CONCERTO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le concerto de soliste

Le concerto de soliste est né tout naturellement du concerto grosso en réduisant le concertino à un seul instrument. Antonio Vivaldi ne fut sans doute pas le premier à écrire des concertos de soliste, mais il n'en apparaît pas moins comme le véritable fondateur. C'est avec lui que le concerto prend son architecture définitive en trois parties, avec un mouvement lent encadré par deux mouvements vifs.

En Italie, en Allemagne et même en France, la vogue du concerto de soliste surpassa celle du concerto grosso. Vivaldi, pour sa part, en aurait écrit près de cinq cents avec instruments divers (violon, flûte, violoncelle, hautbois, basson, etc.) ; la plupart sont encore inédits. L'admiration de Jean-Sébastien Bach pour les concertos de Vivaldi était si grande qu'il en transcrivit lui-même plusieurs pour le clavecin, qui se trouva du coup promu au rang de soliste concertant, alors que jusque-là il ne jouait dans l'orchestre qu'un rôle discret d'accompagnateur.

Le concerto de soliste introduit dans l'écriture musicale un élément nouveau, à peine perceptible dans le concerto grosso : la recherche de la virtuosité pour elle-même, qui accentue le contraste entre le soliste et l'orchestre et consacre en quelque sorte l'avènement d'un type de musicien inconnu jusque-là, l'interprète prodige. À partir de cette époque, tous les concertos seront écrits à la demande ou à l'intention des solistes qui en seront les interprètes ; quelquefois ce soliste est le compositeur lui-même.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : grand prix de la Ville de Paris, premier prix du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, prix Blumenthal, deuxième prix de l'institut de France

Classification

Autres références

«  CONCERTO  » est également traité dans :

ALBINONI TOMASO (1671-1750)

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT
  •  • 317 mots

Il se disait dilettante veneto , mais cela ne veut rien dire de plus que le fait, pour Tomaso Albinoni, de ne pas vivre de la musique, étant de famille noble et riche. C'est en fait un des très grands musiciens de cette époque, contemporain et, croit-on, ami de Vivaldi. Son œuvre considérable pour le théâtre a pratiquement disparu, à part quelques airs isolés : mais on possède le livret de cinquan […] Lire la suite

ARCHITECTURE & MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 7 421 mots

Dans le chapitre « Les interférences entre structures sonores et espaces structurés »  : […] C'est à l'acousticien et musicologue allemand Fritz Winckel que l'on doit d'avoir élaboré une histoire plausible – à la fois concrète, précise et raisonnée – des interrelations de l'architecture et de la musique, examinées sous l'angle décoratif et non plus formel. On en résumera ici brièvement les principales étapes. Première remarque : tout ou presque, dans le cours d'une telle histoire, est aff […] Lire la suite

BACH CARL PHILIPP EMANUEL (1714-1788)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 971 mots

Le deuxième des quatre fils musiciens de Jean-Sébastien Bach, Carl Philipp Emanuel, naît à Weimar, mais n'a pas dix ans lorsque sa famille s'installe à Leipzig. Il y est externe à l'école Saint-Thomas, mais il reconnaîtra volontiers n'avoir eu comme professeur, en matière de musique, que son père . À dix-sept ans, il grave lui-même son premier menuet. Après de sérieuses études juridiques à Leipzig […] Lire la suite

BOISMORTIER JOSEPH BODIN DE (1691-1755)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 512 mots

Musicien et théoricien français, à qui l'on doit le premier concerto français de soliste écrit pour basson (1729). Boismortier naquit à Thionville, séjourna à Nancy et à Lunéville entre 1709 et 1715 ; peut-être put-il y rencontrer Henry Desmarets (1661-1741) ? Vers 1715, et au moins jusqu'en 1722, il séjourna à Perpignan, où il se maria en 1720. En 1724, en tout cas, il était à Paris et il commenç […] Lire la suite

Concerto pour flûte en mi mineur, BENDA (Franz)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 419 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] La vie de Benda, né en Bohême, est associée à Frédéric II de Prusse : en 1733, il entre dans l'orchestre que le prince entretient contre le désir de son père (les concerts y sont souvent donnés en secret) ; apprécié pour sa voix et son jeu expressif au violon, il suit Frédéric à la cour à Potsdam lors de son accession au trône, en 1740. L'orchestre devient vite le plus réputé d'Europe et Benda en […] Lire la suite

CONCERTO POUR VIOLON ET ORCHESTRE (J. Brahms)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 316 mots
  •  • 1 média

Le concerto de soliste naît en Italie à la toute fin du xvii e  siècle, lorsque Giuseppe Torelli publie les six Concerti a quattro de son opus 5 (Bologne, 1692) et, surtout, les douze Concerti musicali a quattro opus 6 (Augsbourg, 1698). Au début du xviii e  siècle, dès L'estro armonico opus 3 (Amsterdam, 1711), Antonio Vivaldi en impose la forme – en trois mouvements : vif, lent, vif –, la nat […] Lire la suite

Concerto pour violon, hautbois, cordes et basse continue, VIVALDI (Antonio)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 427 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Le nom de Vivaldi est attaché à Venise, où il exerce la fonction de violoniste à Saint-Marc et où il occupe divers postes à l'Ospedale della Pietà. Son œuvre, immense - près de 800 numéros dans le catalogue Ryom -, comporte des pièces instrumentales (sonates, concertos...) et vocales (cantates, oratorios, opéras...). Mais seuls 13 recueils de musique instrumentale seront édités de son vivant, dont […] Lire la suite

CORRETTE MICHEL (1709-1795)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 600 mots

L'un des précurseurs de la symphonie française à qui l'on doit de nombreux concertos, surtout pour instruments à vent ; il est le premier en France à avoir publié un concerto pour flûte (opus 4). Son père, Gaspard Corrette, composa notamment une Messe du huitième ton pour l'orgue à l'usage des dames religieuses et utile à ceux qui touchent l'orgue (1703) : elle est conforme au style du temps et l […] Lire la suite

DELIUS FREDERICK (1862-1934)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 284 mots

Dans le chapitre « Une œuvre dominée par la voix »  : […] La production immense de Delius est très diversifiée : opéras, œuvres chorales avec ou sans orchestre, mais aussi poèmes symphoniques, musique de chambre... Frederick Delius laisse six opéras : Irmelin (1890-1892), The Magic Fountain (1894-1895), Koanga (1896-1897), A Village Romeo and Juliet (1897-1901), Margot la Rouge (1901-1902), Fennimore and Gerda (1908-1913). Delius est généralement a […] Lire la suite

ELGAR sir EDWARD (1857-1934)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 541 mots
  •  • 2 médias

Premier compositeur anglais de stature internationale depuis Purcell, malgré ses parentés avec la tradition germanique et le fait que sa musique n'ait guère franchi les frontières de son pays. Elgar naît à Broadheath, près de Worcester, où, à l'Église catholique, son père est marchand de musique et organiste, et se forme en autodidacte. Il compose, en 1890, l'ouverture Froissart et, en 1892, une […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Ida GOTKOVSKY, « CONCERTO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/concerto/