CONFLITS SOCIAUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Conflit et intégration

Rien n'est plus dangereux que d'opposer, d'une part, une étude du système social, entièrement fondée sur les conditions de l'intégration, et, d'autre part, l'étude des conflits entre unités sociales indépendantes – comme si la paix régnait à l'intérieur des nations et la guerre dans les rapports entre les États.

L. Coser, s'inspirant de G. Simmel (1858-1918), a insisté sur ce thème. Bien que son entreprise soit limitée, L. Coser prend utilement position contre un penchant trop marqué de la sociologie américaine à privilégier les problèmes de l'équilibre et de l'intégration. Il rappelle que non seulement la génération des fondateurs de la sociologie aux États-Unis, mais encore la génération suivante qu'on identifie souvent à l'école de Chicago, formée autour de Park, a porté le plus grand intérêt aux conflits sociaux. Au contraire, après la guerre, après la liquidation de la grande crise et au cours d'une période de rapide développement économique lié à l'absence relative de graves conflits sociaux internes, la sociologie s'est davantage souciée du fonctionnement d'un système défini par un corps de valeurs et de normes centrales que de l'étude des conflits sociaux. On parle alors plus volontiers de déviance, de marginalité, de « dysfonction » ou d'anomie que de conflits. À l'inverse, les sociologues européens, et surtout ceux de régions où la sociologie se développe rapidement, accordent, dans l'étude du développement économique et du changement social, une importance centrale aux conflits en même temps qu'aux rapports de pouvoir et de domination. Mais une telle opposition est chargée d'idéologie et correspond davantage à l'état des sociétés étudiées qu'aux besoins de l'analyse sociologique elle-même.

Il est donc indispensable de dépasser l'opposition trop simple d'une sociologie de l'ordre et d'une sociologie du mouvement, d'une sociologie de l'intégration et d'une sociologie des conflits. On a déjà vu que la théorie des organisations avait fait des progrès décisifs dans cette direction, en critiquant aussi bien la conception wébérienne de la bureaucratie que l'école des relations humaines.

Il n'y a pas d'opposition entre le conflit et l'intégration du système social. Mais leurs liens s'établissent à plusieurs niveaux.

Les modes indirects d'expression des conflits

En premier lieu, l'existence d'un conflit peut renforcer l'intégration sociale. Mais il ne s'agit pas ici d'une liaison véritable entre le conflit et l'intégration, puisque c'est le conflit entre deux unités d'action qui renforce l'intégration de chacune d'entre elles. C'est ainsi que Durkheim a rappelé qu'en période de guerre l'anomie tendait à diminuer. Des valeurs et des normes « sociétales » s'imposent avec plus de force. Même si le thème de l'union sacrée fait bon marché de certains conflits, il n'en demeure pas moins que le système de contrôle social se renforce en temps de guerre et entraîne une intégration sociale plus forte.

Depuis E. Troeltsch (1865-1923) et G. Simmel, on a souvent évoqué le rôle des sectes, unités de taille limitée, très cohésives, imposant à leurs membres un consensus très poussé, et en lutte avec un environnement hostile. Pures et dures, elles sont promptes à éliminer les « déviants » ; le conflit dans lequel elles sont engagées les pousse à renforcer leur unité politique et morale.

Beaucoup plus intéressant est un thème souvent développé par les anthropologues et les psychanalystes. Une société, confrontée à des expressions d'hostilité en son sein, est conduite à inventer des modes indirects d'expression de conflits latents. Elle leur donne une expression qui ne menace pas son unité, et même la renforce. Tel est le sens de la sorcellerie chez les Navahos d'après Clyde Kluckhohm (1905-1960). Il s'agit d'empêcher qu'une hostilité se transforme en conflit ouvert, menaçant l'existence de la société. Au niveau de la personnalité, Freud a attribué un rôle analogue au trait d'esprit, qui permet l'expression d'une hostilité en l'empêchant de devenir une agression directe, entraînant une rupture dangereuse.

Plus généralement, au lieu de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 24 pages

Médias de l’article

Attraction-répulsion

Attraction-répulsion
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Zone de recouvrement

Zone de recouvrement
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Zone de conflit, zone d'échange

Zone de conflit, zone d'échange
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Analyse dynamique

Analyse dynamique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (E.H.E.S.S.).

