CORÉELittérature

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La littérature de la Corée du Sud après 1945

Après la libération : une littérature de « division »

Le Japon ayant perdu la Seconde Guerre mondiale, la Corée recouvrait sa liberté. Mais le rétablissement d'une littérature nationale perceptible dans Ingan tongŭi (Proposition humaine, 1950) de Kim Tongni (1911- ?) fut à peine amorcé que la guerre de Corée (1950-1953) éclata, plongeant à nouveau la péninsule dans un drame dont les conséquences allaient marquer profondément la vie littéraire jusqu'aux années 1970, au point que l'on parle de « littérature de division ».

Le thème qui domine cette période est la guerre. La génération des écrivains représentés par Chang Yonghak (1921-1999) et Son Ch'angsŏp (1922-2010) exprime son désespoir face à un événement, appréhendé, en premier lieu, comme la marque d'un destin injuste : Chesam inganhyŏng (Un troisième type d'homme, 1954) d'An Sugil (1911-1977), Obungan (En l'espace de cinq minutes, 1957) de Kim Sŏnghan (1919-2010), Obalt'an (Balle perdue, 1959) de Yi Pŏmsŏn (1920-1982). Plus critiques sont Pak Yŏngjun (1911-1976), qui dénonça le goût expansionniste du Nord dans son roman Ppalch'isan (Guérilla, 1954) ; O Sangwŏn (1930-1985), qui interpréta la guerre comme une perte pure et simple dans Muksal tanghan saram-dŭl (Les Hommes tués par le silence, 1956) ; Pak Yŏnhŭi (1918-1990), qui accusera dans son Chung'in (Témoin, 1955), d'un ton violent, le régime autoritaire de Syngman Rhee. Certains romanciers choisirent la voie de la lutte, donnant à leurs œuvres un accent de modernité : Sŏnu Hwi (1922-1986), par exemple, qui dans Pulkkot (Étincelles, 1957) mit l'accent sur la nécessité de faire face à son destin, une volonté que l'on retrouve dans Kwangjang (La Place publique, 1960) de Ch'oe Inhun (1936-2018), roman idéologique publié l'année de l'insurrection des étudiants (avril 1960). Cette tendance à quitter le roman de la « soumission » pour une littérature dite de « renouveau » se reflète dans Amya haeng (Marche dans les ténèbres, 1955) de Kim Sŏnghan, Moban (Complot, 1957) de O Sangwŏn, T'altchul (Fuite, 1955) de Chŏng Yŏnhŭi (née en 1936), tous influencés par la littérature occidentale de « révolte ».

Ce n'est toutefois qu'une dizaine d'années plus tard (au début de 1970) que se dessine une réelle diversité dans la manière d'appréhender la guerre et la division. Outre la vision traditionnelle que l'on retrouve dans Angae pada (La Mer dans la brume, 1978) de Han Sŭngwŏn (né en 1939), Kwanch'on sup'il (Les Essais de Kwanch'on, 1972) de Yi Mungu (1941-2003), Changma (Une longue période de pluie, 1973) de Yun Hŭnggil (né en 1942), ou encore Kyŏul naduri (Sortie en hiver, 1975) de Pak Wansŏ (1931-2011), une des grandes romancières du groupe des années 1960-1970, une approche nouvelle engendre une « prise de conscience du soi » représentée par Ŏdum-ŭi hon (L'Esprit des ténèbres, 1967) de Kim Wŏn'il (né en 1942), ou Somun-ŭi pyŏk (Le Mur des rumeurs, 1972) de Yi Ch'ŏngjun (1939-2008). Une troisième approche, socio-historique, va inciter certains écrivains tels que Hong Sŏngwŏn (né en 1937), dans son long roman Nam-kwa puk (Le Nord et le Sud, 1977), à décrire les changements sociaux provoqués par la fracture Nord-Sud. Notons que la grande majorité des « romans longs » coréens sont des romans historiques : parmi eux, T'oji (La Terre, 1969-1982) de Pak Kyŏngni (1926- 2008), « roman-fleuve » relatant les vicissitudes d'une famille paysanne avant, pendant et après la colonisation japonaise, et Chang Kilsan (Chang Kilsan, 1984) de Hwang Sŏg'yŏng (né en 1943), récit de la vie tragique d'un rebelle légendaire au xviiie siècle, marquent les grands accomplissements de la littérature moderne. Toutefois, les courants qui ont prévalu dans les cercles littéraires coréens jusqu'aux années 1970 sont ceux de « la nouvelle critique » et de la théorie de l'archétype de Northrop Frye.

À l'instar des romanciers, les poètes, comme Ku Sang (1919-2004) et Cho Chihun (1920-1968), manifestèrent, sous une forme moderniste, la blessure provoquée par la guerre civile. Sawŏl manbal (Floraison d'avril) de Pak Tujin (1916-1998) et Sailgu (Le 19 Avril, 1961) de Kim Suyŏng (1921-1968), l'un des plus grands poètes de la période moderne, glorifient « la révolution des étudiants de 1960 ».

