COQUELUCHE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Épidémiologie

La coqueluche existe à l'état endémique dans le monde entier avec des poussées épidémiques survenant tous les deux à quatre ans. Bien qu'elle soit surtout une maladie du jeune enfant, avec un maximum de fréquence situé entre 2 et 5 ans, la coqueluche peut survenir avant 1 an (de 15 à 30 p. 100 des cas), voire chez le nouveau-né (qui ne paraît pas bénéficier d'une immunisation maternelle passive, comme dans la plupart des autres maladies de l'enfance) et aussi chez l'adulte, voire chez le vieillard, si ceux-ci n'ont pas été immunisés durant leur enfance.

La contagion est habituellement directe par les gouttelettes émises lors de la toux (gouttelettes de Flügge). Quelques cas authentiques de contamination indirecte par des linges souillés ont été rapportés ; en fait, la fragilité du bacille de Bordet-Gengou, qui ne peut survivre plus de quelques heures en dehors de l'organisme, limite la transmission indirecte. De même le rôle de porteurs de germes, convalescents ou sujets sains, est très limité. À l'opposé, les malades faisant une coqueluche légère, atténuée ou atypique, jouent un rôle très important dans la diffusion de la maladie.

La contagiosité des malades, maximale durant la phase catarrhale ou phase de début, décroît progressivement au cours de la période des quintes : pratiquement elle a disparu après la troisième ou quatrième semaine de celle-ci.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à la faculté de médecine de Paris, chef de service à l'Institut Pasteur

Classification

Autres références

«  COQUELUCHE  » est également traité dans :

CALENDRIER VACCINAL 2018

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 238 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les objectifs du calendrier vaccinal français 2018  »  : […] Le bloc vaccinal obligatoire a pour but d’assurer une immunité solide des enfants jusqu’à l’entrée à l’école primaire et sans doute bien au-delà, même si la durée de l’immunité acquise varie d’un sujet à un autre. La pratique des rappels, tout comme celle de la primovaccination chez des sujets adultes non encore vaccinés, doit permettre d’assurer une bonne couverture vaccinale de la population fr […] Lire la suite

ÉPIDÉMIES ET PANDÉMIES

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET, 
  • Georges DUBY, 
  • Gabriel GACHELIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 20 427 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « En Europe »  : […] Dans l'Europe des xvi e et xviii e  siècles se trouvent ainsi en présence maladies anciennes et maladies nouvelles. La grande épidémie reste celle de peste. Sans doute les témoins ont-ils tendance à définir ainsi chaque mortalité infectieuse exceptionnelle, et toutes les épidémies ne sont-elles pas de peste. Les ravages de celle-ci sont d'ailleurs très variables, suivant les lieux, les époques. L […] Lire la suite

VACCINATION

  • Écrit par 
  • Chantal GUÉNIOT
  •  • 2 237 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La vaccination « altruiste » »  : […] Certaines vaccinations doivent s'inscrire aujourd'hui dans des politiques de santé publique, mais celles-ci se heurtent à une inertie ou à des réticences d'autant plus difficiles à vaincre que la majorité des vaccins sont devenus des vaccins « altruistes », protégeant autant, sinon davantage, la collectivité que l'individu lui-même dans la recherche d’une immunité collective pour bloquer la circu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri-Hubert MOLLARET, « COQUELUCHE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/coqueluche/