SAINT-SACREMENT COMPAGNIE DU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

École de vie intérieure et office catholique d'action sociale, la Compagnie du Saint-Sacrement reste, dans l'histoire, comme une société secrète efficace, prompte à organiser les cabales. La première idée de compagnie revient à Henri de Lévis, duc de Ventadour, sous l'influence de sa femme, Marie-Liesse, fille de Henri de Luxembourg. Animés d'une foi brûlante, les deux époux se séparent en 1629, Marie-Liesse entrant au carmel d'Avignon pendant que son mari se prépare au sacerdoce. Auparavant, un père capucin de Paris, le père Philippe d'Angoumois, rédigea les grandes lignes d'un projet (1627) qui fut soumis à l'abbé de Grignan, futur évêque d'Uzès, à Henry de Pichery, officier de la maison du roi, au père Suffren, jésuite et confesseur de Louis XIII, au père de Condren, général de l'Oratoire. Constituée en 1630, la compagnie comprit bientôt l'élite de la société française : haute aristocratie, grande robe, évêques, curés de Paris, docteurs en Sorbonne. Quelques-uns de ses membres devinrent célèbres, tels Olier, Bossuet, saint Vincent de Paul. Elle se recrutait également parmi les bourgeois et les hommes du peuple, car, dans cette société, l'inégalité sociale ne comptait plus : tous les membres se traitaient de confrères et se plaçaient, lors des réunions, dans l'ordre d'arrivée, sauf les évêques qui conservaient une prééminence spirituelle. L'autorité était entre les mains d'un supérieur souvent laïc, d'un secrétaire et de six conseillers. Un directeur, prêtre, devait veiller sur la vie spirituelle des confrères. On se réunissait le jeudi, jour consacré au Saint-Sacrement. Les armes de la compagnie représentent une hostie entourée d'un soleil et d'une devise : « Loué le Très Saint-Sacrement de l'autel. » Les buts de la société étaient d'exercer la charité dans les hôpitaux, les prisons, envers les malades, les affligés, les pauvres et tous ceux qui ont besoin de secours. Il s'agissait aussi de préserver la religion catholique, de combattre les hérétiques, de lutter contre le vice pour l'a [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SAINT-SACREMENT COMPAGNIE DU  » est également traité dans :

LOUIS XIV (1638-1715) roi de France (1643-1715)

  • Écrit par 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 10 392 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les affaires religieuses »  : […] Louis XIV prenait appui sur l'Église, le concordat de 1516 et les indults lui donnant le droit de nommer les évêques et de pourvoir à de nombreux bénéfices. D'autre part, le clergé de France, dans ses assemblées de cinq en cinq ans, lui accordait, par le don gratuit, une solide contribution financière. Les curés avaient la charge de l'état civil. Cette religion liée aux institutions et à l'ordre s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-xiv/#i_2893

MOLIÈRE

  • Écrit par 
  • Antoine ADAM, 
  • Alfred SIMON
  •  • 8 499 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Tartuffe » et « Dom Juan » »  : […] Plus encore que les comédiens de l'Hôtel de Bourgogne, le parti dévot semblait à Molière l'ennemi à combattre. Non pas simplement pour des motifs personnels. Mais puisqu'il concevait maintenant la comédie comme un tableau satirique de son temps, nul type moderne ne lui paraissait plus digne d'être porté à la scène que le dévot, nul danger pour la paix des esprits ne lui paraissait plus grave que l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moliere/#i_2893

Pour citer l’article

Jean-Marie CONSTANT, « SAINT-SACREMENT COMPAGNIE DU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/compagnie-du-saint-sacrement/