COLORANTS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Sir William Henry Perkin

Sir William Henry Perkin
Crédits : Hulton Getty

photographie

Production mondiale

Production mondiale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Utilisation selon la nature des fibres

Utilisation selon la nature des fibres
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Classification des colorants

Classification des colorants
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Relation entre la structure moléculaire des colorants et la couleur

La vision de la couleur est fondée sur des phénomènes physiques, chimiques et physiologiques. En effet, parmi les ondes électromagnétiques, les seules qui soient perceptibles à l'œil humain sont celles dont les longueurs d'onde sont situées entre 400 et 700 nm. Elles représentent une partie de celles émises dans le spectre de la lumière du soleil. Absorbée par la rétine, cette lumière modifie, par une série de réactions photochimiques, la structure des protéines du système visuel. Cette information est transmise par le nerf optique jusqu'au cerveau, ce qui conduit à la perception visuelle.

Lorsque la lumière du soleil ou un rayonnement lumineux analogue dans le domaine du visible atteint un objet ou traverse une solution ou un corps transparent, plusieurs phénomènes peuvent se produire. Si toutes les radiations incidentes sont transmises par réflexion, diffusion ou transparence, le corps nous apparaît alors blanc ou transparent. À l'inverse, si toutes les radiations sont absorbées, le corps est noir. Dans le cas où l'absorption concerne une fraction constante des radiations lumineuses entre 400 et 700 nm, le corps est gris neutre. Blanc, gris et noir sont appelés des couleurs achromatiques. Si une seule partie des radiations est absorbée sélectivement, la matière nous apparaît colorée. Différentes des couleurs achromatiques, qui se caractérisent par leur absorption constante dans la visible, les couleurs chromatiques présentent une ou plusieurs bandes d'absorption. Si celles-ci sont localisées dans de courts domaines de longueurs d'onde comme 400-430, 430-480, 480-550, 550-600 et 600-700 nm, les couleurs perçues sont respectivement le jaune, l'orange, le rouge, le violet et le bleu. Le vert se caractérise par deux maximums d'absorption situés à 400-450 et à 580-700 nm. L'allure de la bande est un facteur important, dans le sens où plus elle est étroite et son maximum élevé, plus la couleur sera pure et int[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages




Écrit par :

  • : ingénieur chimiste responsable du laboratoire d'analyses chimiques à l'Institut textile de France, Centre de recherches textiles de Mulhouse

Classification


Autres références

«  COLORANTS  » est également traité dans :

ANILINE

  • Écrit par 
  • Alain TRINQUIER
  •  • 1 381 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Applications »  : […] L'industrie des matières colorantes reste un grand consommateur d'aniline. On l'utilise soit directement, soit pour obtenir des intermédiaires. Dans le premier cas, elle sert à préparer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aniline/#i_3071

AZINES

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 125 mots

Composés résultant de l'action des cétones ou des aldéhydes sur l'hydrazine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/azines/#i_3071

AZOÏQUES

  • Écrit par 
  • Henri WAHL
  •  • 2 200 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Propriétés »  : […] L'introduction de substituants convenables permet d'obtenir des colorants doués de propriétés spécifiques très variées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/azoiques/#i_3071

CADMIUM

  • Écrit par 
  • Alexandre TRICOT
  •  • 8 048 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Pigments de cadmium »  : […] vrai pour le sélénium – et celles de la préparation très minutieuse des sulfures, les pigments de cadmium en raison des propriétés remarquables qui viennent d'être exposées sont très recherchés et largement utilisés pour la coloration de toutes les matières plastiques et, notamment, des polystyrènes (cristal BS, ABS, etc.), des polyoléfines, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cadmium/#i_3071

CARO HEINRICH (1834-1910)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 398 mots

