CONTRE-RÉVOLUTION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La bataille parlementaire

Dès la réunion des États généraux, deux camps s'affrontent. Bientôt, on prendra l'habitude de les définir sous les vocables de « droite » et de « gauche ». En effet, lorsque les États deviennent Assemblée nationale, les députés, qui avaient jusqu'alors siégé par ordre, se regroupent par opinion : les aristocrates à la droite du président, les patriotes à sa gauche ; au centre, la Plaine ou le Marais, formé par les indécis.

Les orateurs de la droite qui tentèrent de forcer l'opinion du centre ont nom l'abbé Maury, un Provençal, fils de cordonnier, dont la truculence et la verdeur de vocabulaire stupéfiaient l'Assemblée, Cazalès, officier de dragons, de petite noblesse, l'abbé de Pradt... Déjà, on note que les meilleurs défenseurs de la monarchie et de la foi sont souvent d'origine modeste. Mais le manque d'unité doctrinale se fait sentir. Certains sont partisans, avec Mounier, d'une Constitution à l'anglaise ; ce sont les monarchiens ; mais une large fraction de la noblesse, après avoir réclamé la convocation des États généraux pour limiter, à son profit, l'absolutisme royal, découvre son imprudence et devient résolument conservatrice.

De plus, ces gentilshommes de province et ces ecclésiastiques sont mal à l'aise dans les débats politiques de l'Assemblée et paraissent désarmés devant la pression du peuple de Paris. Seule la presse royaliste montre quelque vigueur. Rivarol est le principal rédacteur du Journal politique national où il accable ses adversaires sous les traits que lui inspire un esprit féroce (de Mirabeau, il écrit : « Il est capable de tout, même d'une bonne action. ») Les Actes des Apôtres sont également très lus, subventionnés, dit-on, par Louis XVI, où collaborent, avec Rivarol, Peltier, Malouet, Montlosier, Bergasse et Tilly. Citons aussi Le Journal de monsieur Suleau, La Gazette de Paris de Rozoi et L'Ami du roi de l'abbé Royou. Toutes les feuilles royalistes disparaîtront après le 10 août 1792. Déjà de nombreux journalistes contre-révolutionnaires, à l'exemple de Rivarol, avaient émigré.

Très vite, la partie parut perdue pour « le côté droit » sur le plan parlementaire. Avant même la séparation de l'Assemblée, les députés les plus intransigeants choisissaient la voie de l'exil.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  CONTRE-RÉVOLUTION  » est également traité dans :

ANTRAIGUES EMMANUEL DE LAUNAY comte d' (1754-1812)

  • Écrit par 
  • Ghislain de DIESBACH
  •  • 529 mots

Revenu de bien des choses, de l'Orient où il s'est aventuré, des voyages en montgolfières et surtout des idées républicaines qu'il avait naguère adoptées, le comte d'Antraigues, dès 1789, abandonne les principes qu'il a exposés l'année précédente dans son Mémoire sur les états généraux , grâce auquel il est devenu célèbre en quelques semaines. Cet ennemi de la Cour se transforme en champion d'une […] Lire la suite

BERNIS FRANÇOIS JOACHIM DE PIERRE cardinal de (1715-1794)

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 483 mots

Issu d'une famille noble et pauvre du Vivarais, François Joachim de Pierre de Bernis s'oriente vers la carrière ecclésiastique. Chanoine de Brioude, puis comte de Lyon, il se rend à Paris en 1735. Ecclésiastique sans bénéfice, homme de lettres galant (surnommé « Babet la bouquetière » par Voltaire), il ne peut rien obtenir de Fleury, mais il attend son heure. Remarqué par M me de Pompadour, il es […] Lire la suite

BRUNSWICK CHARLES GUILLAUME FERDINAND duc de (1735-1806)

  • Écrit par 
  • Ghislain de DIESBACH
  •  • 416 mots

Prince libéral et cultivé, le duc de Brunswick, qui s'est déjà distingué pendant la guerre de Sept Ans, passe depuis la mort de son oncle, Frédéric II, pour le plus illustre guerrier de son temps. Plus calculateur qu'audacieux, il est, malgré sa vaillance personnelle, de ceux « qui manquent la victoire pour s'être trop préoccupés d'assurer la retraite ». Moins soldat que diplomate, ce prince philo […] Lire la suite

CADOUDAL GEORGES (1771-1804)

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN
  •  • 1 132 mots

Georges Cadoudal est une figure de la chouannerie, à laquelle il a donné une image d'intransigeance et de forte conviction religieuse, finalement consacrée par l'exécution, en place publique, pour complot contre le Premier consul. L'itinéraire politique de ce chouan emblématique s'est bâti contre la Révolution, dans l'Ouest, où les conflits autour de la religion ont été particulièrement vifs. Né à […] Lire la suite

CHARETTE DE LA CONTRIE FRANÇOIS DE (1763-1796)

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN
  •  • 583 mots

Charette est incontestablement le chef vendéen le plus connu, et en même temps le plus contesté. Sa courte vie est marquée en effet par des épisodes contradictoires. Après avoir mené une carrière d'officier de marine, et avoir émigré un court laps de temps, il renoue avec sa vie de petit hobereau rural, et refuse d'abord de suivre les paysans venus le chercher pour le placer à leur tête en mars 17 […] Lire la suite

CHARLES X (1757-1836) roi de France (1824-1830)

  • Écrit par 
  • Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY
  •  • 517 mots
  •  • 1 média

