CŒURMaladies cardio-vasculaires

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Examens complémentaires

Exploration radiologique standard

Le cliché thoracique standard renseigne sur la position du cœur dans le thorax, les dimensions de la silhouette cardio-péricardique et des gros vaisseaux de la base, aorte et artère pulmonaires. La radioscopie, simple ou effectuée sous amplificateur de brillance dans diverses positions (face, profil, obliques), donne des renseignements supérieurs à la radiographie car elle permet d'analyser les battements cardiaques. Les déformations de la silhouette cardiaque peuvent être segmentaires (dilatation d'une ou de plusieurs cavités) ou globales, notamment en cas d'épanchement péricardique. L'examen radiologique peut révéler les calcifications, en particulier valvulaires (aorte et mitrale) et péricardiques (péricardite chronique calcifiée). Il renseigne sur l'état de la circulation pulmonaire : « poumon cardiaque » (par surcharge veino-capillaire) des cardiopathies gauches, dilatation du tronc et des branches pulmonaires en cas d'hypertension dans la petite circulation ou shunt artério-veineux par cardiopathie congénitale, hypovascularisation segmentaire (embolie pulmonaire) ou diffuse (sténose sur la voie pulmonaire).

Repères cardiologiques

Diaporama : Repères cardiologiques

Repères cardiologiques. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Électrocardiogramme

L'électrocardiogramme (ECG) enregistre les variations du potentiel électrique induites par l'activité cardiaque à tous les temps de la révolution cardiaque. Leur transmission à la surface corporelle est captée par des dérivations qui, pour l'électrocardiogramme standard, sont placées à la surface de la peau de manière à effectuer douze enregistrements. Les dérivations bipolaires des membres (D1, D2, D3) enregistrent les variations du potentiel entre les deux bras et la jambe gauche et les dérivations unipolaires des membres (VR, VL, VF), l'activité électrique transmise respectivement au bras droit, au bras gauche et à la jambe. Les dérivations précordiales (de V1 à V6) sont placées de manière conventionnelle entre le bord droit du sternum au quatrième espace intercostal et la région axillaire au sixième espace, de manière à refléter de façon préférentielle l'activité du ventricule droit (V1-V2) et celle du ventricule gauche (V5-V6).

L'électrocardiogramme standard renseigne sur la rythmicité cardiaque, sur l'état de la propagation de la conduction entre oreillette et ventricule et au sein du muscle ventriculaire. Il donne des informations de première importance sur l'activité auriculaire (exprimée par l'onde P) et l'activité ventriculaire avec ses deux composantes, rapide (complexe QRS), ou phase de dépolarisation ventriculaire, et lente (onde T), ou période de repolarisation (fig. 2). L'hypertrophie – dilatation des oreillettes et des ventricules – imprime des modifications très caractéristiques à l'ECG, qui se traduisent par des changements dans l'orientation de l'axe électrique de P et de QRS (dans la direction de la cavité pathologique), une augmentation de voltage des accidents électriques et des modifications dites secondaires de la repolarisation dans les hypertrophies ventriculaires. La dépolarisation ventriculaire (QRS) est altérée par la présence d'un infarctus du myocarde (onde Q large et profonde de nécrose), d'un trouble de conduction intraventriculaire (élargissement de QRS par bloc de branche) ou d'une pré-excitation ventriculaire (onde delta du syndrome de Wolff-Parkinson-White).

Activité cardiaque

Diaporama : Activité cardiaque

L'activité cardiaque normale schématisée grâce aux enregistrements externes. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La phase de repolarisation ventriculaire (segment ST et onde T) est altérée directement dans de nombreuses conditions : ischémie myocardique au premier chef, mais aussi péricardites, troubles métaboliques divers, influences thérapeutiques (digitaliques, antiarythmiques), accidents vasculaires cérébro-méningés. Il faut savoir que l'onde T peut être modifiée de manière non spécifique, de façon transitoire ou permanente, en l'absence de cardiopathie décelable, notamment en cas de changement de position, en période postprandiale, pendant la grossesse, chez la femme surtout en période ménopausique et en cas de surpoids, chez les sujets anxieux ou névrosés. D'où la nécessité d'interpréter avec beaucoup de prudence les modifications isolées de la repolarisation et de les intégrer dans leur contexte.

Échocardiographie

Son développement relativement récent (1970) a représenté un progrès décisif dans l'étude non invasive des cardiopathies au moyen des ultrasons.