Heinrich Caro suit à Berlin un enseignement professionnel qui forme des spécialistes des matières colorantes ; il suit également les cours de chimie de l'université de Berlin. En 1855, il obtient son premier poste dans une firme de matières colorantes à Mülheim, et son employeur l'envoie en 1857 se perfectionner en Angleterre, où […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-caro/#i_3071

CHEVREUL MICHEL EUGÈNE (1786-1889)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 368 mots
  •  • 1 média

Le chimiste français Michel Eugène Chevreul, né à Angers, vient à Paris en 1803 et devient l'élève puis le préparateur de Vauquelin ; il publie en 1807 ses premiers travaux sur l'action de l'acide nitrique sur le liège et ses études sur les matières colorantes. En 1811, il aborde le problème de la constitution des corps gras […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-eugene-chevreul/#i_3071

COMPLEXES, chimie

  • Écrit par 
  • René-Antoine PARIS, 
  • Jean-Pierre SCHARFF
  •  • 4 354 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Principaux domaines d'application »  : […] bien la solidité. La chimie tinctoriale, devant satisfaire les exigences sans cesse croissantes imposées à ses colorants (variété, éclat, stabilité), développa les colorants à complexe métallique (ou métallifères) utilisés dans les opérations de métallisation. De même, un pigment classique comme la phtalocyanine est un chélate du cuivre : c'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/complexes-chimie/#i_3071

CONSERVATION ET RESTAURATION DES COLLECTIONS PHOTOGRAPHIQUES

  • Écrit par 
  • Anne CARTIER-BRESSON
  •  • 2 188 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Matériaux et principaux types d'altération »  : […] Les photographies en couleurs sont majoritairement formées de colorants organiques. Des modifications dans la balance des couleurs d'images à développement chromogène peuvent subvenir très vite après leur fabrication. La destruction des colorants s'opère […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conservation-et-restauration-des-collections-photographiques/#i_3071

COULEURS, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Manlio BRUSATIN
  •  • 10 355 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Perception, représentation et production de la couleur dans les civilisations antiques »  : […] par un principe fondé sur la nature des pierres précieuses qui donnent un sens précis aux couleurs et aux gemmes. Les matières colorantes utilisées en Égypte pour la fabrication des fards – le kheśebedh (bleu lapis-lazuli), le khenemet (rouge rubis), le nešemet (bleu azur), le mefekat (vert émeraude) et le kem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/couleurs-histoire-de-l-art/#i_3071

CYANINES

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 142 mots

Il existe deux composés connus sous le nom de cyanines. L'un a pour formule brute C27H30O16 et sa masse moléculaire est de 620,23 g. On l'appelle également cyanidine diglucoside-3-5. C'est un glucoside extrait des fleurs de bleuet, qui s'hydrolyse en cyanidine. Il fait partie de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyanines/#i_3071

ENCRES

  • Écrit par 
  • Gérard MARTIN
  •  • 848 mots

Les encres sont des compositions liquides ou pâteuses, noires ou colorées, servant à écrire, à dessiner ou à imprimer. Elles ont été fabriquées pendant des siècles selon des recettes empiriques exploitant des substances naturelles. Elles sont, depuis une cinquantaine d'années, des produits très élaborés qui mettent à profit les ressources de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/encres/#i_3071

FLUORESCÉINE

  • Écrit par 
  • Stanislas de CHAWLOWSKI
  •  • 142 mots

Matière colorante jaune, du groupe des phtaléines, découverte en 1871 par Baeyer. On l'obtient en chauffant l'anhydride phtalique et la résorcine. La fluorescéine se décompose à 290 0C. Elle est soluble dans les alcalis dilués, l'alcool bouillant, l'éther et les acides dilués, insoluble dans l'eau, le benzène et le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fluoresceine/#i_3071

GARANCE

  • Écrit par 
  • Stanislas de CHAWLOWSKI
  •  • 185 mots

Plante grimpante de la famille des rubiacées. La garance (Rubia tinctorum) a été utilisée depuis l'Antiquité comme source de teinture rouge […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/garance/#i_3071