Né à Versailles le 9 octobre 1757, Charles était le quatrième fils du dauphin Louis (fils de Louis XV, mort en 1765 sans avoir régné). À la cour de Versailles, la vie du jeune comte d'Artois (tel était son titre) fut celle d'un écervelé aimable et libertin, fort empressé auprès des dames qui se plaisaient à le surnommer chevaleresquement Galaor. Dans la crise de 1789, Artois soutint le parti de la […] Lire la suite

CHOUANNERIE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN
  •  • 1 676 mots

Entre 1794 et 1800, le mot chouannerie désigne une série d'insurrections et de mouvements contre-révolutionnaires qui affectent l'ouest de la France. L'origine de ces chouanneries – on peut en parler au pluriel – est le mécontentement des ruraux devant les mesures politiques et religieuses de la Révolution française prises après 1791. Des communautés rurales refusent, dès 1791-1792, la création de […] Lire la suite

COTTEREAU JEAN, dit JEAN CHOUAN (1757-1794)

  • Écrit par 
  • Jean DÉRENS
  •  • 350 mots

Héros de la chouannerie, Jean Cottereau avait hérité son surnom de son père Pierre, sabotier et probablement faux saunier, se servant du cri de la chouette pour se faire reconnaître de ses complices. Il pratiquait le faux saunage avec ses frères François et René. En 1780, il fut poursuivi pour avoir d'abord rossé un nommé Marchois qu'il soupçonnait de l'avoir vendu aux gabelous, puis pour avoir tu […] Lire la suite

DUMOURIEZ CHARLES FRANÇOIS DU PÉRIER dit (1739-1823)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 431 mots
  •  • 1 média

Né à Cambrai, fils d'un commissaire des guerres, Dumouriez fait ses premières armes dans la guerre de Sept Ans ; plus doué pour l'intrigue que pour l'héroïsme, il est vite chargé de diverses missions plus diplomatiques que militaires en Espagne, en Corse, en Pologne et en Suède (1763-1773) ; il connaît plus d'une aventure mal élucidée et fait une fois six mois de Bastille. Maréchal de camp (génér […] Lire la suite

ELBÉE MAURICE GIGOST marquis d' (1752-1794)

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN
  •  • 355 mots

Officier de cavalerie, issu d'une petite noblesse peu assurée, d'Elbée vit dans les Mauges au moment de la Révolution, qu'il ne désapprouve pas en son début. Quand se déclenche l'insurrection vendéenne (mars 1793), il est mis à la tête d'une bande paysanne, et devient rapidement l'un des principaux généraux de l'Armée catholique et royale, qui se constitue à la fin de mars 1793 après les victoires […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

25-27 mai 2022 Grèce – Iran. Saisies de pétroliers par Athènes et Téhéran.

Le 25, les autorités grecques annoncent la saisie du pétrole que transportait un pétrolier iranien arraisonné en mer Méditerranée en avril, à la demande des États-Unis qui invoquent une violation des sanctions adoptées contre l’Iran. Le 27, les Gardiens de la Révolution iraniens arraisonnent, dans le golfe Persique, deux pétroliers grecs qu’ils accusent de violer les règles de navigation. […] Lire la suite

1er-31 mars 2022 Ukraine – Russie. Poursuite de la pression militaire russe et des soutiens occidentaux à l'Ukraine.

Le 2, l’Assemblée générale de l’ONU adopte une résolution qui demande à Moscou de « cesser de recourir à la force en Ukraine » et dénonce « la mise en alerte de ses forces nucléaires », par 141 voix sur 193 (5 pays votent contre et 35 s’abstiennent, dont la Chine et l’Inde). Le 2 également, la Cour pénale internationale (CPI), saisie par trente-neuf de ses membres, annonce l’ouverture « immédiate » d’une enquête sur les crimes relevant de sa compétence commis en Ukraine depuis novembre 2013, date du refus du gouvernement ukrainien de signer l’accord d’association entre l’Ukraine et l’Union européenne (UE), qui allait précipiter la révolution de Maïdan et la chute du président prorusse Viktor Ianoukovitch, suivies de l’annexion de la Crimée par la Russie et de la sécession du Donbass. […] Lire la suite

3-14 janvier 2022 Tunisie. Poursuite de la lutte entre le pouvoir et Ennahda.

Aux organisateurs de la manifestation, Ennahda et le collectif Citoyens contre le coup d’État, s’étaient joints des partis de gauche et du centre. Les manifestants dénonçaient le déplacement, décidé par le président Kaïs Saïed en décembre 2021, du jour anniversaire de la « révolution du jasmin » du 14 janvier au 17 décembre, date de l’immolation du vendeur ambulant Mohamed Bouazizi en 2010. […] Lire la suite

11-30 octobre 2021 Soudan. Coup d'État militaire.

Tandis que le général al-Burhan se pose en rempart contre l’insécurité et en « gardien » de la révolution soudanaise, le Premier ministre civil Abdallah Hamdok dénonce le rôle politique et économique prépondérant de l’armée, ainsi que la présence dans ses rangs d’officiers islamistes. Or, selon l’accord constitutionnel adopté en août 2019, la présidence du Conseil de souveraineté doit échoir à un civil en novembre. […] Lire la suite

9-21 octobre 2021 Chine – Taïwan. Échange de déclarations sur la réunification de la Chine et de Taïwan.

Le 9, à l’occasion de la célébration du cent-dixième anniversaire de la révolution de 1911, le président Xi Jinping déclare que la réunification de la Chine et de Taïwan « devra être réalisée et le sera », après avoir précisé que cette réunification aura lieu « par des moyens pacifiques ». Il ajoute que « les sécessionnistes sont le principal obstacle à la réunification avec la mère-patrie, et un risque sérieux pour le renouveau national ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean TULARD, « CONTRE-RÉVOLUTION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/contre-revolution/