CONFLITS SOCIAUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'analyse topique

Nous empruntons le mot « topique » à la psychanalyse pour désigner un type de conflit qui ne se réduit à aucun des types précédents. Tout système d'action sociale peut être considéré comme la mise en forme de rapports fondamentaux.

Il existe divers niveaux de formalisation, qui possèdent chacun une certaine autonomie et peuvent donc entrer en conflit avec les autres, ne serait-ce que parce que leurs transformations ne sont pas nécessairement synchroniques.

Les institutions sont des modes légitimés de traitement des rapports sociaux. Elles organisent la représentation des intérêts. Elles constituent le système politique, qui ne doit pas être confondu avec le système des rapports de pouvoir, que nous nommons aussi système d'action historique. Elles définissent des règles du jeu et non des normes de conduites. Celles-ci sont établies par ce qu'on peut nommer avec Parsons le système social, et qui est précisément le système normatif de la société, définissant les attentes légitimes de chaque acteur vis-à-vis des conduites des autres.

Il est difficile de placer ces instances – pour reprendre le vocabulaire freudien – sur l'axe infrastructure-superstructure, parce que ces termes en sont venus dans l'usage courant à opposer les bases matérielles de l'activité sociale aux représentations et aux formes d'organisation sociale. Il faut donc souligner avec Marx que l'infrastructure, nommée par lui structure, n'est pas définie par les forces de production, mais par le système des rapports de production inséparables des forces de production.

Crise et conflit

Quelle que soit la définition retenue, ce qui importe ici, c'est que chaque instance peut entrer en conflit avec les autres, parce que chacune constitue un système, donc possède une inertie propre.

Ce type de conflit est d'une tout autre nature que les conflits de classes. Dans l'histoire sociale, il faut nettement distinguer, à l'intérieur de la société capitaliste, deux types de contradictions : celles qui opposent le capital au travail et celles qui opposent une infrastructure à des superstructures possédant une forte résistance au changement, ce que Ogburn a appelé le décalage culturel (cultural lag). La même analyse peut s'appliquer à des systèmes non capitalistes de développement industriel.

En réalité, on ne devrait pas parler ici de conflits sociaux, mais de crise. Il est souvent difficile de les distinguer à l'intérieur d'un même événement, mais il est indispensable de les séparer. En 1968, en France, le soulèvement étudiant fut en partie l'expression d'une crise sociale, d'un retard et d'une inadaptation de l'Université à des conditions économiques et sociales qui s'étaient plus rapidement transformées que l'organisation universitaire. Plus le système de décision est centralisé et bureaucratique, et moins, selon l'excellente analyse de M. Crozier, dans Le Phénomène bureaucratique, il peut se transformer autrement que par bonds et par crises. Mais on peut penser aussi que la crise de mai 1968 était une crise révolutionnaire, c'est-à-dire annonciatrice de nouveaux conflits sociaux, mettant en cause le système de pouvoir.

1968 dans le monde

Vidéo : 1968 dans le monde

L'année 1968 s'ouvre avec l'offensive du Têt, déclenchée par les Nord-Vietnamiens. Dans les mois qui suivent, une vague de contestation déferle sur presque tous les pays, Mexique, États-Unis, Grande-Bretagne. En France, étudiants et policiers s'affrontent violemment de part et d'autre des... 

Crédits : Pathé

Afficher

Affrontement en mai 1968

Photographie : Affrontement en mai 1968

Les pavés contre les gaz lacrymogènes : c'est l'affrontement des étudiants français et de la police, rue Saint-Jacques, à Paris, lors des événements de mai 1968. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Une analyse approfondie des événements permet de montrer que la crise et le conflit, en même temps qu'ils ont conjugué leurs effets, ont entraîné des actions souvent contradictoires. La crise ne peut être résolue que par un appel à la cohérence du système culturel et social ; le conflit révèle au contraire des contradictions structurelles.

Le conflit le plus total, qu'on nomme une révolution, n'est nullement un cas extrême, exacerbé, de conflit de pouvoir. Il est la conjoncture d'un conflit et d'une crise. La classe ouvrière anglaise au xixe siècle a été massivement engagée dans des luttes de classes, mais celles-ci n'ont pas eu d'issue révolutionnaire, car le système institutionnel et culturel s'est progressivement adapté au changement. Au contraire, dans des pays où l'industrialisation était plus tardive et plus brutale, comme la Russie, mais aussi comme la Suède et la Norvège pendant le premier tiers du siècle, le retard et la rigidité des formes d'organisation sociale et des modèles culturels étaient tels qu'une poussée ouvrière, relativement limitée étant donné le faible développement de l'industrie, prit une forme révolutionna [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 24 pages

Médias de l’article

Attraction-répulsion

Attraction-répulsion
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Zone de recouvrement

Zone de recouvrement
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Zone de conflit, zone d'échange

Zone de conflit, zone d'échange
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Analyse dynamique

Analyse dynamique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (E.H.E.S.S.).

