monovalent, ses composés trivalents se réduisant facilement à l'état monovalent. Le métal se dissout facilement dans l'acide nitrique, mais beaucoup plus lentement dans l'acide chlorhydrique ou l'acide sulfurique.

Le thallium est préparé comme sous-produit du rubidium par électrolyse.

Le métal lui-même n'a pas beaucoup d'utilisations commerciales ou industrielles. Ses halogénures servent à la fabrication de lentilles, de prismes et de fenêtres pour appareils optiques utilisés dans l'infrarouge. Le sulfure est employé à la fabrication des cellules photo-électriques sensibles. On utilise aussi ses sels pour doper les cristaux d'halogénures alcalins servant à la construction des compteurs à scintillations. Une solution saturée de formiate et de malonate de thallium de densité 4,324 est utilisée en laboratoire pour la séparation des minéraux par flottation.

—  Georges KAYAS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  THALLIUM  » est également traité dans :

CROOKES sir WILLIAM (1832-1919)

  • Écrit par 
  • Christian BRACCO
  •  • 1 180 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un homme de sciences expérimentales »  : […] Les années 1860 sont marquées par l’utilisation de la spectroscopie pour l’identification des éléments chimiques. Crookes réalise son propre spectromètre. En 1861, il identifie une nouvelle raie verte brillante dans le spectre d’un échantillon de sélénium et nomme « thallium » l’élément correspondant. Une querelle de priorité l’oppose alors au chimiste français Claude-Auguste Lamy (1820-1878), qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crookes-sir-william-1832-1919/#i_46924

NUCLÉAIRE MÉDECINE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BARAT, 
  • Dominique DUCASSOU, 
  • Nathalie VALLI
  •  • 5 878 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Perfusion, métabolisme et viabilité cellulaire myocardiques »  : […] Un radiotraceur très utilisé est le thallium 201 qui joue vis-à-vis de la cellule un rôle très voisin de celui du potassium : capté par toute cellule en activité, sa distribution au sein des organes est le reflet du débit sanguin régional et de la viabilité des cellules irriguées. Deux autres traceurs marqués au technétium 99m, le sestamibi et la tétrofosmine, sont plus facilement disponibles. Un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-nucleaire/#i_46924

PARTICULES ÉLÉMENTAIRES - Détecteurs de particules

  • Écrit par 
  • Pierre BAREYRE, 
  • Jean-Pierre BATON, 
  • Georges CHARPAK, 
  • Monique NEVEU, 
  • Bernard PIRE
  •  • 10 941 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Détection des photons différés dans des milieux scintillateurs »  : […] Le scintillateur est un élément dans lequel une particule provoque l'émission de lumière détectée par une cellule photo-électrique sensible, le photomultiplicateur, capable en général de fournir une impulsion électrique pour chaque photon absorbé par effet photo-électrique sur une surface photosensible (fig. 10) . Les scintillateurs peuvent être solides, liquides, ou gazeux. Les scintillateurs ino […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/particules-elementaires-detecteurs-de-particules/#i_46924

Pour citer l’article

Georges KAYAS, « THALLIUM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thallium/