COQUELUCHE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Manifestations cliniques

La période d'incubation est d'environ une semaine avec des limites extrêmes variant de trois à quinze jours : en fait, l'imprécision et le caractère progressif des signes initiaux rendent difficile l'appréciation de la durée de l'incubation. Celle-ci est, de toute façon, toujours parfaitement discrète. Le début, ou période catarrhale, simule une trachéo-bronchite banale avec une toux dont la persistance, le caractère paroxystique, la recrudescence nocturne, l'accompagnement par une congestion du visage et des vomissements, finissent par orienter le diagnostic ; il existe une fièvre discrète, ne dépassant pas 38 0C. Cette période dure de 8 à 15 jours. C'est la période de plus grande contagiosité, celle à laquelle les examens de laboratoire auront le plus d'intérêt pour affirmer le diagnostic alors que les signes cliniques ne sont encore que des signes de présomption.

Insensiblement apparaît la période des quintes, manifestation essentielle et pratiquement unique de la période dite d'état. Ces quintes que l'enfant sent venir et qu'il redoute sont caractérisées par trois éléments : la toux, impérieuse, faite d'une série de secousses expiratoires de plus en plus brèves, entraînant la cyanose du visage et l'injection conjonctivale ; la reprise, ou inspiration prolongée, bruyante et comparée au chant du coq. Toux et reprise vont se succéder quatre, six, dix fois et plus jusqu'à ce que la fin de la quinte soit marquée par le dernier élément, l'expectoration caractéristique, muqueuse, transparente, comparable à du blanc d'œuf. Souvent un vomissement suit la quinte ; celle-ci survient habituellement vingt à trente fois par jour avec des variations : jusqu'à cent dans les formes graves, moins de dix dans les « coqueluchettes ».

À côté de cet aspect classique existent des formes malignes, avec pâleur, hyperthermie et convulsions, des formes avec complications mécaniques (ulcération du frein de la langue, épistaxis, etc.), pulmonaires (broncho-pneumonie), nerveuses (convulsions, apnée).

Chez le nourrisson, la coqueluche, qui est la plus fréquente des mala [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à la faculté de médecine de Paris, chef de service à l'Institut Pasteur

Classification

Autres références

«  COQUELUCHE  » est également traité dans :

CALENDRIER VACCINAL 2018

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 237 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les objectifs du calendrier vaccinal français 2018  »  : […] Le bloc vaccinal obligatoire a pour but d’assurer une immunité solide des enfants jusqu’à l’entrée à l’école primaire et sans doute bien au-delà, même si la durée de l’immunité acquise varie d’un sujet à un autre. La pratique des rappels, tout comme celle de la primovaccination chez des sujets adultes non encore vaccinés, doit permettre d’assurer une bonne couverture vaccinale de la population fr […] Lire la suite

ÉPIDÉMIES ET PANDÉMIES

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET, 
  • Georges DUBY, 
  • Gabriel GACHELIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 20 393 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « En Europe »  : […] Dans l'Europe des xvi e et xviii e  siècles se trouvent ainsi en présence maladies anciennes et maladies nouvelles. La grande épidémie reste celle de peste. Sans doute les témoins ont-ils tendance à définir ainsi chaque mortalité infectieuse exceptionnelle, et toutes les épidémies ne sont-elles pas de peste. Les ravages de celle-ci sont d'ailleurs très variables, suivant les lieux, les époques. L […] Lire la suite

VACCINATION

  • Écrit par 
  • Chantal GUÉNIOT
  •  • 1 881 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La vaccination « altruiste » »  : […] Pour éviter de modifier les épidémies dans un sens négatif pour l'homme, certaines vaccinations doivent s'inscrire aujourd'hui dans des politiques de santé publique ; mais celles-ci se heurtent à une inertie ou à des réticences d'autant plus difficiles à vaincre que la majorité des vaccins sont devenus des vaccins « altruistes », protégeant autant, sinon davantage, la collectivité que l'individu […] Lire la suite

VACCINATION (CONTROVERSES)

  • Écrit par 
  • Chantal GUÉNIOT
  • , Universalis
  •  • 2 311 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une offensive antivaccinale contredite par les faits »  : […] C'est dans ce climat que le Pr Henri Joyeux, chirurgien cancérologue, a lancé une pétition sur Internet pour réclamer que le vaccin DT-Polio soit remis à disposition, en alertant sur les risques que comporterait le vaccin hexavalent. Qu'il s'agisse du lien entre l'hépatite et la sclérose en plaques, des dangers de l'aluminium ou des inconvénients d'une surstimulation immunitaire, ces risques sont […] Lire la suite

Pour citer l’article

Henri-Hubert MOLLARET, « COQUELUCHE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/coqueluche/