Classification

Autres références

«  CONFLITS SOCIAUX  » est également traité dans :

ACTION COLLECTIVE

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 471 mots

Dans le chapitre « Penser les conditions de l'action collective »  : […] L'inspiration psychosociologique qui souffle sur l'ensemble de ces développements théoriques a également animé les recherches sur les conditions structurelles préalables à la formation de l'action collective. En rupture avec les schémas évolutionnistes opposant communauté et société, et avec la thèse de l'avènement d'une société de masse selon laquelle la mobilisation se réduirait à la propagande […] Lire la suite

A.F.L.-C.I.O. (American Federation of Labor-Congress of Industrial Organizations)

  • Écrit par 
  • Claude JULIEN, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 6 839 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'American Federation of Labor »  : […] Dans l'histoire sociale du monde occidental, le cas américain a été notoirement brutal. Comme l'écrivent Philip Taft et Philip Ross (in H. D. Graham et T. R. Gurr dir., The History of Violence in America ) : « Les États-Unis ont eu l'histoire du travail la plus sanglante et la plus violente de toutes les sociétés industrialisées. » D'après les sources de l'époque qu'ils citent, il y eut, par exemp […] Lire la suite

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 36 989 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Du « corralito » au « cacerolazo » »  : […] Le système économique mis en place par le ministre de l'Économie Domingo Cavallo reposait en grande partie sur la confiance des milieux financiers internationaux et des petits épargnants locaux. Cette confiance se brise en quelques mois. Malgré les conditions drastiques qu'il impose, le FMI n'est plus disposé à signer un chèque en blanc et refuse, en novembre 2001, un nouvel emprunt à l'Argentine  […] Lire la suite

AUSTRALIE

  • Écrit par 
  • Benoît ANTHEAUME, 
  • Jean BOISSIÈRE, 
  • Bastien BOSA, 
  • Vanessa CASTEJON, 
  • Harold James FRITH, 
  • Yves FUCHS, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE, 
  • Xavier PONS
  •  • 27 374 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « L'Australie des Trente Glorieuses et l'ère Menzies »  : […] Le maintien du rationnement jusqu'en 1948, la frilosité du gouvernement en matière de hausse des salaires, la lutte engagée par les syndicats pour la semaine de quarante heures (acquise en 1947) et l'amélioration des conditions de travail (notamment dans les mines) sont autant de sujets qui, comme en Europe, provoquent la multiplication des grèves et un climat social tendu. La montée de l'anticom […] Lire la suite

BANLIEUE

  • Écrit par 
  • Jean BASTIÉ, 
  • Stéphane BEAUD, 
  • Jean ROBERT
  •  • 6 548 mots

Dans le chapitre « Les logiques de peuplement des grands ensembles »  : […] Il faut se garder du piège de l'anachronisme si l'on veut retracer brièvement l'histoire des « grands ensembles », construits à marche forcée dans les années 1950-1960, et ne pas prêter après-coup, à cette politique de logement, une volonté à tout prix de ségrégation. Le problème des « mal logés » et de l'insalubrité des logements était devenu si grave en France dans les années 1950 (le fameux a […] Lire la suite

C.F.D.T. (Confédération française démocratique du travail)

  • Écrit par 
  • René MOURIAUX
  •  • 1 973 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La consolidation de la C.F.D.T. par l'unité d'action avec la C.G.T. »  : […] Dans les mois qui suivent le congrès extraordinaire de novembre 1964, les militants de la C.F.D.T. « contrent » sévèrement les initiatives des mainteneurs de la C.F.T.C. Ils leur disputent sigle et locaux. Il s'agit de restreindre au minimum la scission. Dans le même temps, la nouvelle centrale entend démontrer sur le terrain sa capacité d'action et de proposition. Le patronat contrarie cette pers […] Lire la suite

C.F.T.C. (Confédération française des travailleurs chrétiens)