Classification

Autres références

«  CONFLITS SOCIAUX  » est également traité dans :

ACTION COLLECTIVE

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 471 mots

Dans le chapitre « Penser les conditions de l'action collective »  : […] L'inspiration psychosociologique qui souffle sur l'ensemble de ces développements théoriques a également animé les recherches sur les conditions structurelles préalables à la formation de l'action collective. En rupture avec les schémas évolutionnistes opposant communauté et société, et avec la thèse de l'avènement d'une société de masse selon laquelle la mobilisation se réduirait à la propagande […] Lire la suite

A.F.L.-C.I.O. (American Federation of Labor-Congress of Industrial Organizations)

  • Écrit par 
  • Claude JULIEN, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 6 839 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'American Federation of Labor »  : […] Dans l'histoire sociale du monde occidental, le cas américain a été notoirement brutal. Comme l'écrivent Philip Taft et Philip Ross (in H. D. Graham et T. R. Gurr dir., The History of Violence in America ) : « Les États-Unis ont eu l'histoire du travail la plus sanglante et la plus violente de toutes les sociétés industrialisées. » D'après les sources de l'époque qu'ils citent, il y eut, par exemp […] Lire la suite

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 36 989 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Du « corralito » au « cacerolazo » »  : […] Le système économique mis en place par le ministre de l'Économie Domingo Cavallo reposait en grande partie sur la confiance des milieux financiers internationaux et des petits épargnants locaux. Cette confiance se brise en quelques mois. Malgré les conditions drastiques qu'il impose, le FMI n'est plus disposé à signer un chèque en blanc et refuse, en novembre 2001, un nouvel emprunt à l'Argentine  […] Lire la suite

AUSTRALIE

  • Écrit par 
  • Benoît ANTHEAUME, 
  • Jean BOISSIÈRE, 
  • Bastien BOSA, 
  • Vanessa CASTEJON, 
  • Harold James FRITH, 
  • Yves FUCHS, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE, 
  • Xavier PONS
  •  • 27 374 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « L'Australie des Trente Glorieuses et l'ère Menzies »  : […] Le maintien du rationnement jusqu'en 1948, la frilosité du gouvernement en matière de hausse des salaires, la lutte engagée par les syndicats pour la semaine de quarante heures (acquise en 1947) et l'amélioration des conditions de travail (notamment dans les mines) sont autant de sujets qui, comme en Europe, provoquent la multiplication des grèves et un climat social tendu. La montée de l'anticom […] Lire la suite

BANLIEUE

  • Écrit par 
  • Jean BASTIÉ, 
  • Stéphane BEAUD, 
  • Jean ROBERT
  •  • 6 548 mots

Dans le chapitre « Les logiques de peuplement des grands ensembles »  : […] Il faut se garder du piège de l'anachronisme si l'on veut retracer brièvement l'histoire des « grands ensembles », construits à marche forcée dans les années 1950-1960, et ne pas prêter après-coup, à cette politique de logement, une volonté à tout prix de ségrégation. Le problème des « mal logés » et de l'insalubrité des logements était devenu si grave en France dans les années 1950 (le fameux a […] Lire la suite

C.F.D.T. (Confédération française démocratique du travail)

  • Écrit par 
  • René MOURIAUX
  •  • 1 973 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La consolidation de la C.F.D.T. par l'unité d'action avec la C.G.T. »  : […] Dans les mois qui suivent le congrès extraordinaire de novembre 1964, les militants de la C.F.D.T. « contrent » sévèrement les initiatives des mainteneurs de la C.F.T.C. Ils leur disputent sigle et locaux. Il s'agit de restreindre au minimum la scission. Dans le même temps, la nouvelle centrale entend démontrer sur le terrain sa capacité d'action et de proposition. Le patronat contrarie cette pers […] Lire la suite

C.F.T.C. (Confédération française des travailleurs chrétiens)