La littérature Minjung ou littérature « des masses »

À la suite de l'intrusion des sciences sociales sur la scène littéraire, la question de l'implication de la littérat [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Écrit par :

  • : docteur d'État ès lettres, professeur à l'université de Paris-VII
  • : ancien ingénieur de recherche au CNRS, ancien directeur de l'Institut d'études coréennes du Collège de France, ancien chargé de cours à l'université de Paris-VII
  • : maître de conférences à l'UFR de langues et de civilisations d'Asie orientale à l'université de Paris-VII

Classification

Autres références

«  CORÉE  » est également traité dans :

CORÉE - Géographie

  • Écrit par 
  • Valérie GELÉZEAU, 
  • Jacques PEZEU-MASSABUAU
  •  • 1 830 mots
  •  • 1 média

Longue de 800 à 900 kilomètres, large en moyenne de 200 kilomètres, la péninsule coréenne (222 000 km2) a sa façade occidentale, toute en collines et en vastes estuaires, tournée au-delà de la mer Jaune, vers la Chine du Nord. À l'est au contraire, une haute chaîne montagneuse tombant droit dans la mer du Japon (mer de l'Est) fait face à l'archipel nippon. Cette dissymétrie […] Lire la suite

CORÉE - Histoire

  • Écrit par 
  • Jin-Mieung LI, 
  • Ogg LI, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 6 272 mots
  •  • 13 médias

La Corée est riche d'une longue tradition, qui est restée originale tout en se développant au contact de la Chine. Les nombreux mouvements de peuples dont l'Asie du Nord-Est a été le théâtre au cours de la période historique ont eu d'importantes répercussions sur la péninsule coréenne.La suzeraineté chinoise, établie dès l'époque des […] Lire la suite

CORÉE - Arts

  • Écrit par 
  • Laurence DENÈS, 
  • Arnauld LE BRUSQ, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  •  • 11 404 mots
  •  • 4 médias

Proche de la Chine, la Corée a été de bonne heure attirée dans l'orbite de sa puissante voisine. Elle en a reçu de nombreux apports, sans jamais vraiment complètement les assimiler, tout comme elle a constitué une importante tête de pont pour leur transmission vers le Japon. Dans une dynamique paradoxale de rejet dû à cette confrontation, la Corée a su tirer profit des diverses influences auxquell […] Lire la suite

CORÉE - Cinéma

  • Écrit par 
  • Adrien GOMBEAUD, 
  • Charles TESSON
  •  • 3 526 mots

Au début du troisième millénaire, la Corée du Sud est devenue un pays phare sur la carte du cinéma mondial. Dans l’ombre d’auteurs d’envergure internationale comme Bong Joon-ho, Hong Sang-soo ou Park Chan-wook, le pays produit un cinéma de genre très riche qui s’exporte sur tout le continent. Un retour au pr […] Lire la suite

CORÉES - Du rapprochement à la défiance

  • Écrit par 
  • Marie-Orange RIVÉ-LASAN
  •  • 2 909 mots

Les sociétés nord et sud-coréennes, confrontées en 2008 à la crise financière internationale comme le reste du monde, étaient déjà en proie à des incertitudes et à des difficultés économiques, politiques et sociales différentes, mais non pas moins cruciales. La crise larvée de part et d'autre du 38e parallèle n'est donc pas purement économique, mais traduit en plus, et depui […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 837 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La péninsule coréenne »  : […] La péninsule coréenne comprend à la fois des éléments de socle et de pseudo-socle. Le socle précambrien, déjà représenté au nord par les Changbaishan et leur prolongement, le plateau de Kaima, se trouve au centre dans la région drainée par le Han, ainsi que dans le sud où il affleure dans la chaîne diagonale des monts Sobaek (1 915 m), mais il est masqué par des terrains sédimentaires crétacés dan […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le national-développementalisme asiatique »  : […] Les pays d'Asie orientale ont vécu la confrontation avec le colonialisme et l'impérialisme venus d'Occident comme un enjeu majeur, et un traumatisme. L'accumulation de chocs, de guerres, de famines, de déplacements de population, de victimes, a engendré une capacité de résistance et de rebonds, une véritable « résilience asiatique » qui explique la vigueur actuelle de ces sociétés. Depuis plus d' […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - L'expansion

  • Écrit par 
  • Jean NAUDOU
  •  • 3 127 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « En Corée et au Japon »  : […] La Corée était au iv e  siècle de notre ère morcelée en plusieurs royaumes, dont les principaux sont le Ko-kou-rye au nord-ouest, le Paik-tchei au sud-ouest, et le Sillā au sud-est. En 372, le roi des Jin (Shǎnxi) envoya le bonze Sunde avec des textes et des images à Ko-kou-rye. Douze ans plus tard, c'était au tour du Paik-tchei d'être évangélisé. Une cinquantaine d'années plus tard, Sillā reçut à […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme japonais

  • Écrit par 
  • Jean-Noël ROBERT
  •  • 13 527 mots

Dans le chapitre « Les moines étrangers »  : […] Le bouddhisme est une religion fondée sur une communauté monacale, le dernier des Trois Joyaux, chargée de conserver et de transmettre le Dharma, et d'assurer à ses membres un milieu propice aux pratiques de délivrance. Le cadre en est fourni par la discipline monastique à laquelle chaque moine s'engage lors de son ordination ; ce code disciplinaire ( ritsu en japonais, vinaya en sanscrit) est c […] Lire la suite

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 695 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Les premiers Han (206 av. J.-C.-9 apr. J.-C.) »  : […] Les insurrections qui éclatent en 210 emportent la dynastie des Qin et se prolongent par une période d'anarchie, jusqu'aux environs de 196. Des pouvoirs régionaux indépendants – résurgence des anciens royaumes du iii e  siècle – se reconstituent à cette époque mais sont éliminés par Liu Bang, fondateur des premiers Han (dates traditionnelles : 206 av. J.-C.-9 apr. J.-C.) . Toutes les mesures prise […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Ogg LI, Marc ORANGE, Martine PROST, « CORÉE - Littérature », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/coree-litterature/