GLUCIDES

  • Écrit par 
  • Jean ASSELINEAU, 
  • Charles PRÉVOST, 
  • Fraidoun SHAFIZADEH, 
  • Melville Lawrence WOLFROM
  •  • 10 650 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Hétérosides anthraquinoniques »  : […] de la garance libère du D-glucose et du D-xylose (en combinaison disaccharidique) et la 1,2-dihydroxyanthraquinone ou alizarine. Celle-ci entre dans la composition de nombreuses peintures. C'est le premier colorant végétal dont la structure chimique fut déterminée, ce qui permit de le remplacer par un produit synthétique de meilleure qualité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glucides/#i_3071

INDAMINE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 111 mots

emptynull […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/indamine/#i_3071

LANTHANE ET LANTHANIDES

  • Écrit par 
  • Concepcion CASCALES, 
  • Patrick MAESTRO, 
  • Pierre-Charles PORCHER, 
  • Regino SAEZ PUCHE
  •  • 11 273 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Un aspect optique »  : […] En outre, on utilise parfois le cérium comme agent brunissant dans les verres plats et certaines terres rares comme colorant massique de pierres synthétiques, en joaillerie, et de céramiques : jaune vif pour le praséodyme tétravalent dans le zircon, rose violacé avec le néodyme, orange avec l'yttrium et bordeaux pour l'oxyde mixte praséodyme-cérium […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lanthane-et-lanthanides/#i_3071

LASERS

  • Écrit par 
  • Yves LECARPENTIER, 
  • Alain ORSZAG
  •  • 10 804 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les lasers à colorants »  : […] dit précédemment concernant les atomes et leurs interactions avec la lumière est donc aussi valable pour les molécules. C'est ainsi que les molécules de nombreux colorants présentent des niveaux d'énergie E0, E1... très larges, ce qui signifie que la fréquence de la lumière qu'elles sont capables d'amplifier – et d'engendrer – peut être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lasers/#i_3071

MANGANÈSE

  • Écrit par 
  • Bernard DUBOIS, 
  • Jacques FAUCHERRE, 
  • Gil MICHARD, 
  • Clotilde POLICAR, 
  • Jean-Louis VIGNES
  •  • 6 470 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre «  Usages »  : […] Les oxydes de manganèse servent aussi, selon leur proportion, soit à décolorer, soit à colorer les verres. Ainsi, la couleur verte du verre usuel, due à la présence d'oxyde FeO et Fe2O3, peut être supprimée par addition de quantités convenables de MnO2 qui oxyde FeO en Fe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manganese/#i_3071

MÉTHANOL ou ALCOOL MÉTHYLIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard BACH
  •  • 483 mots
  •  • 1 média

Formule chimique : H—CH2OH […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/methanol-alcool-methylique/#i_3071

MILLEPERTUIS

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 347 mots
  •  • 1 média

Simple magique célèbre pendant tout le Moyen Âge sous le nom de Fuga daemonum, le millepertuis (Hypericum perforatum L.), cueilli au matin de la Saint-Jean, au plus fort des influences solaires, était censé chasser l'Esprit des ténèbres et guérir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/millepertuis/#i_3071

PASTEL, botanique

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 161 mots

La guède, ou pastel, est une plante tinctoriale (Isatis tinctoria L.) dont les feuilles, par fermentation, abandonnent une couleur bleue voisine de l'indigo. L'usage du pastel était déjà connu en Mésopotamie, en Égypte pharaonique et dans le monde gréco-romain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pastel-botanique/#i_3071

PERKIN sir WILLIAM HENRY (1838-1907)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 318 mots

von Hofmann (1818-1893). Préparateur d'Hofmann à partir de 1856, Perkin tente de synthétiser la quinine. Il obtient à la place une substance bleuâtre présentant d'excellentes propriétés tinctoriales. Cette première couleur d'aniline sera ensuite baptisée mauvéine. En 1856, Perkin dépose un brevet et, l'année suivante, fonde une fabrique d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perkin-sir-william-henry/#i_3071