  • Écrit par 
  • René MOURIAUX
  •  • 2 601 mots

Dans le chapitre « Du S.E.C.I. à la déconfessionnalisation »  : […] Plusieurs essais de syndicalisme chrétien sont observés au milieu des années 1880, dans le Nord et à Lyon. Le point de départ habituellement retenu est 1887, avec la création du Syndicat des employés du commerce et de l'industrie. Le S.E.C.I. a été fondé sur l'initiative du frère Hiéron, de la Congrégation des frères des écoles chrétiennes. Le pape Léon XIII avait chargé l'ordre de bâtir un syndi […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 8 841 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Mai-juin 1968 »  : […] La France avait connu, dans les premières années de la V e  République, quelques mouvements sociaux importants. Ainsi, la grève des mineurs de 1963 – à laquelle le pouvoir avait répondu par un ordre de réquisition – avait été populaire et la confiance accordée au président de la République en avait été sensiblement affectée pendant quelques mois. En 1966, après un accord C.G.T.-C.F.D.T. pour une […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période post-gaullienne (1969-1981)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 6 876 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les élections législatives de 1973 »  : […] De plus en plus critique à l'égard des politiques initiées par Jacques Chaban-Delmas, Georges Pompidou choisit un nouveau Premier ministre en juillet 1972, qui devra conduire la majorité dans la bataille législative de mars 1973. Il nomme Pierre Messmer, un gaulliste fidèle, longtemps ministre des Armées du général de Gaulle, qui ne développera pas de politique personnelle. Le nouveau gouvernemen […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Mitterrand (1981-1995)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 282 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les années Cresson et Bérégovoy »  : […] Édith Cresson est nommée Premier ministre le 15 mai 1991, à la tête d'un gouvernement où les proches du président sont plus nombreux qu'avant. Très vite, son action est fortement critiquée et elle bat des records d'impopularité dans les sondages. Il n'y a donc pas eu de relance de la politique socialiste, ce que confirment les élections régionales et cantonales de mars 1992. La sanction des socia […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-24 février 2017 France. Ouverture d'une information judiciaire dans l'affaire Fillon.

Le 24, le PNF ouvre une information judiciaire pour détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et recel, trafic d’influence et manquement aux obligations de déclaration à la Haute Autorité sur la transparence de la vie publique, confiant le dossier à trois juges d’instruction. La loi sur la prescription pénale votée le 16 menaçait d’entraîner la prescription des faits antérieurs à 2005. […] Lire la suite

14-29 juin 2016 France. Poursuite de la contestation de la « loi travail ».

La CGT avait promis une participation supérieure à celle du 31 mars, alors que d’autres conflits sociaux à la marge de la contestation de la « loi travail », notamment à la SNCF, s’essoufflent. Le cortège parisien est marqué par de violents affrontements entre la police et plusieurs centaines de « casseurs ». Le projet de loi est en discussion au Sénat depuis la veille, après avoir été adopté en première lecture par l’Assemblée nationale en mai. […] Lire la suite

5 juin - 11 juillet 2009 Pérou. Affrontements meurtriers en Amazonie

Mais des grèves éclatent dans tout le pays – deux cent vingt conflits sociaux sont recensés durant le mois de juin –, la majorité concernant des problèmes liés à l'environnement. Le 11 juillet, Alan García procède à un remaniement ministériel; le Premier ministre Yehude Simon, qui assume ses responsabilités dans les affrontements de Bagua, laisse la place au président du Congrès, Javier Velásquez Quesquén, fidèle du chef de l'État. […] Lire la suite

3-23 octobre 2007 France. Révélations sur la caisse secrète de l'U.I.M.M.

et admet l'existence d'une « caisse de secours mutuel » de quelque 600 millions d'euros, alimentée par une cotisation supplémentaire des entreprises adhérentes et destinée notamment à indemniser des entreprises à l'issue des conflits sociaux.  […] Lire la suite

28-31 mai 1993 Pologne. Vote d'une motion de censure et dissolution du Parlement

Elle est notamment parvenue à gérer plusieurs conflits sociaux d'envergure, à gagner la confiance du F.M.I. et à faire voter la loi sur les privatisations. Le 29, le président Lech Wałęsa refuse la démission du Premier ministre et décide de dissoudre les deux chambres du Parlement. Des élections législatives anticipées sont fixées au 19 septembre. Le 31, le président Wałęsa affirme se porter « personnellement garant » de la poursuite des réformes et accuse le Parlement d'avoir « paralysé la démocratie ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain TOURAINE, « CONFLITS SOCIAUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/conflits-sociaux/