Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CONSTANTAN

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Alliage de cuivre et de nickel caractérisé par une résistance électrique pratiquement indépendante de la température, et convenant donc à la construction de résistances électriques. Le cuivre et le nickel étant deux métaux parfaitement isomorphes, ils sont donc miscibles à l'état liquide en toutes proportions. La courbe des conductivités de l'alliage, en fonction de la proportion de cuivre et de nickel, présente un aspect typique avec un minimum très accentué autour du point 50 p. 100-50 p. 100, et une croissance très rapide lorsqu'on approche des métaux purs. Dans la pratique, on utilise généralement un alliage à 60 p. 100 de cuivre et 40 p. 100 de nickel, d'une résistance spécifique de 0,5 Ω . mm2/m. Ces deux métaux peuvent également former un alliage par simple diffusion sans passer par la phase liquide. L'expérience a été réalisée par Bruni, qui chauffait un fil de cuivre sur lequel avait été déposée une couche de nickel. La résistance de l'ensemble augmentait très nettement par suite de la formation du constantan.

Le constantan est également utilisé pour la réalisation de thermocouples ; il est alors associé avec du fer, du cuivre et du platine.

— Stanislas de CHAWLOWSKI

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Stanislas de CHAWLOWSKI. CONSTANTAN [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009