L'échocardiographie TM (time motion) inscrit en une seule dimension la morphologie des parois, des valves et des cavités cardiaques pendant la révolution [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 25 pages

Médias de l’article

Repères cardiologiques

Repères cardiologiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Activité cardiaque

Activité cardiaque
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Pacemaker

Pacemaker
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Myocarde

Myocarde
Crédits : De Agostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : praticien hospitalier universitaire
  • : médecin des Hôpitaux, chef du service de cardiologie à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière
  • : professeur de cardiologie expérimentale et des maladies vasculaires, chef du service de cardiologie à l'hôpital Saint-Eloi, Montpellier

Classification

Autres références

«  COEUR  » est également traité dans :

COEUR - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 507 mots

La tradition a, pendant des siècles, fait du cœur le viscère noble, parfois même pieusement recueilli après la mort, puis embaumé, pour être offert à la vénération. Un transfert suggestif lui a valu d'être paré des qualités de l'âme, pour laquelle la molle cervelle paraissait un indigne habitacle : il symbolise encore aujourd'hui le sens moral, le courage, les vertus, l'ardeur des passions.Pour la […] Lire la suite

CŒUR - Anatomie du cœur humain

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT
  •  • 2 942 mots
  •  • 5 médias

Le mot « cœur » désigne en anatomie animale les sacs contractiles placés sur le trajet des vaisseaux dans l'appareil circulatoire. La présence d'un sac contractile unique implique en général des différenciations complexes, et il est préférable de réserver le nom de cœur à un organe de ce type : par exemple, celui des crustacés, placé sur le vaisseau dorsal, […] Lire la suite

CŒUR - Chirurgie cardiaque

  • Écrit par 
  • Claude d' ALLAINES, 
  • Christian CABROL
  •  • 6 515 mots
  •  • 2 médias

La chirurgie, qui ne formait qu'un tout au début du xxe siècle, a dû, à mesure qu'elle progressait, se diviser en spécialités attachées à un organe ou à un système d'organes (chirurgie urinaire, chirurgie digestive, etc.).Ayant pour but la guérison des maladies cardiaques, la chirurgie du cœur est la dernière- […] Lire la suite

ADRÉNALINE

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE
  •  • 3 562 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Physiologie »  : […] Le rôle respectif des différents types de récepteurs adrénergiques dans les effets tissulaires intégrés des catécholamines est parfois difficile à élucider. En effet, ces récepteurs transmettent le plus souvent des messages divergents et modulent de manière opposée l'activité de la cellule cible. Dans beaucoup de systèmes expérimentaux, le type d'effet observé dépend de la concentration en adréna […] Lire la suite

ANGOR

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 224 mots

Un angor pectoris , ou angine de poitrine, est une manifestation clinique qui traduit une anoxie transitoire du muscle cardiaque. Le diagnostic se fonde sur la nature des crises, que caractérisent des douleurs rétrosternales survenant typiquement à l'effort, brèves, constrictives. L'électrocardiogramme est utile au diagnostic en permettant l'étude des troubles de la repolarisation myocardique. L'é […] Lire la suite

ANTIANGOREUX

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT
  •  • 766 mots

Les médicaments qui appartiennent à plusieurs classes chimiques concourant, par des mécanismes parfois multiples, à s'opposer à la crise d'angor, ou angine de poitrine ou coronarite, sont appelés antiangoreux. La coronarite résulte d'une anoxie brutale et transitoire qui traduit un déséquilibre entre les besoins en oxygène du muscle cardiaque (myocarde) et les apports de sang oxygéné réalisés par […] Lire la suite

ANTIARYTHMIQUES

  • Écrit par 
  • François LHOSTE
  •  • 368 mots

Par définition, les médicaments antiarythmiques sont des substances susceptibles de prévenir ou de réduire un trouble du rythme cardiaque. Ces médicaments sont nombreux, leurs structures biochimiques très différentes, leurs classifications pharmacologiques diverses, mais tous se caractérisent par une toxicité potentielle capable de réduire, à faibles doses, l'activité d'un groupe cellulaire respon […] Lire la suite

ARRÊT CARDIAQUE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 331 mots

On définit par arrêt cardio-circulatoire la suspension brutale de l'activité cardiaque efficace d'un sujet, chez qui tel événement n'était pas prévisible. Du point de vue médico-légal, l'arrêt cardiaque est synonyme de mort subite. Les causes les plus importantes d'arrêt cardio-circulatoire sont : les troubles aigus du rythme cardiaque survenant le plus souvent dans le contexte d'une maladie coron […] Lire la suite

ARYTHMIE CARDIAQUE ou TROUBLE DU RYTHME CARDIAQUE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 395 mots

L'arythmie cardiaque désigne un défaut de la régularité des battements du cœur, habituellement causé par des anomalies du système de conduction des impulsions qui commandent ces battements. Affectant aussi bien le cœur sain que le cœur malade, l'arythmie n'a pas en elle-même de signification pathologique, mais elle fragilisera la fonction cardiaque d'autant plus qu'elle se trouvera associée à d'au […] Lire la suite

BÊTABLOQUANTS

  • Écrit par 
  • François LHOSTE
  •  • 812 mots

Les récepteurs membranaires de la cellule stimulés par des catécholamines, comme l'adrénaline ou la noradrénaline, portent le nom de récepteurs adrénergiques. Depuis les travaux d'Ahlquist, en 1948, les récepteurs adrénergiques ont été divisés en deux groupes, récepteurs alpha et récepteurs bêta. Classiquement, la stimulation des récepteurs alpha engendre des effets moteurs sur les fibres musculai […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Yves ARTIGOU, Yves GROSGOGEAT, Paul PUECH, « CŒUR - Maladies cardio-vasculaires », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/coeur-maladies-cardio-vasculaires/