COQUELUCHE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La coqueluche est une maladie infectieuse, endémo-épidémique, immunisante, caractérisée cliniquement par des quintes de toux spasmodique ; elle est due à un microbe spécifique, le bacille de Bordet-Gengou ou Bordetella pertussis. Si la coqueluche peut être reproduite expérimentalement chez certains animaux, elle n'en reste pas moins, dans les conditions naturelles, une maladie strictement limitée à l'espèce humaine. Elle figure encore parmi les plus redoutables maladies infectieuses de l'enfant, malgré les progrès de la thérapeutique et de la prophylaxie.

Historique

La coqueluche semble très anciennement connue, car certaines descriptions d'Hippocrate et d'Avicenne paraissent bien s'appliquer à elle. Cependant, la première description clinique authentique reste celle de Guillaume Baillou en 1578. Ultérieurement, Sydenham en 1679, puis Willis en 1682 individualisent la maladie dont de nombreuses épidémies furent décrites en Europe durant les xviiie et xixe siècles. Les observations de Rilliet et Barthez, de Guéneau de Mussy, de Trousseau, de Dieulafoy sont restées classiques. En 1906, Bordet et Gengou isolèrent le microbe responsable. La maladie fut reproduite pour la première fois en 1908 par Klimenko chez le singe et chez le chien. Les antibiotiques ont amélioré le pronostic de la coqueluche dont les complications pulmonaires et cérébrales entraînaient une lourde mortalité infantile. Enfin, depuis quelques décennies, la vaccination constitue un progrès remarquable dans la prévention de cette infection. En 1950, en France, la maladie coquelucheuse provoquait une cinquantaine de décès par an. Mais, depuis la mise en œuvre de la vaccination (1966), la mortalité a progressivement baissé. La déclaration de la maladie a cessé d'être obligatoire en 1986. Cependant, sa réapparition dans les années 1990 a entraîné la création du centre national de référence de l'Institut Pasteur, ainsi que du réseau de surveillance Renacoq.

Il a été constaté que la contagion était désormais de préférence verticale (adulte-enfant) et non horizontale (enfant-enfant). Des formes atypiques existent en effet chez l'adulte.

C'est pourquoi la vaccination de personnes en contact avec de très jeunes enfants (dont les parents) a été recommandée (déc. 2006) parallèlement à la vaccination des nourrissons.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à la faculté de médecine de Paris, chef de service à l'Institut Pasteur

Classification

Autres références

«  COQUELUCHE  » est également traité dans :

CALENDRIER VACCINAL 2018

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 238 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les objectifs du calendrier vaccinal français 2018  »  : […] Le bloc vaccinal obligatoire a pour but d’assurer une immunité solide des enfants jusqu’à l’entrée à l’école primaire et sans doute bien au-delà, même si la durée de l’immunité acquise varie d’un sujet à un autre. La pratique des rappels, tout comme celle de la primovaccination chez des sujets adultes non encore vaccinés, doit permettre d’assurer une bonne couverture vaccinale de la population fr […] Lire la suite

ÉPIDÉMIES ET PANDÉMIES

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET, 
  • Georges DUBY, 
  • Gabriel GACHELIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 20 427 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « En Europe »  : […] Dans l'Europe des xvi e et xviii e  siècles se trouvent ainsi en présence maladies anciennes et maladies nouvelles. La grande épidémie reste celle de peste. Sans doute les témoins ont-ils tendance à définir ainsi chaque mortalité infectieuse exceptionnelle, et toutes les épidémies ne sont-elles pas de peste. Les ravages de celle-ci sont d'ailleurs très variables, suivant les lieux, les époques. L […] Lire la suite

VACCINATION

  • Écrit par 
  • Chantal GUÉNIOT
  •  • 2 237 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La vaccination « altruiste » »  : […] Certaines vaccinations doivent s'inscrire aujourd'hui dans des politiques de santé publique, mais celles-ci se heurtent à une inertie ou à des réticences d'autant plus difficiles à vaincre que la majorité des vaccins sont devenus des vaccins « altruistes », protégeant autant, sinon davantage, la collectivité que l'individu lui-même dans la recherche d’une immunité collective pour bloquer la circu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri-Hubert MOLLARET, « COQUELUCHE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/coqueluche/