BECK CONRAD (1901-1989)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Compositeur suisse de culture germanique et de formation française, Conrad Beck fut l'une des figures marquantes de la vie musicale bâloise, au même titre que son ami le chef d'orchestre et mécène Paul Sacher, qui lui a commandé et créé de nombreuses partitions. On trouve plusieurs traces de son attachement à la cité rhénane dans des œuvres comme Der Tod zu Basel (« La Mort à Bâle », 1952), miserere à la mémoire des victimes du tremblement de terre de 1356, Aeneas-Sylvius-Sinfonie (1957), en hommage au fondateur de l'université de cette ville, et la Sonatine pour orchestre (1960), composée pour le cinquième centenaire de cette même université.

Fils de pasteur, il naît à Lohn, près de Schaffhouse, le 16 juin 1901, et commence ses études musicales (piano et théorie) au conservatoire de Zurich (1921-1924) avec Paul Müller, Reinhold Laquai et Volkmar Andreae. Puis il vient à Paris, où il travaille avec Ernst Lévy et Nadia Boulanger ; il reçoit également les conseils d'Albert Roussel, d'Arthur Honegger et de Jacques Ibert. Avec quelques autres compositeurs étrangers émigrés ou fixés dans notre pays (le Tchèque Bohuslav Martinů, le Polonais Alexandre Tansman, le Roumain Marcel Mihalovici, le Hongrois Tibor Harsányi et le Russe Alexandre Tcherepnine), il participe à l'École de Paris, qui se situe alors à l'avant-garde de la création musicale sans prôner la moindre unité esthétique : lui-même se caractérise par un rigoureux retour à Bach que tempère l'environnement français dans lequel il évolue. Il attire l'attention avec son Quatuor à cordes no 3 (1926) et, d'emblée, les plus grands chefs d'orchestre s'intéressent à sa musique : ses principales œuvres sont créées par Walther Straram à Paris, Hermann Scherchen en Allemagne, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « BECK CONRAD - (1901-1989) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/conrad-beck/