CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est en 1925 que la France a créé pour la première fois une assemblée économique, suivant l'exemple donné par la Constitution allemande de Weimar en 1919. Ce Conseil national économique, composé de cent quarante membres désignés par divers organismes professionnels et sociaux et présidé par le président du Conseil des ministres, avait pour fonction d'étudier les grands problèmes économiques, pour être à même d'informer le Parlement et le gouvernement. Élargi en 1936 et placé sous la présidence du ministre de l'Économie nationale, il fut supprimé en 1940. La Constitution de 1946 rétablit le Conseil économique, dont les membres sont élus ou désignés pour trois ans par les syndicats, groupements ou associations représentant les grandes catégories sociales : capital, travail, artisanat, familles. Outre ses fonctions consultatives, le Conseil économique de la IVe République était habilité à arbitrer les conflits économiques et sociaux à la demande des parties et avec l'accord des ministres intéressés. Il joua un rôle assez actif jusqu'en 1951, grâce à une collaboration suivie avec l'Assemblée nationale, mais plus modeste par la suite.

La Constitution de 1958 a consacré l'existence du Conseil économique et social. Une loi constitutionnelle de 2008 et une loi organique de 2010 y ont ajouté la dimension environnementale, modifiant son nom en conséquence et certaines de ses caractéristiques. Le Conseil économique, social et environnemental comprend aujourd'hui deux cent trente-trois membres : les deux tiers environ sont choisis par divers organismes représentatifs des catégories sociales et des activités économiques, et un tiers désigné par le gouvernement. Deux cents membres sont chargés des sujets traditionnels du Conseil (vie économique et sociale, cohésion sociale et territoriale, vie associative), trente-trois autres de la protection de la nature et de l’environnement. La durée du mandat de ces conseillers (rémunérés par une indemnité) est de cinq ans ; ils sont groupés en neuf sections, correspondant chacune à une grande catégorie de problèmes économiques, sociaux et environnementaux, le gouvernement ayant le droit de désigner, pour participer aux activités de ces sections, des personnalités extérieures compétentes. Les sections sont chargées, soit sur l'initiative du Conseil, soit sur la demande du gouvernement, d'étudier des problèmes économiques, sociaux ou environnementaux déterminés.

Les fonctions du Conseil économique, social et environnemental sont uniquement consultatives. Il peut être saisi par le Premier ministre de demandes d'études ou d'avis sur les problèmes relevant de sa compétence. Cette consultation du Conseil est obligatoire lorsqu'il s'agit de projets de lois, de programmes et de plans à caractère économique, social et environnemental présentés par le gouvernement, à l'exception des lois de finances. Le Conseil peut, de son côté, prendre l'initiative d'émettre des avis sur l'exécution des plans et programmes d'action à caractère économique, social ou environnemental ainsi que d'attirer l'attention du gouvernement sur les réformes qui lui paraissent nécessaires dans les domaines relevant de sa compétence. Depuis les réformes de 2008 et 2010, le Conseil peut également être saisi par voie de pétition. Les avis du Conseil sont donnés par les conseillers, réunis en assemblées plénières, lors de sessions ordinaires trimestrielles. Les réunions extraordinaires ne peuvent avoir lieu qu'à la demande du gouvernement. Le Conseil peut déléguer un de ses membres pour exposer à la tribune des assemblées parlementaires son avis sur les questions dont il a été saisi. Le Premier ministre rend compte annuellement au Conseil de la suite donnée aux avis qu'il a exprimés. La limitation des pouvoirs du Conseil économique, social et environnemental, son mode de recrutement et le fait que ses débats ne sont pas publics (les avis font cependant l'objet d'une publication au Journal officiel) tendent à donner un caractère académique à cette institution.

L'Organisation des Nations unies compte également parmi ses organes principaux un Conseil économique et social de cinquante-quatre membres, élus par l'Assemblée générale pour trois ans. Il a pour mission de promouvoir la coopération économique et sociale internationale [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : licencié en droit, diplômé de l'École nationale des langues orientales vivantes, professeur à la faculté libre, autonome et cogérée d'économie et de droit, Paris

Classification

Autres références

«  CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL  » est également traité dans :

BICAMÉRISME ou BICAMÉRALISME

  • Écrit par 
  • Raymond FERRETTI
  •  • 5 307 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Représenter la société »  : […] Si « la vie locale » des entités infra-étatique peut s'exprimer par le canal de la seconde Chambre, la vie économique et sociale doit également pouvoir le faire. Bref la « société civile » devrait pouvoir être représentée au sein du Parlement. Cette idée a d'abord été développée dans le cadre du corporatisme, exalté dans les années 1930 par les régimes fascistes, ce qui a contribué à la discrédit […] Lire la suite

DÉMOCRATIE PARTICIPATIVE

  • Écrit par 
  • Rémi LEFEBVRE
  •  • 6 777 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les ambiguïtés de la participation »  : […] La participation s’institutionnalise d’autant plus qu’elle demeure floue, que son contenu reste imprécis et que son cadre juridique est peu contraignant. Les règles de droit pesant sur les maires à ce sujet sont faibles. La loi du 6 février 1992 relative à l’administration territoriale de la République affirme que « le droit des habitants de la commune à être informés des affaires de celle-ci et […] Lire la suite

Les derniers événements

5 février 2022 France. Première séance du Forum de l'islam de France.

Le Forum de l’islam de France (Forif) se réunit pour la première fois dans la salle du Conseil économique, social et environnemental, à Paris, en présence du ministre de l’Intérieur et des Cultes Gérald Darmanin. Cette « instance de dialogue nationale » composée de quelque quatre-vingts membres choisis par l’État doit succéder au Conseil français du culte musulman (CFCM) créé en avril 2003 et aujourd’hui paralysé par les tensions internes. […] Lire la suite

5-31 décembre 2019 France. Mouvement de contestation de la réforme des retraites.

Le 11, le Premier ministre Édouard Philippe précise devant le Conseil économique, social et environnemental les détails de la réforme des retraites. Il annonce notamment l’instauration d’un « âge d’équilibre » – ou âge pivot – de la retraite à taux plein à soixante-quatre ans en 2027, en vue de parvenir à cette date à un équilibre financier du régime des retraites. […] Lire la suite

12-24 septembre 2019 France. Grèves contre le projet de réforme des retraites.

Le 12, le Premier ministre Édouard Philippe, dans un discours sur la réforme des retraites devant le Conseil économique, social et environnemental, affirme vouloir prendre « tout le temps nécessaire » et recourir au « dialogue » pour établir le système universel promis par le président Emmanuel Macron, tout en indiquant sa volonté d’y parvenir avant la fin de la session parlementaire de l’été 2020. […] Lire la suite

4 avril 2018 France. Présentation du projet de réforme des institutions.

Sont aussi prévus la suppression de la Cour de justice de la République, la disparition du statut de membre de droit du Conseil constitutionnel pour les anciens chefs de l’État, la transformation du Conseil économique, social et environnemental, ainsi qu’un encadrement des prérogatives des parlementaires. […] Lire la suite

3 juillet 2017 France. Discours du président Emmanuel Macron devant le Congrès.

Le chef de l’État développe principalement ses projets de réformes institutionnelles qu’il entend voir aboutir « d’ici un an » : réduction d’un tiers du nombre des parlementaires, introduction d’une dose de proportionnelle pour l’élection des députés, limitation du nombre de mandats dans le temps, simplification de la procédure parlementaire et évaluation des textes importants au bout de deux ans, réforme du Conseil économique, social et environnemental, et suppression de la Cour de justice de la République. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges BLUMBERG, « CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/conseil-economique-et-social/