MAROT CLÉMENT (1496-1544)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un rhétoriqueur plein d'esprit et de cœur

Formé à l'école des grands rhétoriqueurs, il sut vite s'affranchir de leurs règles, même s'il garda toute sa vie certaines de leurs habitudes, et d'abord une réelle admiration pour le Moyen Âge : il édita le Roman de la Rose et les poésies de Villon.

Il traduisit la Première Bucolique, deux livres des Métamorphoses et le Jugement de Minos de Lucien (qu'il dut traduire sur une traduction). Mais sa connaissance de l'Antiquité resta superficielle : il est loin du savoir de Rabelais et de Ronsard. Il est venu trop tôt pour suivre les leçons et subir l'influence des grands humanistes, de Guillaume Budé à Dorat. Mais il avait du talent, de l'esprit, et du meilleur : cela lui suffit pour laisser une œuvre inégale, certes, mais très variée, et parfois excellente : il annonce La Fontaine, Voltaire et certains aspects de Musset.

Cette œuvre, mis à part la recherche de rythmes inédits, n'apporte que peu de nouveauté, simplement une grande diversité et, plus encore, de la spontanéité, de la sincérité.

Rhétoriqueur à l'occasion, il a composé des chants royaux bien lourds, des ballades plus lisibles, des pièces de commande, complaintes, déplorations, épitaphes, et des étrennes. Il était poète de cour : il lui fallait bien plaire à ses protecteurs et justifier les pensions qu'il recevait. Les meilleures de ses pièces se trouvent dans les rondeaux, tour à tour satiriques, laudatifs, parfois religieux ou égrillards, voire très émus. On a plaisir encore à les lire.

Du sentiment, on en trouve encore dans les Élégies, dont on n'a pu percer le secret. À qui s'adressaient-elles ? On ne sait. On y sent, sous une certaine préciosité, de l'émotion. Mais l'essentiel de l'œuvre est constitué par les Épîtres. On en compte cinquante-trois dans l'édition Constantin de 1544. Ici, Marot, qui « en pleurant cherche à vous faire rire », laisse libre cours à son esprit et à son cœur. On ne saurait mieux définir ces pièces que par ce vers, mais il faut souligner qu'il cherche à [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

  • : doyen honoraire de la faculté des lettres et sciences humaines de Montpellier

Classification


Autres références

«  MAROT CLÉMENT (1496-1544)  » est également traité dans :

L'ADOLESCENCE CLÉMENTINE, Clément Marot - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yvonne BELLENGER
  •  • 918 mots

L'Adolescence clémentine paraît en 1532 et rassemble les textes de jeunesse du poète. Le recueil frappe par sa diversité. Dans son souci de jouer de toute la gamme du langage, Marot est l'héritier des grands rhétoriqueurs, mais c'est aussi un contemporain des humanistes, un poète de cour, un homme préoccupé par les questions religieuses. Son œuvre va s'enrichir de toutes les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-adolescence-clementine/#i_10425

BLASON, littérature

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 535 mots

Courant dès le xii e siècle, le terme de blason s'emploie à l'origine avec la signification de : discours, conversation, description, explication, propos. Vers la fin du xv e siècle, c'est aussi une sorte de poésie, qui décrit minutieusement, sur le mode de l'éloge ou de la satire, un être ou un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/blason-litterature/#i_10425

MARGUERITE DE NAVARRE (1492-1549)

  • Écrit par 
  • Pierre JOURDA
  •  • 1 447 mots

Elle a porté quatre noms. Mais qu'on la nomme Marguerite de Valois, d'Angoulême, d'Alençon ou de Navarre, elle reste la reine de Navarre. Et qu'on ne la confonde pas avec une autre Marguerite, la femme d'Henri IV, la reine Margot de gaillarde mémoire ! Sa vie, toute de devoir, de dignité, de dévouement, d'élans mystiques et de curiosité psychologique, ne fut en rien celle d'une dame galante. Poète […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marguerite-de-navarre/#i_10425

ORAISON FUNÈBRE

  • Écrit par 
  • Claude THIRY
  •  • 1 297 mots

La coutume de louer et donc de pleurer un mort remonte à l'Antiquité : Grecs et Latins possédaient déjà la double tradition lyrique (thrènes ; nénies, élégies) et oratoire (panégyrique collectif ; laudatio funebris individuelle, méprisée par Cicéron pour ses excès). Le christianisme oriente le genre vers le sermon (les grands modèles en seront saint Ambroise et saint Grégoir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oraison-funebre/#i_10425

RELIGIEUSE CHRÉTIENNE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques PORTE, 
  • Edith WEBER
  •  • 6 047 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le psautier huguenot »  : […] Le psautier huguenot comporte principalement les paraphrases rimées et strophiques, en langue française, des Cent Cinquante Psaumes de David (Ancien Testament) mises en musique à une et plusieurs voix, au xvi e  siècle, à l'usage du culte calviniste (réformé) en France, en Alsace (à Strasbourg, lors du séjour de Jean Calvi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-religieuse-chretienne/#i_10425

SCARRON PAUL (1610-1660)

  • Écrit par 
  • Antoine ADAM
  •  • 1 335 mots

Dans le chapitre « Un burlesque »  : […] Paul Scarron naquit à Paris. Sans briller par des dispositions particulières pour la piété, il entra dans les ordres, et vécut, de 1632 à 1640, au Mans, dans l'entourage intime de l'évêque. Il n'était pas précisément scandaleux, mais d'allures fort libres. En 1638, il fut atteint d'une terrible maladie qui finit par le rendre paralysé des jambes, de la colonne vertébrale et de la nuque. L'explicat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-scarron/#i_10425

SONNET

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 1 042 mots

Poème à forme fixe de quatorze vers répartis en quatre strophes, le sonnet tient dans la littérature européenne, et notamment française, une place extrêmement importante. On sait qu'« un sonnet sans défaut vaut seul un long poème » (Boileau), et qu'il suffit d'un sonnet pour rendre célèbre un écrivain (Arvers) ou pour ridiculiser un personnage de comédie (Oronte). Sans doute élaboré en Sicile au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sonnet/#i_10425

Pour citer l’article

Pierre JOURDA, « MAROT CLÉMENT - (1496-1544) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/clement-marot/