PHOTOGRAPHIE - Histoire des procédés photographiques

  • Écrit par 
  • Jean-Paul GANDOLFO
  •  • 7 275 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'essor des systèmes argentiques au XXe siècle »  : […] être récupérés et recyclés pour améliorer la gestion des effluents photographiques. Dans ces conditions, l'image définitive est exclusivement constituée de colorants organiques et présente une structure proche de celle des films négatifs en couleurs conventionnels. Destinées initialement à proposer une meilleure gestion des matières premières […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-histoire-des-procedes-photographiques/#i_3071

PHOTOGRAPHIE - Procédés argentiques

  • Écrit par 
  • Jean-Paul GANDOLFO
  •  • 9 973 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Procédés par destruction sélective de colorants au contact d'une image argentique (Cibachrome, Ilfochrome) »  : […] Ce support de tirage trouve son origine dans un procédé de cinéma en couleurs introduit en 1934, le Gasparcolor, qui reposait sur le blanchiment sélectif de matières colorantes, généralement issues de la famille des diazoïques, au contact d'une image argentique (procédé SDB, silver dye bleach). Des recherches visant à adapter ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-procedes-argentiques/#i_3071

POURPRE

  • Écrit par 
  • Marie GUILLET
  •  • 406 mots

Colorant sécrété par les pourpres, ou Murex, mollusques gastéropodes marins. Les propriétés du murex étaient connues depuis la moitié du ~ IIe millénaire à Ugarit, mais surtout à partir du Ier millénaire sur les côtes de Phénicie, où […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pourpre/#i_3071

PRÉHISTORIQUE ART

  • Écrit par 
  • Laurence DENÈS, 
  • Jean-Loïc LE QUELLEC, 
  • Michel ORLIAC, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Denis VIALOU
  •  • 27 701 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Techniques et styles »  : […] nettement mis en évidence. Les figures peintes posent le problème de la préparation des colorants, de leur application et de leur fixation dans des conditions parfois défavorables (verticalité des supports, humidité ambiante). Des liants adjoints aux poudres, il ne reste aucune trace décelable ; la technique du soufflage est envisageable pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-prehistorique/#i_3071

TEINTURES PRÉCIEUSES DE LA MÉDITERRANÉE (exposition)

  • Écrit par 
  • Monique LÉVI-STRAUSS
  •  • 1 086 mots

La découverte des colorants de synthèse au xixe siècle et leur multiplication due aux progrès de l'industrie chimique nous font oublier l'importance qu'avaient auparavant les teintures naturelles. L'œil de l'usager, alors sensible aux moindres nuances, savait distinguer les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/teintures-precieuses-de-la-mediterranee/#i_3071

TITANE

  • Écrit par 
  • Léon SÉRAPHIN
  •  • 1 508 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Oxyde »  : […] de titane TiO2 est utilisé principalement (à 80 p. 100) comme pigment pour les peintures, plastiques, laques, émaux et charges de papier, sous le nom de blanc de titane, en raison de qualités spécifiques exceptionnelles : indice de réfraction, pouvoir couvrant, éclat, prise d'huile, pouvoir tinctorial. Il est généralement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/titane/#i_3071

VERT ÉGYPTIEN, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Sandrine PAGÈS-CAMAGNA
  •  • 413 mots

Deux pigments artificiels, l'un bleu et l'autre vert, de l'Égypte pharaonique constituent une particularité technologique et historique. Le plus célèbre, le bleu égyptien, apparaît à la IVe dynastie (2620 avant J.-C.). Il est présent sur tous les décors égyptiens ainsi que dans les peintures du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vert-egyptien-histoire-de-l-art/#i_3071

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel FUES, « COLORANTS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/colorants/