ANTHÉMIOS DE TRALLES (2e moitié Ve s.-env. 534)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Architecte lydien né à Tralles dans la seconde moitié du ve siècle, Anthémios appartenait à une famille extrêmement cultivée. L'historien Agathias nous apprend que son père était un médecin réputé et que ses frères furent respectivement maître de rhétorique (Métrodore, qui s'installa à Constantinople), juriste et médecins (dont l'un exerça à Rome).

Possédant d'excellentes connaissances en mathématiques, Anthémios a laissé divers traités, dont un sur les miroirs paraboliques et un autre consacré aux machines remarquables. Il met également au point un procédé pour tracer des ellipses. Eutokios lui dédie ses commentaires sur les quatre premiers livres des Coniques d'Apollonios. Il s'intéresse également à l'explication des phénomènes naturels. Une anecdote rapportée par Agathias le montre persécutant un voisin en suscitant dans l'appartement de ce dernier une sorte de tremblement de terre en miniature à l'aide de vapeur d'eau dûment canalisée et en fabriquant, par un jeu de miroirs captant le soleil, des éclairs qu'il faisait accompagner de surcroît de grondements imitant le tonnerre. Cette vaste culture scientifique n'était pas surprenante chez un méchanopoios, titre acquis au terme des études d'architecte telles qu'elles étaient conçues au moins dès l'époque hellénistique et telles qu'elles s'étaient maintenues pendant l'époque romaine (Severus et Celer, les architectes de la Domus Aurea à Rome, étaient eux aussi des machinatores).

Appelé à Constantinople, il devint avec Isidore de Milet et quelques autres (Chrysès d'Alexandrie) l'architecte officiel de Justinien. À ce titre, nombreux furent ses projets, tant dans la capitale — l'église Saints-Serge-et-Bacchus paraît témoigner de la même inspiration que Sainte-Sophie — qu'en province. L'historien Procope nous le montre consulté par Justinien avec Isidore de Milet sur les précautions à prendre pour éviter que les crues n'emportent les murailles de la forteresse de Dara. Mais le seul bâtiment conn [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ANTHÉMIOS DE TRALLES (2 e moitié V e s.-env. 534)  » est également traité dans :

CONSÉCRATION DE SAINTE-SOPHIE (Constantinople)

  • Écrit par 
  • Gilles SAURON
  •  • 275 mots
  •  • 1 média

L'église de Constantinople, dédiée par Justinien le 26 décembre 537 à la Sainte Sagesse (Hagia Sophia, Sainte Sophie) de Dieu incarnée par le Christ, a remplacé deux basiliques antérieures, la première dédiée par Constance II en 360, la seconde par Théodose II en 415. Pour reconstruire l'édifice détruit par un incendie en 532, l'empereur Justinien fit appel à Anthémios de Tralles, architecte et ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/consecration-de-sainte-sophie/#i_6740

ISIDORE DE MILET (mort av. 558)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SODINI
  •  • 501 mots

Associé à Anthémios de Tralles pour la construction de Sainte-Sophie, Isidore de Milet était, comme ce dernier, méchanopoios . C'est lui qui après la mort d'Anthémios de Tralles eut à achever seul la construction de Sainte-Sophie et à ériger la partie la plus délicate de l'édifice, la coupole. Il avait reçu, tout autant qu'Anthémios, une formation théorique poussée. Il paraît […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isidore-de-milet/#i_6740

Pour citer l’article

Jean-Pierre SODINI, « ANTHÉMIOS DE TRALLES (2e moitié Ve s.-env. 534) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthemios-de-tralles/