  • Écrit par 
  • René MOURIAUX
  •  • 2 601 mots

Dans le chapitre « Du S.E.C.I. à la déconfessionnalisation »  : […] Plusieurs essais de syndicalisme chrétien sont observés au milieu des années 1880, dans le Nord et à Lyon. Le point de départ habituellement retenu est 1887, avec la création du Syndicat des employés du commerce et de l'industrie. Le S.E.C.I. a été fondé sur l'initiative du frère Hiéron, de la Congrégation des frères des écoles chrétiennes. Le pape Léon XIII avait chargé l'ordre de bâtir un syndi […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 8 841 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Mai-juin 1968 »  : […] La France avait connu, dans les premières années de la V e  République, quelques mouvements sociaux importants. Ainsi, la grève des mineurs de 1963 – à laquelle le pouvoir avait répondu par un ordre de réquisition – avait été populaire et la confiance accordée au président de la République en avait été sensiblement affectée pendant quelques mois. En 1966, après un accord C.G.T.-C.F.D.T. pour une […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période post-gaullienne (1969-1981)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 6 876 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les élections législatives de 1973 »  : […] De plus en plus critique à l'égard des politiques initiées par Jacques Chaban-Delmas, Georges Pompidou choisit un nouveau Premier ministre en juillet 1972, qui devra conduire la majorité dans la bataille législative de mars 1973. Il nomme Pierre Messmer, un gaulliste fidèle, longtemps ministre des Armées du général de Gaulle, qui ne développera pas de politique personnelle. Le nouveau gouvernemen […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Mitterrand (1981-1995)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 282 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les années Cresson et Bérégovoy »  : […] Édith Cresson est nommée Premier ministre le 15 mai 1991, à la tête d'un gouvernement où les proches du président sont plus nombreux qu'avant. Très vite, son action est fortement critiquée et elle bat des records d'impopularité dans les sondages. Il n'y a donc pas eu de relance de la politique socialiste, ce que confirment les élections régionales et cantonales de mars 1992. La sanction des socia […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-24 février 2017 France. Ouverture d'une information judiciaire dans l'affaire Fillon.

Le 24, le PNF ouvre une information judiciaire pour détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et recel, trafic d’influence et manquement aux obligations de déclaration à la Haute Autorité sur la transparence de la vie publique, confiant le dossier à trois juges d’instruction. La loi sur la prescription pénale votée le 16 menaçait d’entraîner la prescription des faits antérieurs à 2005. […] Lire la suite

14-29 juin 2016 France. Poursuite de la contestation de la « loi travail ».

La CGT avait promis une participation supérieure à celle du 31 mars, alors que d’autres conflits sociaux à la marge de la contestation de la « loi travail », notamment à la SNCF, s’essoufflent. Le cortège parisien est marqué par de violents affrontements entre la police et plusieurs centaines de « casseurs ». Le projet de loi est en discussion au Sénat depuis la veille, après avoir été adopté en première lecture par l’Assemblée nationale en mai. […] Lire la suite

5 juin - 11 juillet 2009 Pérou. Affrontements meurtriers en Amazonie

Mais des grèves éclatent dans tout le pays – deux cent vingt conflits sociaux sont recensés durant le mois de juin –, la majorité concernant des problèmes liés à l'environnement. Le 11 juillet, Alan García procède à un remaniement ministériel; le Premier ministre Yehude Simon, qui assume ses responsabilités dans les affrontements de Bagua, laisse la place au président du Congrès, Javier Velásquez Quesquén, fidèle du chef de l'État. […] Lire la suite

3-23 octobre 2007 France. Révélations sur la caisse secrète de l'U.I.M.M.

et admet l'existence d'une « caisse de secours mutuel » de quelque 600 millions d'euros, alimentée par une cotisation supplémentaire des entreprises adhérentes et destinée notamment à indemniser des entreprises à l'issue des conflits sociaux.  […] Lire la suite

28-31 mai 1993 Pologne. Vote d'une motion de censure et dissolution du Parlement

Elle est notamment parvenue à gérer plusieurs conflits sociaux d'envergure, à gagner la confiance du F.M.I. et à faire voter la loi sur les privatisations. Le 29, le président Lech Wałęsa refuse la démission du Premier ministre et décide de dissoudre les deux chambres du Parlement. Des élections législatives anticipées sont fixées au 19 septembre. Le 31, le président Wałęsa affirme se porter « personnellement garant » de la poursuite des réformes et accuse le Parlement d'avoir « paralysé la démocratie ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain TOURAINE, « CONFLITS SOCIAUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/conflits-sociaux/